« Fantôme 6 », le drone solaire de NWPU qui bat le record d’endurance en Chine

Certes, par rapport au drone à énergie solaire Zephyr S de l’avionneur européen Airbus qui a volé près de 26 jours d’affilée lors de son vol inaugural, les 19 heures et 34 minutes réalisées par le drone solaire « Fantôme 6 » (魅影6) le 28 Août dernier semblent faire piètre figure en face. Mais l’engin conçu par l’Université polytechnique du Nord-Ouest (NWPU), une université de renommée chinoise et dirigée par le Ministère de l’industrie et des technologies de l’information, bat tout de même le record dans la durée en vol réalisée par ce genre d’aéronef en Chine.

Selon le communiqué de la NWPU, le drone s’est posé en tout autonomie sur une route en terre battue le 28 Août à 23h04 heure locale, après un vol qui a durée 19 heures et 34 minutes au-dessus du désert de Maowusu (毛乌素沙漠) en Chine centrale.

Ce premier vol de « Fantôme 6 » a battu le précédent record chinois, tenu par son prédécesseur « Fantôme 5 » depuis Juin 2017, qui était de 16 heures et 9 minutes. L’objectif de l’essai est de vérifier la configuration aérodynamique de l’engin et l’efficacité de gestion énergétique avec peu d’éclairage naturel des saisons Automne et Hiver, qui ne représente qu’un tiers de celui en Été.

Bien qu’aucun détail technique n’a été révélé sur le petit drone solaire chinois, on pense qu’il n’aurait pas dépassé les 7 000 mètres d’altitude lors de son vol inaugural la semaine dernière, puisque le texte publié par NWPU parle du nuage épais et de la faible luminosité (毕竟是已入秋,加之今天云层厚,阳光照度不强). On sait tout de même que le vol est entièrement automatisé depuis le décollage jusqu’à l’atterrissage, et que l’engin devrait disposer de deux petits moteurs à hélice d’après les photos.

L’équipe de l’université chinoise travaille dans le domaine de drones à énergie solaire depuis maintenant près de dix ans. Faisant partie du Programme 863 et des recherches fondamentales de l’Administration d’État pour la Science, la Technologie et l’Industrie de la Défense nationale (SASTIND), le projet « Fantôme » est soutenu par plusieurs financements provinciaux et nationaux et sert comme l’un des projets de démonstration dans le développement de plateforme volante à très longue endurance, avec un fort intérêt applicatif dans la télécommunication en tant de point relais Wi-Fi, ou encore en surveillance écologique en continue dans les réserves naturelles.

Les différents prototypes « Fantôme » ont déjà réalisé une centaine de vols aux quatre coins de la Chine, notamment dans les réserves naturelles de Kekexili, Changtang et des trois rivières en province de Tibet, où les drones ont décollé à plus de 5 000 mètres d’altitude en régions haut plateau.

Le drone « Fantôme 5 » par exemple a terminé des essais autonomes sous le vent de niveau 7 et en temps d’orage, ainsi que l’atterrissage automatique dans la nuit.

A noter qu’à part l’Université NWPU, une autre institution chinoise, CAAA, filiale du groupe d’aérospatiale chinois CASC, travaille aussi actuellement sur les drones solaires. Le drone CH-T4, d’une envergure de 45 mètres pour 14 mètres de long et 400 kg en masse, a notamment réalisé un vol au-delà de 20 000 mètres d’altitude en Juin 2017.

Drone solaire

Le drone solaire CH-T4 de l’Institut CAAA.

Henri K.

Post Tags
Written by

Et si la vision du monde est "biphasée" ? C'est ce que Henri a toujours cru, c'est également comme cela qu'il voit la Chine. Maladroit dans son écriture, souvent perdu dans ses pensées, ce responsable technique en aéronautique essaie pourtant chaque jour de partager avec vous les actualités sur l'Empire du Milieu, avec notamment les éléments à la source que vous ne verrez probablement jamais ailleurs en France.

No comments

LEAVE A COMMENT