Et si le 3ᵉ porte-avions chinois est à propulsion conventionnelle + EMALS ?!

Que la Chine est en train de construire son 3e porte-avions à Shanghai ne fait probablement plus aucun doute aujourd’hui, étant donné que les premiers blocs font déjà leur apparition dans la nouvelle zone de construction au chantier naval Jiangnan Changxing depuis plusieurs mois, mais les débats restent cependant ouverts et vifs quant au type de propulsion utilisée par le navire, et aussi au type de technologie choisi pour ses catapultes, à savoir à vapeur comme sur la plupart des porte-avions depuis 70 ans, ou électromagnétique (EMALS) qui équipe désormais en premier lieu l’USS Gerald R. Ford de l’US Navy.

Si les autorités chinoises, notamment la Commission militaire centrale et la marine chinoise, n’ont encore révélé aucun détail sur les programmes en cours et à venir, les industriels, eux, ont fait récemment quelques « fuites » à demi-mot intéressantes.

Dans un article publié fin Janvier par le chantier naval Jiangnan Changxing, la filiale du groupe naval chinois CSSC qui est aussi l’un des plus grands sites de construction navale au monde a honoré l’un de ses experts, ZHANG Guo Xin (张国新), directeur de production d’un « Projet spécial ».

Le texte, qui a été retiré du compte Weixin peu après sa mise en ligne probablement pour avoir révélé plus que nécessaire, indique que ZHANG s’occupe des travaux de construction d’un « Produit stratégique » depuis près de trois ans.

Et autour de ce « navire » et ses particularités, l’homme a entamé des recherches avec son équipe sur trois sujets majeurs –

  1. La simulation de la maintenabilité et l’accessibilité des compartiments machines avec chaudières
  2. Les normes sur la précision d’installation des stators, suivant le fonctionnement des rotors de machine linéaire, ainsi que les technologies de mesure en ligne de sabot et de compensation dynamique du « dispositif TS »
  3. La conception intégrée de compartiments machines, l’assemblage de blocs et la production non polluante

 Ces travaux ainsi que d’autres réalisations menées par ZHANG lui ont valu le Premier prix de contribution 2018 du groupe CSSC.

Et parmi ces trois sujets mis en avant par le constructeur naval chinois, le point 2 semble suggérer assez clairement que le 3ᵉ porte-avions chinois utilisera des catapultes EMALS. La seule interrogation concerne le mot « TS », qui pourrait être en fait l’acronyme phonétique de « Tán Shè » (弹射), c’est à dire « catapultage » en Chinois.

Quant à la propulsion, si ces « Projet spécial » et « Produit stratégique » évoqués dans l’article représentent effectivement le nouveau porte-avions en construction – ce qui est plus que plausible – alors le mot chinois 机炉舱 utilisé dans le point 1, qui veut dire que les machines principales et auxiliaires ainsi que les chaudières se trouvent dans la même salle de machines, semble être assez caractéristique de la propulsion conventionnelle d’un porte-avions.

On notera que le même mot avait déjà été utilisé dans un article de l’agence Xinhua en 2014 pour décrire la salle de machines du porte-avions Liaoning, qui est aussi à propulsion conventionnelle.

Bien entendu, tout ceci n’est que l’interprétation hypothétique d’un article du constructeur naval chinois, mais avec l’avancement des travaux de construction du nouveau porte-avions, d’autres éléments devraient émerger incessamment sous peu, que ce soit volontaire ou involontaire.

A suivre.

Henri K.

Written by

Et si la vision du monde est "biphasée" ? C'est ce que Henri a toujours cru, c'est également comme cela qu'il voit la Chine. Maladroit dans son écriture, souvent perdu dans ses pensées, ce responsable technique en aéronautique essaie pourtant de partager avec vous chaque jour les actualités sur l'Empire du Milieu, avec notamment les éléments à la source que vous ne verrez probablement jamais ailleurs en France.

No comments

LEAVE A COMMENT