La Chine développe un nouveau missile de croisière furtif ?

La Chine serait en train de développer un nouveau missile de croisière furtif, c’est en tout cas ce que laisse penser un article paru en mois de Mars sur le site de CASIC Haiying Electromechanical Technology Academy, l’un des principaux constructeurs missiliers du pays.

Selon le texte – qui semble avoir été retiré il y a peu de temps par le constructeur chinois – des nouveaux matériaux composites absorbants « en sandwich », créés par un ingénieur appelé GONG Yuan Xun (宫元勋) et son équipe, sont utilisés « très largement » dans un certain projet qui a une forte exigence en furtivité, et qui prend en considération la « furtivité structurelle » dès le début de la conception, autrement dit la furtivité géométrique / passive.

L’équipe avait rencontré des difficultés majeures pour concilier la masse, l’épaisseur (de la coque ?) et le besoin d’absorption large bande. Les obstacles qui ont finalement été franchis en collaboration avec les usines sous-traitantes pour améliorer les procédés de formation, et avec les propres laboratoires de CASIC Institut n°306.

L’article parle également de deux autres institutions concurrentes dans un autre projet pour un composant furtif, mais aucun lien ne peut être établi entre les deux projets cités ici.

Missile

Extrait de l’un des documents de recherche co-écrits par GONG Yuan Xun

Sachant que CASIC Haiying Electromechanical Technology Academy, anciennement appelée CASIC 3e académie, est responsable du développement de la plupart de missile de croisière et anti-navire chinois, comme le DF-10, le KD-20 ou encore le fameux YJ-83 par exemple, il y a donc fort à parier que ce « certain projet » en question soit en fait un missile furtif, à ceci près que nous ignorons s’il s’agit d’un missile de croisière ou d’un missile anti-navire, bien que techniquement la frontière est mince entre les deux.

La nouvelle famille de missile naval YJ-18 est déclinée en plusieurs versions par exemple, à savoir d’abord la version anti-navire lancée par un sous-marin, puis la version Mer-Mer, la version sous-marin à navire au lancement vertical, et enfin la version de frappe au sol.

Il pourrait s’agir, en pure hypothèse, une version furtive développée sur la base de YJ-18, mais cela reste une supposition de travail.

Et ce n’est pas la première fois que l’on entend parler des travaux sur la furtivité menée par la 3e académie de CASIC. En effet, un autre article paru le 15 Décembre 2015 sur le compte Weixin de la même institution mentionne déjà une campagne de mesure de furtivité autour d’un « certain projet », des essais qui ont eu lieu « en automne » au milieu du désert de Gobi, et il s’agit de la première fois que l’organisation ait à participer à une évaluation face aux plusieurs concurrents.

Une recherche plus approfondie sur l’une des personnels cités dans l’article, HAO Hao (郝璐), montre que les travaux menés depuis 2013 par cette dernière se focalise essentiellement sur les matériaux absorbants appliquant à des missiles tactiques.

L’un des brevets déposés par cette chercheuse est un réservoir « furtif » d’un missile de croisière, à titre d’exemple.

Missile

Extrait d’un brevet déposé par une équipe dont HAO Hao, montrant le réservoir « furtif » d’un missile

Nos suivis autour des matériaux composites en Chine ont également permis de mettre en relation une société spécialisée dans le domaine avec le ou les projets « furtifs » de CASIC 3e. Cette société basée en province de Jiangsu, Hengshen (恒神), est l’un des principaux acteurs en fibre optique depuis 2007, et est capable de produire des fibres de classe T1000 dont les entreprises japonaises et occidentales avaient le monopôle jusqu’ici.

Il n’y a pas d’éléments publiques qui prouvent que Hengshen a effectivement participé aux projets de CASIC, mais la ville de Zhenjiang où se trouve Haiying Electromechanical Technology Academy et aussi Hengshen a considéré ces deux entreprises comme étant sur la même chaîne industrielle dans un article publié au début de l’année.

Et dans un reportage télévisé CCTV en date du 16 Septembre 2017, dont le sujet est l’intégration civilo-militaire, on peut apercevoir la cellule en composite de ce que les ingénieurs de Hengshen ont confirmé comme étant celle d’un missile, sans révéler pour autant aucun de ses détails.

Il y a encore trop peu d’information pour en tirer une quelconque conclusion sur le sujet. Mais une chose est sûre, les industriels chinois sont en train de développer une nouvelle génération de missile pour la projection des forces, et nous aurons l’occasion d’y revenir très prochainement.

A suivre.

Henri K.

Post Tags
Written by

Et si la vision du monde est "biphasée" ? C'est ce que Henri a toujours cru, c'est également comme cela qu'il voit la Chine. Maladroit dans son écriture, souvent perdus dans ses pensées, pourtant ce responsable technique en aéronautique essaie chaque jour de partager avec vous les actualités sur l'Empire du Milieu, avec notamment les éléments à la source que vous ne verrez probablement jamais ailleurs en France.

No comments

LEAVE A COMMENT