GF-11 : la Chine lance son propre satellite d’espion Key Hole ?

La Chine a-t-elle mis en orbite son propre satellite d’espion comparable à l’américain KH-11 Kennen (ou Key Hole) la semaine dernière ? C’est en tout ce que pensent certains observateurs de l’aérospatiale.

Pour le 22ème lancement spatial chinois en 2018, c’est la fusée Longue Marche 4B, lancé depuis le centre spatial de Taiyuan (TSLC) mardi dernier, qui s’est chargé de placer le satellite GaoFen 11 sur une orbite elliptique de 242 km × 691 km × 97,43° selon les dernières données de NORAD.

Présenté officiellement comme l’un des membres du China High Resolution Earth Observation System (CHREOS), ce satellite GF-11, dont le nom chinois 高分十一号 veut dire littéralement « Haute Définition 11 », ne fait pourtant pas partie des satellites du programme civil chinois du début, qui devrait aller simplement du GF-1 au GF-7 plus plusieurs projets de drone et de dirigeables.

Il y a donc fort à parier, d’après les éléments à disposition, que le GF-11 serait en réalité un satellite militaire qui a « emprunté » une pseudo-référence civile, tout comme les satellites de la grande série Yaogen (YG) avec lui.

 

Le lancement

Conçu par l’Institut SAST (Shanghai Academy of Spaceflight Technology), filiale du groupe d’aérospatiale chinois CASC, le CZ-4B est un lanceur de trois étages spécialisé dans les lancements en orbite héliosynchrone (SSO) comme sa jumelle CZ-4C.

Mesurant 47,98 mètres de haut et un peu plus de 249 tonnes au décollage, le CZ-4B est capable de placer environ 2,8 tonnes de charge utile en orbite SSO à 500 km d’altitude.

Au total, 30 lancements ont été effectués avec ce lanceur dans deux centres spatiaux chinois différents (JSLC et TSLC). Un seul échec a été enregistré en Décembre 2013 lors de la mise en orbite du satellite d’observation sino-brésilien ZY-1-03.

Deux messages aux navigants aériens avaient été publiés pour signer la présence de deux zones de retombée, dont celle de la coiffe dans la zone montagneuse au sud-ouest de la province de Hubei. La deuxième zone se situe quant à elle en mer de Chine méridionale, entre les côtes vietnamiens et l’île de Haïnan.

Ceci s’explique par le fait que le point d’injection du satellite est relativement basse, autour de 250 km d’altitude, ce qui résulte en une trajectoire plus tendue et donc une zone de retombée située à l’autre côté de la péninsule indochinoise au lieu d’être dans le Golfe de Thaïlande.

A3042/18
Q) ZHWH/QRTCA/IV/BO/W/000/999/3035N11001E021
A) ZHWH B) 1807310254 C) 1807310318
E) A TEMPORARY RESTRICTED AREA ESTABLISHED BOUNDED BY:
N305154E1095432-N304934E1101308-N301204E1100640-N301428E1094811
BACK TO START.ALL ACFT ARE FORBIDDEN TO FLY INTO THE TEMPORARY
RESTRICTED AREA.
VERTICAL LIMITS:GND-UNL.
F) GND G) UNLL

A3066/18
Q) ZJSA/QRTCA/IV/BO/W/000/999/1908N10746E038
A) ZJSA B) 1807310255 C) 1807310318
E) A TEMPORARY RESTRICTED AREA ESTABLISHED BOUNDED BY:
N194254E1080137-N183043E1074905-N183303E1073415-N191604E1071123-N19
4548E1074308 BACK TO START. ALL ACFT ARE FORBIDDEN TO FLY INTO THE
TEMPORARY RESTRICTED AREA. VERTICAL LIMITS:SFC-UNL.
F) SFC G) UNL

Satellite

La trajectoire au sol et les zones de retombée de ce lancement de GF-11 (Image : East Pendulum)

Les premières données TLE de NORAD montrent que deux objets ont été satellisés. Le satellite est pour le moment sur une orbite elliptique de 242 km × 691 km × 97,43°, qui lui fait tourner un peu plus de 15 fois autour de la Terre par jour, et arriver au périgée tous les jours vers 10 heures du matin heure locale au-dessus de l’Inde et la mer de Chine méridionale.

