La Chine développe le char de 4ème génération

Plus de 30 ans après le début du développement des chars chinois de 3ème génération, à savoir le ZTZ-96 et le ZTZ-99, c’est dans un contexte globalement stagnant du marché mondial de blindés lourds que le groupe NORINCO fait avancer son programme du char de la nouvelle génération.

En effet, on apprend dans un documentaire diffusé le 3 Octobre à la télévision chinoise CCTV que le développement d’un char de 4ème génération est actuellement en cours.

2016-10-04-la-chine-developpe-le-char-de-4eme-generation-01

Passage du documentaire de CCTV qui confirme le développement du char de 4ème génération (encadré en jaune)

L’émission raconte l’histoire d’un chef d’atelier de soudage de NORINCO, qui travaille depuis 30 ans dans le groupe chinois et a participé à la production de pratiquement tous les chars chinois, de ZTZ-59 jusqu’au « nouveau char de 4ème génération ».

Ce n’est pourtant pas la première fois qu’on entend parler de ce programme. En Juin 2015, dans un article publié dans la revue chinoise « Scientific Chinese », MAO Ming (毛明), ingénieur en chef de ZTZ-99A, a déjà évoqué brièvement un projet de char de prochaine génération.

Durant son interview avec les journalistes de « Scientific Chinese », MAO a rappelé son parcours dans l’Institut 201 (NOVERI – China North Vehicule Research Institute) du NORINCO, le développement de la boîte de vitesse automatique et de la direction hydrostatique pour blindé lourd, ainsi que certains défauts de fiabilité du char ZTZ-99A au niveau des composants. Il a donné ensuite quelques détails techniques sur les axes de travail du futur char lourd chinois.

Char lourd chinois ZTZ-99A

Char de combat chinois ZTZ-99A

D’après MAO, ses équipes a commencé à travailler sur un certain nombre de domaines, comme par exemple :

  • Analyser les charges d’un équipage de deux hommes en fonction des missions types du futur char, construire un modèle de simulation des charges humaines et proposer, sur la base de ce dernier, un plan de distribution des tâches entre l’homme et la machine.
  • Développer une nouvelle transmission électromécanique
  • Établir une proposition cadre du futur char avec un équipage de 2 personnes, et fournir le cahier de charge technique sur les capacités à atteindre, sur le système d’information intégré, le pack de motorisation à haute densité de puissance, ainsi que le système d’auto-protection omni-dimensionnelle et le système de gestion des équipements.

Le fait qu’aucun élément n’a été communiqué par MAO sur les armements et le blindage suggère que ce ne sont pas ces deux points qui lui préoccupent, même pour un char de nouvelle génération.

Ces premiers éléments nous permettent de dresser un premier visage du futur char chinois – Un blindé hautement informatisé et réseau-centrique qui est doté d’une tourelle non habitée. L’équipage est composé de seulement deux hommes au lieu de trois – le pilote et le chef de char – avec ce dernier qui prend également le rôle de l’opérateur en tourelle.

Alors est-ce que le développement du nouveau blindé lourd chinois n’est commencé qu’en 2015 ?

L’analyse des documents de recherche rédigés par les chercheurs de NOREVI semble indiquer que les travaux auraient commencé, en réalité, depuis 2010.

Par exemple, dans un document intitulé « Modélisation numérique du développement de véhicules lourds«  (整车数字化建模环境软件的开发), qui a été soumis en Janvier 2011, on sait qu’un premier environnement de modélisation 3D avait été développé sous Pro/Engineer, un logiciel CAO de la société américaine PTC.

Deux ans après, on apprend dans un autre document de recherche de NOVERI qu’un nouveau système de conduite de tir pour une tourelle non habitée était en train d’être étudié –

Sommaire d'un document de recherche de NOVERI datant de Septembre 2013

Sommaire d’un document de recherche de NOVERI datant de Septembre 2013

En Juin 2014, un document publié par le même bureau d’études montre que les ingénieurs travaillaient sur les capteurs intégrés et « plug and play » d’un système de contrôle hydraulique. D’autres recherches étaient également en cours dans la même période sur une nouvelle transmission électromécanique.

Extrait d'un document universitaire des chercheurs militaires

Extrait d’un document universitaire des chercheurs militaires

Au niveau des utilisateurs finaux, deux documents universitaires écrits par les chercheurs militaires de l’Académie des blindés, en 2011 et en 2014, montrent que l’armée de terre chinoise est en train de revoir une partie de ses processus et de doctrine pour anticiper l’arrivée d’une nouvelle génération de char, car un équipage à deux hommes va induire une très forte pression sur le maintien en condition opérationnel des plateformes, et implique un mode opératoire très différent par rapport à la génération actuelle.

Et l’une de mes sources d’information travaillant dans le secteur a indiqué, en mi-Août 2014, que « le premier prototype du char de 4ème génération devrait bientôt sortir ». Elle confirme la configuration d’un équipage à deux hommes et précise que « les sièges et le châssis a été spécialement conçu » en basant sur « les expériences des Américains en Irak et en Afghanistan ».

Ce dernier point suggère que les combats en zone urbaine figurent parmi les missions types du futur char lourd chinois, ce qui n’est pas réellement le cas aujourd’hui.

Au niveau de la masse du futur char chinois, elle ne devrait pas dépasser la capacité d’emport du nouvel avion de transport militaire chinois Y-20, c’est à dire inférieur à 60t. La dimension du char devrait être contrainte également par celle de la soute de Y-20.

A noter que, en plus de ce nouveau programme de char principal de 4ème génération, le groupe NORINCO continue à améliorer son char « low-end » ZTZ-96 et a développé en parallèle un char léger spécialement conçu pour le combat en zone montagneuse tel que le Tibet.

Le ZTZ-96B a fait son apparition au dernier Biathlon de chars en Russie et a obtenu le deuxième prix à la grande finale, et le nouveau char léger a été aperçu sur le plateau tibétain en train d’effectuer ses essais.

Ce dernier est issu d’une compétition en interne entre deux entités de NORINCO – l’Institut 201 (NOVERI) et le bureau d’études de l’Usine 617 (Inner Mongolia First Machinery Group Corporation).

L’Usine 617 a gagné le premier appel d’offre en Décembre 2009 pour le prototypage, avant d’enchaîner une deuxième victoire le 21 Mai 2013 pour le développement industriel du nouveau char léger.

L’affaire à suivre.

Henri K.

Written by

<p>Et si la vision du monde est « biphasée » ? C’est ce que Henri a toujours cru, c’est également comme cela qu’il voit la Chine.</p> <p>Maladroit dans son écriture, souvent perdus dans ses pensées, pourtant ce responsable technique en aéronautique essaie chaque jour de partager avec vous les actualités sur l’Empire du Milieu, avec notamment les éléments à la source que vous ne verrez probablement jamais ailleurs en France.</p>

Latest comments
  • Hi; Henry, this is a well-researched article.

    Other sources claim that the vehicle will emphasize in mobility, and that the mass will be no more than 40 tons. However, your claim is that the 4th generation MBT is a « heavy » tank. Could you reconcile that for us?

    Thanks!

  • New feature: both variants show front drive sprockets.
    Yet it does not look like they have front engines?

      • The three drawings:: # 201 ,# 617 and the « title » pic.
        « Merkava » has the engine as an additional front protection.

        Light tank in Tibet seems to have traditional arrangement, though.
        Nix

LEAVE A COMMENT