La Chine lance la production en série de son nouveau LCAC Type 726A

La marine chinoise est en train de faire relancer la production en série de son équivalent du LCAC américain, le Type 726A, au chantier naval Jiangnan Changxing de Shanghai, si l’on croit aux images satellites en date du 9 Décembre 2016.

Type 726A

Les navires en construction à l’intérieur du bassin artificiel de la chaîne de production n°4, au chantier naval Jiangnan. (Source Digital Global)

En effet, à part la présence de deux destroyers Type 055 et de six destroyers Type 052D dont deux à l’extérieur du bassin artificiel de la chaîne de production n°4, on peut y voir également deux Type 726A dans l’eau et deux autre au sol (en cadre jaune).

Les quatre premiers de la classe Type 726, dotés à priori de turbines à gaz ukrainiennes UGT-6000 ДМ71 (*), ont été produits au même chantier naval il y a maintenant six ans.

Ces embarcations de débarquement sur coussin d’air de 150 tonnes, qui sont conçues pour entrer dans le radier du navire amphibie Type 071 de la marine chinoise, auraient rencontré un certain nombre de problèmes techniques qui ont fait arrêter temporairement la production, obligeant les quatre Type 071 déplaçant plus de 20 000 tonnes à limiter leur capacités de projection à uniquement des IFV amphibies et des hélicoptères, et non pas des chars de combat.

La turbine à gaz ukrainienne UGT-6000 qui équipe les premiers Type 726 chinois (Source : UkrOboronProm)

Les rumeurs les plus répandues parlaient du souci pour remplacer les turbines ukrainiennes par celles indigènes, et aussi d’un problème du système de direction. Mais selon une source qui travaille au chantier naval en question, les problèmes étaient plutôt la vibration de basse fréquence et aussi le fort bruit.

Le modèle amélioré et équipé d’une propulsion chinoise, avec la turbine à gaz QC-70 développée à partir du moteur d’aviation WS-10, semble être appelé le Type 726A désormais.

Chaque Type 726 / Type 726A peut transporter jusqu’à 60 tonnes de charges utiles, soit la masse d’un char de combat chinois comme ZTZ-96A ou ZTZ-99A par exemple. La distance franchissable est estimée à 320 km, suffisante pour traverser le détroit de Taïwan à une vitesse jusqu’à 80 kn, en aller simple, si l’on ignore la situation de la mer.

Au niveau du développement, il est intéressant de voir que la conception de Type 726 / Type 726A n’est pas entièrement réalisée par les acteurs du secteur naval, mais aussi par ceux du groupe aéronautique chinois AVIC.

On peut citer, par exemple, que l’assemblage du carénage d’hélice est fait par le CAC (Chengdu Aircraft Corporation), filiale d’AVIC qui produit aujourd’hui des avions de chasse J-10B et J-20.

Type 726A

L’utilisation du logiciel DELMIA de Dassault Systèmes dans l’assemblage du carénage d’hélice des Type 726A (Source : AVIC)

Et il est d’autant plus surprenant de constater la présence d’une petite touche française dans ce LCAC chinois – en effet, le CAC, assisté par l’Université d’aéronautique et d’astronautique de Nankin, utilise le logiciel d’usine numérique de Dassault Systèmes, DELMIA, pour planifier et simuler une partie de construction liée au Type 726A.

Ainsi, pour accroître la productivité et anticiper les problèmes éventuels dans l’assemblage du carénage – qui mesure 4,7 mètres en diamètre et 1,9 mètres de haut, et pesant 1,3 tonnes au total – les ingénieurs chinois utilisent le module DPE (DELMIA Process Engineer) pour effectuer l’ordonnancement et la planification des opérations, ainsi que les modules DPM Assembly et Human, en interface 3D, pour simuler la validité des séquences de montage et l’ergonomie de la station de travail.

La même suite de logiciels est utilisée aujourd’hui dans l’assemblage et l’installation des avions du programme A350.

Il sera d’ailleurs intéressant de savoir comment ces données d’ingénierie et industrielles sont gérées, sécurisées et partagées dans un environnement Supply Chaine trans-sectoriel, entre le groupe AVIC du secteur aéronautique et le groupe CSSC du secteur naval.

En attendant que les nouveaux Type 726A soient testés et livrés à la marine chinoise, une vidéo récente diffusée par la télévision locale montre qu’un nouveau exemplaire immatriculé 3332 est entré en service et a participé à un exercice de débarquement amphibie, alors que jusqu’à présent seuls trois Type 726 – immatriculé 3319, 3320 et 3321 – ont été vus.

En terme de la quantité de navires prévue, aucun chiffre officiel n’a été communiqué aujourd’hui, mais on compte désormais au moins quatre Type 726 en service et quatre Type 726A en construction. Sachant que chaque navire de débarquement amphibie Type 071 peut en emporter deux dans son radier, et que la marine chinoise pourrait doter à terme jusqu’à six Type 071, le nombre définitif de ces embarcations chinoises sur coussin d’air pourrait encore augmenter.

A suivre.

Henri K.

(*) Merci à Benjamin Gravisse, rédacteur en chef du site Red Samovar, pour ses recherches sur le modèle exact de la turbine à gaz ukrainienne.

Post Tags
Written by

Et si la vision du monde est "biphasée" ? C'est ce que Henri a toujours cru, c'est également comme cela qu'il voit la Chine. Maladroit dans son écriture, souvent perdu dans ses pensées, ce responsable technique en aéronautique essaie pourtant de partager avec vous chaque jour les actualités sur l'Empire du Milieu, avec notamment les éléments à la source que vous ne verrez probablement jamais ailleurs en France.

Latest comments

LEAVE A COMMENT