Tueur de bateau de pêche – Hsiung Feng III : Part 4

Je ne voulais pas écrire cet article ce soir sur la suite du tir par erreur d’un ASM supersonique Hsiung Feng III il y a deux jours, parce que je me suis dit que vu ce que je vais devoir dire, on aura peut-être du mal à comprendre certaines réactions et coutumes asiatiques ici en Europe. Mais finalement je suis convainçu que c’est quant même une petite leçon sur une culture qui est très différente des nôtres.

En plus techniquement il reste de quoi creuser encore…

Une humiliation des militaires qui ne s’explique pas par une question de culture

Les 4 officiers et matelots de la corvette taïwanaise qui sont responsables du lancement par erreur du missile le 1er Juillet dernier, qui a causé la mort du capitaine d’un bateau de pêche et a blessé 3 marins, se sont rendus dans la salle de funérailles dimanche soir en civil.

A l’arrivée, ils ont été encerclés par la famille devant la porte d’entrée et ont été obligés d’entrer dans la salle en rampant.

Le capitaine du vaisseau, l'officier d'armement, l'officier du missile, et le second-maître qui a appuyé sur le bouton, entrent dans la salle de funérailles.

Le capitaine du vaisseau, l’officier d’armement, l’officier du missile, et le second-maître qui a appuyé sur le bouton, entrent dans la salle de funérailles.

Une telle humiliation, même dans la culture asiatique notamment chinoise, est extrêmement rare, sans parler du fait que les quatres hommes sont militaires, quoiqu’ils ont pu commettre comme faute grave.

Il y a un vieux proverbe chinois qui dit que « Sous les genoux d’un homme, il y a de l’or », pour dire qu’un homme ne doit pas se mettre à genoux si « facilement ». Visiblement il n’y a pas de l’or sous les genoux de ces quatres hommes, et bientôt peut-être plus rien sous ceux de leurs co-équipiers…

A ce sujet, une trentaine d’élève-officier de l’école navale de la marine taïwanaise venaient de demander à quitter l’armée.

Une fois dedans, les quatre hommes sont restés à genoux pendant 40 minutes devant le portrait avant de pouvoir quitter les lieux.

Une fois dedans, les quatre hommes sont restés à genoux pendant 40 minutes devant le portrait avant de pouvoir quitter les lieux.

La marine taïwanaise a ensuite emmené la famille sur le lieu de l’impact du missile avec le bateau de pêche pour une cérémonie traditionnelle. Dans la vidéo que vous pouvez voir en bas, le bateau de pêche flotte toujours et a subi clairement beaucoup moins de dégât qu’on puisse avec un missile de 1 500kg volant à Mach 2.

Qu’est-ce qui a poussé à ces 4 officiers de la marine taïwanaise à devoir subir une telle humiliation ? La pression médiatique ? Les consignes des supérieurs pour calmer le plus rapidement la colère du peuple ? Ou l’enchaînement des « bêtises » répétitives connues par la marine ces derniers temps ?

Je dois avouer que, pour une fois, je ne comprend pas ce qu’il se passe…

Que nous a dit cet incident sur le missile « Star » de la marine taïwanaise ?

On connait enfin l’endroit exact où le missile a heurté le bateau de pêche grâce à la vidéo en haut, en supposant que le lieu de la cérémonie traditionnelle en mer est également le lieu de l’impact, ce qui est fort probable selon la coutume.

On retrouve les coordonnées exactes ici :

2016 07 03 - Hsiung Feng III Part 4 - 03

J’avais émis l’autre jour une hypothèse selon laquelle l’impact aurait lieu dans une zone situé entre 80 à 122km du port de Kaohsiung. Force est de constater que pendant les deux minutes de vol (information communiquée par la marine taïwanaise), le missile n’aurait même pas atteint la vitesse de Mach 2.

La vitesse moyenne du missile durant ses deux minutes n’est que de Mach 1,8 approximativement, loins des Mach 2,5 voir au-dessus de 3 comme annoncés par certaines sources taïwanaises.

La trajectoire du tir et le lieu d'impact avec le bateau de pêche

La trajectoire du tir et le lieu d’impact avec le bateau de pêche

En principe un missile à propulsion ramjet de cette ancienne génération (rappelons que Hsiung Feng III est développé depuis le prototype ALVRJ américain des années 70′) a besoin de ses boosters non intégrés, à ergol solide pour le plupart, pour atteindre la vitesse d’allumage du moteur principal, cela dure en moyenne moins de 5 seconds.

Une fois la vitesse de Mach 1,8 à 2,0 atteinte, les boosters se séparent pour alléger l’ensemble, laissant le ramjet fonctionner seul pendant une dizaine de seconde pour atteindre la vitesse de croisière, puis une centaine de plus jusqu’à l’épuisement du carburant. Mais visiblement cet Hsiung Feng III a suivi un profil de vol un peu différent.

Si le système d’acquisition de Hsiung Feng III peut être souligné positivement, à savoir capable de détecter et de vérouiller sur une cible de très faible tonnage, son système de propulsion en revanche est sujet de dicussion.

En tout cas une chose est certaine, on a pour le moment plus de questions que de réponses sur cet étrange incident, même en oubliant toute théorie de complot. L’affaire reste donc encore un réel mystère pour moi.

Henri K.

Post Tags
Written by

Et si la vision du monde est "biphasée" ? C'est ce que Henri a toujours cru, c'est également comme cela qu'il voit la Chine. Maladroit dans son écriture, souvent perdu dans ses pensées, ce responsable technique en aéronautique essaie pourtant de partager avec vous chaque jour les actualités sur l'Empire du Milieu, avec notamment les éléments à la source que vous ne verrez probablement jamais ailleurs en France.

Latest comments
  • AU FAIT, quel sont les autres  »« bêtises » répétitives connues par la marine ces derniers temps  » ?

    Je note encore un E MANQUANT dans la phrase suivante en dessus de la photo satellite : pour atteindre la vitesse d’allumage du moteur principal, cela dure en moyenne moins de 5 seconds.

      • Il doit avoir d’autre cafouillages pour que 30 élèves officiers quittent comme cela leur formation. Ils s’agit de conscrits ou de militaires professionnels. ?

  • Alors, j’envisage que ceux ci soit rester accrocher au corps du missile.. Cela pourrait explique la très relative lenteur de l’engin; pour LES DÉGÂTS SUR LE CHALUTIER, peut etre qu il est simplement passer au travers des infrastructures sans RÉSISTANCE SUFFISANTE POUR DÉTONER; Ce SCENARIO à était proposer dans quelques articles.

  • premier commentaire de ma part écrit trop tôt. DE MA PART; eST IL POSSIBLE QUE LES DÉGÂTS SOIT SEULEMENT CAUSER PAR LES BOOSTERS DU MISSILES LORSQUE ILS SE SONT DÉTACHER ?

    jE SIGNALE UN E MANQUANT DANT LE TEXTE : le ramjet fonctionner seul pendant une dizaine de second

LEAVE A COMMENT