Les essais systèmes avioniques du J-20 évoluent

Pour s’assurer que le développement des systèmes avioniques tienne dans les délais prévus, le programme de l’avion de combat chinois J-20 a fait transformer un avion cargo Tu-204-102C en banc d’essais volant dédié.

L’analyse des photos prises entre 2014 et 2017 sur ce banc d’essais volant montre de façon visible que les systèmes qui y sont installés et testés ont évolué, ce qui nous permet de constater l’avancement réalisé sur cette partie importante du programme J-20.

En Juin 2014, seul le nez de ce Tu-204, immatriculé 769 du CFTE (China Flight Test Establishment), semble avoir subi des modifications conséquentes. La pointe avant de l’avion, notamment le radôme, a été remplacé par celle du J-20, suggérant ainsi que le radar à antenne AESA (①) aurait été le premier système principal à passer au banc.

Le banc d’essais volant des systèmes avioniques du J-20, en Juin 2014 (Source : 新浪)

Dès Avril 2015, le même Tu-204 s’est vu installer une paire d’aileron (②) sur le dessus de la cellule, juste derrière le cockpit à l’image du Boeing 757-200 pour le programme F-22 américain. Il s’agirait des antennes CNI (Communications, Navigation and Identification) installées sur le bord d’attaque de la voilure.

Deux « bosses » (③), identiques à celles qui se trouvent entre le canard et le LERX du J-20, ont également été rajoutées sur les deux côtés du fuselage. On pense qu’il s’agisse d’un compartiment conforme où est logé une partie des antennes dédiées à la guerre électronique.

Une barre de forme hexagonale étirée (④) a été installée sur le côté de la pointe avant, qui, selon certains observateurs, pourrait correspondre au radar à visée latérale en balayage électronique comme sur le Sukhöi PAK FA. Sous le radôme se trouve aussi une verrière (⑤) pyramidale dont la forme fait penser à l’EOTS du F-35.

J-20

En Avril 2015, plusieurs nouveaux équipements ont été rajoutés sur le même banc d’essais volant pour le programme J-20.

Et les choses semblent avoir évolué de nouveau très récemment, car une photo parue en Février 2017 sur ce même Tu-204 montre que le supposé radar à visée latérale a cédé sa place aux deux nouveaux systèmes qui sont présents sur le J-20 depuis longtemps – le premier étant l’une des fenêtres optiques (⑥) située juste derrière le radar à la pointe avant, faisant partie de l’équivalent du système EODAS de F-35 qui fournit une vision infrarouge à 360° autour du chasseur. Le deuxième est ce qu’il pense être un brouilleur électronique (⑦) pointant vers l’avant, qui se trouve à côté de l’entrée d’air DSI du J-20.

Une photo parue en Février 2017 montre de nouveaux changements sur le Tu-204-120C (Source : APFSDS-, East Pendulum)

Ces évolutions constatées sur ce testbed avionique du programme J-20 permettent, dans une certaine façon, de mesurer l’état d’avancement du développement de nombreux systèmes clés pour l’avion de combat le plus avancé pour la Chine.

Le fait que ces essais soient menés à part sur une plateforme dédiée a permis de paralléliser les tests de la cellule et ceux des équipements avioniques, afin que les deux démonstrateurs technologiques et les six prototypes du programme puissent se focaliser d’abord sur les tests aérodynamiques pour vérifier l’enveloppe de vol.

Si le J-20 a pu s’approcher rapidement du stade de l’entrée en service après six ans d’essais en vol, cette duplication de moyens de test y a certainement beaucoup contribué. On retrouve cette même stratégie de test chez plusieurs programmes d’avion de combat occidental, comme le Boeing 757-200 du F-22 déjà souligné en haut, mais aussi le Boeing 737-330 CATBird de Lockheed Martin pour le programme F-35, et le Fokker 100 de la DGA (Direction Générale de l’Armement).

A l’aide des images du J-20 annotées en bas, on peut maintenant mieux identifier l’ensemble de ces systèmes avioniques passés aux essais sur le Tu-204 en question. Mais la liste est certainement non exhaustive car il reste encore beaucoup d’éléments présents sur la cellule de J-20 à identifier, notamment tous les zones en couleur gris pâle sont susceptibles d’être des endroits perméables aux ondes électromagnétiques – et donc les fenêtres conformes de la suite avionique – mais cela nous donne une première base de travail pour la suite.

On va continuer à surveiller ce Tu-204-120C pour voir si d’autres modifications auront lieu. S’il n’y a pas de changement dans les mois à venir, cela voudrait peut-être dire que les essais pour la version actuelle du J-20 touchent à la fin, et donc que l’avion sera admis au service actif avec le standard actuel.

A suivre.

Henri K.

(*) L’histoire du programme Tu-204 :
https://redsamovar.com/2016/11/19/analyse-le-tu-204-echec-commercial-ou-bonne-a-tout-faire/

Post Tags
Written by

Et si la vision du monde est "biphasée" ? C'est ce que Henri a toujours cru, c'est également comme cela qu'il voit la Chine. Maladroit dans son écriture, souvent perdus dans ses pensées, pourtant ce responsable technique en aéronautique essaie chaque jour de partager avec vous les actualités sur l'Empire du Milieu, avec notamment les éléments à la source que vous ne verrez probablement jamais ailleurs en France.

No comments

LEAVE A COMMENT