La Chine organise le plus grand défilé naval de son histoire

Le jeudi 12 Avril dans la matinée, c’est à bord du destroyer 173 Changsha que le président chinois XI Jin Ping, également président de la Commission militaire centrale et chef de l’armée chinoise, a vu défilé pas moins de 48 navires de guerre, 76 engins volants et 10 000 soldats, en formation serrée et s’étalant sur une dizaine de kilomètre, sur une zone maritime située au sud de l’île de Haïnan en mer de Chine méridionale.

C’est, selon les communiqués institutionnels, la plus grande parade navale jamais organisée par la marine de l’Armée populaire de libération, fondée en Avril 1949.

Défilé

Le porte-avions chinois Liaoning lors du défilé naval le 12 Avril (Photo : Ministère chinois de la Défense)

Le défilé s’est déroulé quelques jours après la clôture de la conférence annuelle Boao Forum for Asia, un événement annuel permettant aux dirigeants de gouvernements, des entreprises et des universités en Asie et dans d’autres continents de partager leur vision sur les problèmes les plus pressants dans la région et le monde entier. Mis à part XI qui a prononcé un discours dans ce forum, on compte parmi les invités présents cette année plusieurs chefs d’état comme par exemple le président autrichien, le présent des Philippines Rodrigo Duterte, ou encore le Premier ministre des Pays-Bas Mark Rutte et le Premier ministre de Singapore LEE Hsien Loong, ainsi que le secrétaire général des Nations unies António Guterres et la directrice générale du FMI Christine Lagarde.

Ceci explique pourquoi le porte-avions chinois Liaoning a quitté son port base mi-Mars dans la péninsule de Shandong, située au nord de la Chine, et est descendu dans cette région de tension, alors que l’armée chinoise avaient annoncé un « exercice naval important en mer de Chine méridionale » à la place d’une parade maritime.

On comprend aussi maintenant à quoi correspondent les photos prises le 26 Mars par les nano-satellites de PlanetLab, sur lesquelles on voit une armada composée d’une quarantaine de navire et d’avions. Il s’agit en réalité de la répétition à ce défilé naval, qui, d’après le communiqué publié par le ministère chinois de la Défense, sert à « montrer le nouveau visage de la marine populaire » et aussi « inspirer (le peuple) à la conviction ferme d’avoir un pays fort et une armée puissante » (展示人民海军崭新面貌,激发强国强军坚定信念).

Les navires de guerre présents ce jour-ci sont divisés en 7 groupes de combat navals, selon le texte officiel :

  • Groupe de frappe stratégique
  • Groupe d’attaque sous-marin
  • Groupe de combat haute mer
  • Groupe aéronaval avec le porte-avions Liaoning
  • Groupe de débarquement amphibie
  • Groupe de défense côtière
  • Groupe de soutien intégré

On notera que la plupart des bâtiments déployés par la marine chinoise dans ce défilé ont moins de cinq ans de service au compteur. Le premier groupe dit « frappe stratégique », par exemple, est composé de deux sous-marins nucléaires lanceur d’engins Type 09IVA (?), suivi par quatre sous-marins nucléaires d’attaque Type 09III et Type 09IIIB (?) ainsi que plusieurs sous-marins diesels anaérobies de dernière génération pour constituer le groupe d’attaque sous-marin.

Les médias étatiques n’ont pas détaillés la composition des groupes mais d’après les images et les vidéos publiées, on dénombre pas moins de 5 destroyers Type 052D, 5 destroyer Type 052C, 1 destroyer Type 051C, 5 frégates Type 054A, 8 corvettes Type 056 et Type 056A, 2 LPD Type 071, 2 LST Type 072A, 1 porte-avions, 2 pétroliers ravitailleurs, 1 navire hôpital, 1 navire de renseignement électronique Type 815A, 1 navire de mesure acoustique Type 636A, 1 navire de sauvetage sous-marin Type 926, 1 navire école et 1 remorqueur haute mer.

Certains observateurs ont aussi avancés le chiffre de plus de 410 000 tonnes d’acier et 768 cellules de lancement vertical dans la même flotte. Bien que c’est un peu dépourvu de sens et surtout de précision, mais cela donne une vague idée sur les moyens employés pour atteindre l’objectif de cette manœuvre.

Quant aux composants aériens, ils sont eux aussi séparés en 10 formations distinctes :

  • 3 formations d’hélicoptères embarqués
  • 1 formation de patrouille en lutte anti-sous-marine
  • 1 formation de commandement et d’alerte précoce
  • 1 formation de combat haute mer
  • 2 formations d’assaut anti-navire
  • 1 formation de ravitaillement
  • 1 formation de combat aérien

Ici aussi le compte des appareils est approximatif, faute de communication officielle. On voit par exemple 5 hélicoptères Z-8JH, 5 hélicoptères embarqués Z-9D dotés de missile anti-navire YJ-9, 3 AWACS KJ-500H et KJ-200H, 3 PATMAR Y-8Q, 3 bombardiers, 9 chasseurs embarqués J-15 dont 4 décollés du porte-avions Liaoning (immatriculés respectivement 109, 113, 123, 119), 10 chasseurs bombardiers JH-7A, 4 chasseurs J-10AH et 2 ravitailleurs H-6DU, ainsi que 12 chasseurs lourds J-11BH.

Il est à noter qu’après ce défilé avant tout « spectaculaire », mais que le message diffusé derrière mérite une analyse plus globale et approfondie, une partie des forces navales et aériennes de la flotte va mener immédiatement une autre manoeuvre, selon le communiqué de l’agence de presse Xinhua, et cette fois-ci « un exercice de combat naval », comme le confirme le capitaine du porte-avions Liaoning.

Et la zone des manœuvres est possiblement le détroit de Taïwan.

Défilé

Le porte-avions Liaoning et son ravitailleur Type 901 au port de Yanlong, après le défilé (Photo : SX2190)

A suivre.

Henri K.

Written by

Et si la vision du monde est "biphasée" ? C'est ce que Henri a toujours cru, c'est également comme cela qu'il voit la Chine. Maladroit dans son écriture, souvent perdus dans ses pensées, pourtant ce responsable technique en aéronautique essaie chaque jour de partager avec vous les actualités sur l'Empire du Milieu, avec notamment les éléments à la source que vous ne verrez probablement jamais ailleurs en France.

LEAVE A COMMENT