La Chine démarre la conception du nouvel avion de transport Y-30

Après deux années d’attente, le groupe avionneur chinois AVIC aurait lancé récemment la phase de conception initiale de son nouvel avion de transport militaire Y-30 (?). L’information a été révélée début Mars par le site gouvernemental de la ville de Hanzhong, où l’avion sera construit.

Ce nouvel avion de transport militaire de catégorie « moyenne » a fait sa première apparition publique il y a deux ans, sous forme de maquette, lors du Salon aéronautique de Zhuhai 2014. On peut y voir marquer « Nouvel avion de transport moyen » sur la pointe avant, avec une petite inscription « Y-30 » sur l’empennage vertical. Cela peut signifier que la référence Y-30 n’avait peut-être pas encore été approuvée par l’armée chinoise mais reste une référence interne du constructeur.

Si la maquette est représentative à l’avion final, sa configuration aérodynamique est assez proche des autres avions de transport militaires quadri-turbopropulseur, tels que le C-130J américain et l’A400M européen par exemple.

Le Y-30 adopte une voilure haute qui permet de réduire la hauteur entre le plancher de la soute et le sol afin de faciliter les opérations de chargement et de déchargement, et éviter aussi la projection des gravats contre les moteurs lors du décollage et de l’atterrissage de l’engin sur terrain non préparé.

L’empennage en T améliore, quant à lui, l’efficacité des gouvernes en évitant les turbulences générées par la voilure, et rend la conception des grandes portes de soute à l’arrière plus facile.

On remarque aussi et surtout un changement au niveau de la largeur et la haute du tronçon par rapport aux Y-8 et Y-9 dont le design dérive de l’Antonov An-12. En effet, le Y-30, tout comme l’avion de transport lourd Y-20, privilégie désormais une soute plus large et aussi plus haute pour pouvoir faire entrer les équipements devenus de plus en plus volumineux de nos jours.

Pour le moment nous n’avons pas encore eu de communication formelle par l’avionneur chinois sur la performance visée de l’appareil, et les chiffres publiés en 2014 sont volontairement restés assez vagues, ce qui n’est finalement pas étonnant – Un responsable d’AVIC, interrogé par les journalistes à l’époque, indique que le Y-30 était encore en phase de l’étude d’opportunités et il était en attente du cahier de charges de son futur client, c’est à dire l’armée chinoise.

 Y-30 (Données 2014)
Vitesse de croisière> 600 km/h
Plafond de croisière9 000 à 10 000 m
Plafond> 10 000 m
Distance franchissable
(Pleine capacité)
> 3 000 km
Autonomie > 12 FH
Distance de décollage< 1 200 m
Distance d'atterrissage< 1 100 m
Capacité maximale> 20 tonnes
Capacité en passager> 110 hommes

Mais le lancement du programme de Y-30 aujourd’hui, avec une enveloppe budgétaire de 9,2 milliards de yuan (~ 1,2 Md €), suggère que l’armée aurait désormais clarifié ses besoins auprès de SAC (Shaanxi Aircraft Corporation), filiale d’AVIC spécialisé dans la conception des avions de transport et responsable du développement de l’avion.

Le Y-30 viendra donc compléter le segment de capacité de 30 à 35 tonnes laissé par le Y-20, qui permet de charger plus de 60 tonnes de fret et d’aller plus loin mais économiquement peu efficace pour les besoins moins gourmands et plus fréquents, et aussi par le Y-9 qui ne peut transporter que 20 tonnes au maximum.

Il remplacera aussi, à terme, la flotte vieillissante de Y-8 et de ses nombreuses variantes ainsi que le Y-9, le petit dernier de la famille, entièrement modernisé certes mais hérite la même déficience conceptuelle au niveau de la dimension de la soute, qui n’est plus adaptée à la nouvelle génération d’équipements militaires beaucoup plus grands et larges d’aujourd’hui.

La taille de la soute est d’ailleurs l’une des raisons pour lesquelles la Chine a finalement décidé de lancer son propre programme d’avion de transport lourd, le Y-20, pour remplacer les IL-76MD où certains équipements lourds chinois, trop grands, ne peuvent pas entrer dans la soute de ces derniers alors qu’ils sont théoriquement capables de les transporter en terme de capacité.

On peut voir ce point dans la comparaison de la taille et du volume des principaux avions de transport militaires de nos jours. Un char de combat ZTZ-99A de 60 tonnes par exemple n’entrera pas dans un IL-76MD à cause de sa largeur qui dépasse celle de la soute, et idem pour certains nouveaux blindés amphibies pour le Y-9.

ModèleLongueur de soute
(hors rampe)
Largeur de souteHauteur de souteSurface au sol
C-1720.78 m5.48 m4.00 m113.87 m²
Y20F-10027.00 m
4.00 m4.00 m108.00 m²
Y2020.00 m4.00 m4.00 m80.00 m²
IL-76MD20.00 m3.15 m (ou 3,45 m)3.25 m63.00 m²
A400M17.70 m4.00 m3.85 m70.80 m²
Y-916.20 m3.20 m2.35 m51.84 m²
C-16013.51 m3.13 m3.00 m42.29 m²
C-130J12.193.13 m2.73 m38.15 m²

Reste à voir au niveau de la motorisation – pour un avion de transport d’une MTOW au moins égale à 80 tonnes (estimée pour 30 tonnes de charge environ), il faudrait 4 turbopropulseurs de 7 000 ehp au minimum. Or l’actuel WJ-6C utilisé par le Y-9 ne peut générer qu’une puissance de 5 100 ehp, il faudrait donc développer un nouveau moteur, ce qui semble être le cas selon une publication en 2015.

A suivre.

Henri K.

Post Tags
Written by

Et si la vision du monde est "biphasée" ? C'est ce que Henri a toujours cru, c'est également comme cela qu'il voit la Chine. Maladroit dans son écriture, souvent perdu dans ses pensées, ce responsable technique en aéronautique essaie pourtant de partager avec vous chaque jour les actualités sur l'Empire du Milieu, avec notamment les éléments à la source que vous ne verrez probablement jamais ailleurs en France.

No comments

LEAVE A COMMENT