Le groupe aéronaval Liaoning en mer de Chine méridionale

Nous avons rapporté ici, le jour de Noël, que le groupe aéronaval autour du porte-avions chinois Liaoning est entré en océan Pacifique pour la première fois depuis son admission au service actif en Septembre 2012.

Notre analyse nous a aussi amené à penser que cette sortie, étant donné la composition du groupe, ne sera que de courte durée, une semaine tout au plus.

Mais qu’en est-il réellement ? Où se trouve maintenant le groupe aéronaval chinois une fois qu’il ait traversé la première chaîne d’îles ?

Depuis le premier rapport publié par l’État-major japonais sur l’événement, les militaires du Japon et du Taïwan sont restés très attentifs, pour des raisons évidentes, à cette traversée inédite du porte-avions chinois.

Ainsi, le ministère japonais de la Défense et son homologue taïwanais ont publié chacun un nouveau rapport le 25 Décembre, et deux communiqués supplémentaires ont été diffusés par le MoD taïwanais le lundi 26 Décembre, donnant un peu plus de détails sur le parcours emprunté par le groupe aéronaval chinois.

Dans le deuxième rapport japonais en date du 25 Décembre, on apprend qu’une frégate et un avion de patrouille maritime japonais P-3C ont suivi le porte-avions chinois et ses navires d’escorte, vers 10h heure locale à 110 km Nord-Est de l’archipel de Miyako-jima.

Un hélicoptère ASW chinois de type Z-9C, qui s’est approché de l’île japonaise dans l’après-midi par la direction Sud-Est, a aussi obligé les forces armées japonaises à dépêcher des chasseurs sur place.

Les images prises par les Japonais montrent qu’aucun avion n’est stationné sur le pont d’envol du porte-avions Liaoning, et toutes les tourelles des navires d’escorte sont dans l’axe. Aucun signe d’hostilité n’est donc visible au sein du groupe aéronaval chinois lors de leur traversée – du moins pas de manière apparente – et rien n’indique à ce jour que les appareils et les navires japonais soient interceptés par leurs homologues chinois.

Et deux autres communiqués publiés par le ministère taïwanais de la Défense nous ont permis de localiser le groupe aéronaval Liaoning une fois ce dernier est sorti de l’ADIZ (Air Defense Identification Zone) japonaise et entré dans celle du Taïwan.

Il s’avère donc que le porte-avions chinois et son groupe d’escorte ont filé droit une fois qu’ils ont traversé le détroit de Miyako et entré dans l’Ouest du Pacifique.

En effet, entre le premier lieu où les appareils japonais ont vu le groupe aéronaval chinois vers 10h du matin le jour du 25 Décembre, et là où les Taïwanais ont aperçu ce dernier au Sud de leur ADIZ vers 20h du soir, il y a une distance d’environ 230 milles nautiques que les navires chinois ont parcouru en 10 heures, soit une vitesse moyenne de 23 nœuds.

Cela revient à dire que le porte-avions chinois ne se serait pas arrêté avant de regagner la mer de Chine méridionale, au Sud, en traversant le détroit de Bashi.

Le schéma en bas reconstitue le parcours du groupe aéronaval Liaoning, depuis fin Novembre jusqu’à maintenant, en basant sur les communiqués et les rapports officiels de différents pays –

Le parcours du groupe aéronaval Liaoning, en ligne jaune, depuis fin Novembre 2016. Le cadre rouge représente l’ADIZ du Taïwan.

Puisque aucun des rapports japonais et taïwanais n’a mentionné les activités du groupe aéronaval embarqué du porte-avions Liaoning, on ignore pour le moment si les pilotes de J-15 ont effectués quelques pontées en océan Pacifique. On attend, pour cela, les éventuels reportages côté chinois pour en savoir plus.

Mais ce qu’on peut déjà dire de cette première sortie de Liaoning dans l’Ouest du Pacifique est qu’elle n’est pas uniquement symbolique. En effet, on sait au moins que la propulsion du porte-avions chinois n’a pas le même souci que sa jumelle russe Amiral Kouznetsov, dont la vitesse serait limitée à moins de 18 nœuds pour éviter que le système se retrouve en sur-régime. Les modifications, plus de 1 000 officiellement, que les ingénieurs chinois ont apportés sur les circuits semblent avoir porté ses fruits et la fiabilité du système semble être approuvée.

Cette sortie permet aussi au très jeune groupe aéronaval chinois de perfectionner leur fonctionnement ensemble, bien qu’il ne soit pas encore au complet – dans la composition standard du groupe aéronaval chinois, il devrait être constitué d’un porte-avions, six navires destroyers et frégates, deux sous-marins nucléaires d’attaque, et un pétrolier ravitailleur.

Or, au niveau des bâtiments de surface, nous n’avons que trois destroyers, deux frégates et une corvette cette fois-ci. D’ailleurs le pétrolier ravitailleur 966 Gaoyouhu de Type 903A et la corvette 594 Zhuzhou de Type 056A n’ont pas été vu par les Japonais ni par les Taïwanais. Ils devraient avoir quitté le groupe avant que ce dernier travers l’archipel japonais.

Est-ce que le groupe va rejoindre dans les jours à venir la base navale de Yalong, où se trouve un quai porte-avions aussi, ou il va directement manœuvrer en mer de Chine méridionale comme c’était le cas en fin Décembre 2013 ? Cela dépendra certainement de l’autonomie restant du groupe. Mais la suite de l’événement promet déjà des surprises et la future manœuvre dans cette zone très disputée va être très intéressante.

A suivre.

Henri K.

 

Annexe :

Les communiqués du ministère taïwanais de la Défense –

  • Le 25 Décembre :
    http://www.mnd.gov.tw/Publish.aspx?cnid=65&p=73599&Title=國防消息&style=新聞稿
  • Le 26 Décembre :
    http://www.mnd.gov.tw/Publish.aspx?cnid=65&p=73601&Title=國防消息&style=新聞稿
    http://www.mnd.gov.tw/Publish.aspx?cnid=65&p=73602&Title=國防消息&style=新聞稿

 

Post Tags
Written by

Et si la vision du monde est "biphasée" ? C'est ce que Henri a toujours cru, c'est également comme cela qu'il voit la Chine. Maladroit dans son écriture, souvent perdus dans ses pensées, pourtant ce responsable technique en aéronautique essaie chaque jour de partager avec vous les actualités sur l'Empire du Milieu, avec notamment les éléments à la source que vous ne verrez probablement jamais ailleurs en France.

Latest comments
  • La Chine dispose de deux ports pour accueillir des porte-avions jusqu’à présent: au nord et au sud?

LEAVE A COMMENT