GAOFEN 11
1 43585U 18063A 18216.87948122 .00060966 27177-5 29604-3 0 9992
2 43585 97.4297 285.8924 0328218 155.1794 251.4097 15.33219148 712

CZ-4B R/B
1 43586U 18063B 18216.23297034 .00152318 20791-5 32426-3 0 9996
2 43586 97.3700 285.4380 0180589 129.7753 231.9642 15.75988306 659

A noter que la Chine a égalisé son propre record en termes du nombre de lancements spatiaux, établi en 2016, mais en seulement sept mois cette année. Le pays devrait effectuer « plus de 30 lancements » en 2018 selon la communication officielle.

 

Le satellite GaoFen 11 (GF-11)

On ne connait que très peu sur le satellite GF-11 aujourd’hui. Les communiqués institutionnels, que ce soit celui du groupe s’aérospatiale chinois CASC responsable de la conception du lanceur et du satellite ou celui de l’armée chinoise, ont repris exactement le même texte pour le décrire, à savoir un satellite d’observation optique du programme CHREOS, qui sera utilisé dans les domaines du recensement national, de l’aménagement urbain, de la conception du réseau routier ainsi que de la prévention des catastrophes naturelles.

Il y a également une courte phrase indiquant que le satellite « fournira du support d’information pour l’exécution des stratégies nationales telles que le « One Belt One Road », et la modernisation de la défense nationale ».

L’article de Science and Technology Daily, un quotidien chinois co-administré par le Ministère chinois des sciences et de la technologie et l’Académie chinoise des Sciences, a donné quant à lui quelques détails supplémentaires sur le satellite, précisant que ce dernier a été conçu par l’Institut CAST du groupe CASC, et que sa résolution-sol atteint le niveau « submétrique » (< 1 mètre).

Le concepteur du GF-11 – l’Institut CAST – souligne pour sa part que le satellite est de « haute définition, avec un ratio de charges utiles élevé, et capable de grande manœuvrabilité »  (高分辨率、高承载、高机动、高精度、高数传、高智能), et que « 100% des composants sont chinois ». On apprend par la même occasion que le satellite dispose de « 5 000 petits dissipateurs de chaleur, chacun ressemblant à un miroir », et que la même équipe de conception était aussi responsable il y a quatre ans d’un autre satellite chinois, le Yaogen-26 (YG-26), qui est en réalité un satellite militaire connu sous la référence de JB-13.

Satellite

Le satellite GaoFen 11 (Image : CCTV)

Notre collègue Clément estime, à partir des images du lancement diffusées par la télévision locale et la dimension connue du dernier étage de CZ-4B, que le satellite GF-11 pourrait avoir un caméra de diamètre de 1,7 mètres, soit plus grand que celui du satellite d’espion français Helios 2. Ceci devrait permettre donc au satellite chinois d’atteindre une résolution-sol de 8 à 10 cm au périgée, ou 15 à 20 cm en moyenne, dépassant ainsi la plupart des satellites commerciaux et militaires optiques. L’estimation de Clément correspond effectvement à l’ordre de grandeur « submétrique » fourni par les institutions chinoises.

 

Statistique historique

Ce lancement est le 22ᵉ lancement spatial chinois en 2018, le 30ᵉ pour le lanceur CZ-4B, et le 282ᵉ pour la famille des lanceurs Longue Marche.

Pour l’heure, les fusées Longue Marche du groupe CASC totalisent 271 succès et 11 échecs, soit un taux de réussite de 96,10%.

Voici le tableau de suivi de tous les lancements spatiaux chinois effectués depuis le premier en 1970, incluant ceux qui ne sont pas réalisés par les lanceurs Longue Marche –

Henri K.

Written by

Et si la vision du monde est "biphasée" ? C'est ce que Henri a toujours cru, c'est également comme cela qu'il voit la Chine. Maladroit dans son écriture, souvent perdus dans ses pensées, pourtant ce responsable technique en aéronautique essaie chaque jour de partager avec vous les actualités sur l'Empire du Milieu, avec notamment les éléments à la source que vous ne verrez probablement jamais ailleurs en France.

No comments

LEAVE A COMMENT