Japon : nouveau record des interceptions d’avions chinois

Selon un nouveau rapport publié le 14 Octobre 2016 par le ministère japonais de la Défense, le nombre de décollages d’urgence pour intercepter des avions chinois a battu un nouveau record, avec 407 interceptions au premier semestre 2016, contre 231 pour la même période en 2015, soit une hausse de plus de 76%.

Les forces armées japonaises ont réalisés au total 594 interceptions durant les six premiers mois de l’année, parmi lesquels 69% sont pour les appareils chinois et 30% pour les appareils russes.

A noter que ces interceptions n’étaient pas nécessairement liées à une intrusion dans l’espace aérien japonais, mais surtout dû au fait que l’ADIZ (Air Defense Identification Zone) du Japon et celle de la Chine au-dessus de la mer de Chine orientale se chevauchent désormais, et la présence des avions de l’un provoque immédiatement l’interception de l’autre.

Et contrairement à ce que la plupart des médias veulent laisser croire, la notion d’ADIZ n’a aucune légitimité internationale et ne vaut, en aucun cas, l’espace aérien d’un pays.

On peut constater ici les zones ADIZ japonaise, coréenne et chinoise et leurs chevauchements :

Source : Maximilian Dörrbecker

Source : Maximilian Dörrbecker

Le MoD japonais a également donné le chiffre détaillé de ces interceptions dans son ADIZ. Voici la statistique face aux appareils russes et chinois, qui représentent 99% des interceptions en 2016 :

  la Russie la Chine
Année Annuel 1er Semestre Annuel 1er Semestre
2012 248 134 306 69
2013 359 136 415 149
2014 473 324 464 207
2015 288 108 571 231
2016 180 407

Ces chiffres nous montrent que l’armée de l’air et la marine chinoise intensifient, de manière constante et progressive, les activités dans leur ADIZ et aussi près de la première chaîne, ce qui explique le nombre des interceptions faites par les forces armées japonaises.

Quant aux trajectoires des avions russes et chinois interceptés au premier semestre, on peut voir dans le schéma en bas, qui a été publié dans le même rapport par le ministère japonais de la Défense, que les appareils russes (lignes oranges) étaient très présents autour du Nord de Japon et ont traversé l’espace aérien japonais, alors que les Chinois (lignes rouges) ont franchis deux fois la première chaîne d’îles et sont entrés une fois dans la mer du Japon (voir notre dossier « La marine chinoise en mer du Japon » paru au mois d’Août).

Pour le reste du temps les appareils chinois semblent avoir été interceptés près de leur côtes, dans l’espace aérien international. Ce phénomène est aussi conforme par rapport aux plusieurs déclarations chinoises, qui indiquent une « régularisation de patrouille » dans leur propre ADIZ.

Trajectoires des appareils russes et chinois interceptés (Source : Ministère japonais de la Défense)

Trajectoires des appareils russes et chinois interceptés (Source : Ministère japonais de la Défense)

Et l’interception la plus récente des avions chinois date du 25 Novembre, où une formation composée de deux chasseurs bombardiers Su-30MKK, deux bombardiers H-6K munis des missiles de croisière A/KD-20, un avion ELINT Tu-154D équipé d’un radar SAR et un autre avion ELINT de type Y-8CB, a franchi de nouveau la première chaîne d’îles et entrer dans l’Océan Pacifique.

Mais la trajectoire de ces appareils chinois est très intéressante – quand les deux Su-30MKK qui devraient agir comme avion d’escorte sont venus du Nord, les quatre autres avions sont arrivés quant à eux au sud du Taïwan.

Si le graphique du MoD japonais en bas reflète bien la réalité, alors effectivement aucun des avions chinois n’a violé l’espace aérien japonais, mais c’est la première fois que les appareils militaires chinois « transpercent » la première chaîne d’îles, qui sert à « confiner » la Chine depuis les 60 dernières années, à deux endroits différents autour du Taïwan et ce surtout, simultanément.

Trajectoires des appareils chinois interceptés le 25 Novembre 2016 (Source : Ministère japonais de la Défense)

Trajectoires des appareils chinois interceptés le 25 Novembre 2016 (Source : Ministère japonais de la Défense)

Le reportage CCTV-7 sur cette traversée de la première chaîne d’îles, qui montre qu’il y aurait peut-être eu plus d’appareils impliqués que mentionnés dans le rapport japonais :

Avec la montée en puissance des forces armées chinoises, on peut d’ores et déjà prévoir une augmentation progressive de ce genre de manœuvres dans les mois et années à venir, qui, en toute objectivité, ne violeront aucune des règles internationales, mais deviendront rapidement très agaçantes pour ceux qui n’ont pas encore pris l’habitude de voir « l’animal sorti de sa cage »…

L’affaire à suivre.

Henri K.

Post Tags
Written by

Et si la vision du monde est "biphasée" ? C'est ce que Henri a toujours cru, c'est également comme cela qu'il voit la Chine. Maladroit dans son écriture, souvent perdus dans ses pensées, pourtant ce responsable technique en aéronautique essaie chaque jour de partager avec vous les actualités sur l'Empire du Milieu, avec notamment les éléments à la source que vous ne verrez probablement jamais ailleurs en France.

Latest comments
  • Sans l' »aide » des USA (ou sans les bases US au Japon et en Corée du sud), le Japon pourrait avoir des soucis simultanés avec les deux Corées, le Taïwan, la Russie et la Chine… Cela fait beaucoup. La Chine continue d’accroître la pression sur le Japon, et la présence US dans la région n’est pas éternelle… La position géopolitique du Japon n’est pas du tout confortable.

LEAVE A COMMENT