Du radar AESA pour les JF-17M birmanes ?

Si les photos de JF-17M fuitées en Octobre cette année sont bien les fruits de la curiosité des passionnés locaux, qui confirment d’ailleurs (MAF) la livraison des 4 premiers appareils au Myanmar par l’avionneur chinois AVIC, le 71ème anniversaire de la fondation de Force aérienne birmane a été l’occasion pour ces nouveaux avions de chasse de s’afficher officiellement devant le grand public.

C’est donc à l’école de pilotage située près de Meiktila, au centre du pays, que l’armée de l’air birmane a célébré samedi dernier cet événement en faisant venir ses nouveaux JF-17M ainsi que des avions de transport ATR-42-600 et des hélicoptères Z-9 lors d’une journée portes-ouvertes.

Il faudrait attendre certainement quelques jours de plus pour en savoir davantage sur les éléments communiqués, mais d’après les photos prises par les visiteurs sur place, le Myanmar semble bien avoir l’intention d’utiliser ses JF-17M dans des rôles différents, que ce soit en patrouille du ciel ou en mission anti-navire, puisque des maquettes de l’avion en deux configurations distingues ont été exposées.

L’une entre elles semble porter au moins un CM-400AKG, missile anti-navire hypersonique conçu par le groupe CASIC, sous la voilure gauche, tandis que l’autre porte un missile Air-Air de guidage radar actif. 

A noter qu’il y a eu des rumeurs controversées apparues il y a quelques mois, stipulant que le Pakistan aurait annulé le contrat avec le Myanmar sur la vente de 16 avions JF-17M, ce qui expliquerait pourquoi la livraison a été si « lente ».

Rappelons que le contrat a été signé entre le Pakistan et le Myanmar en 2015 et porte sur un total de 16 appareils pour quelques 560 millions USD. La production des premières cellules a démarré à la même année.

Si l’origine de ces rumeurs reste inconnue à ce jour, des sources locales birmanes ont pu clarifier ce retard aujourd’hui – Selon des nouvelles informations, toutes les cellules de JF-17M restantes auraient déjà été livrées par l’industrie aéronautique pakistanaise, notamment le Pakistan Aeronautical Complex (PAC), à Chengdu Aircraft Corporation en Chine.

Cette filiale du groupe chinois AVIC s’occupe ensuite de l’installation des principaux équipements embarqués, comme le radar et la suite avionique, avant de mener des vols d’essai d’usine en Chine.

Et le dit retard serait en fait causé par une nouvelle décision côté birmane de doter le reste des appareils avec un radar à antenne AESA chinois, qui était encore en cours d’essais l’an dernier.

Sans pouvoir vérifier l’exactitude de ces dires, on sait tout de même qu’au moins deux radars AESA chinois proposés à l’export, le LKF601E de l’Institut 607 d’AVIC et le KLJ-7 de l’Institut 14 du groupe CETC, étaient effectivement en test depuis 2017.

Si cela se confirme et que l’intégration est menée à bien, cela signera non seulement une « banalisation » des chasseurs dotés de radar AESA dans la région, mais cela incitera sans doute d’autres prospects du JF-17 à choisir de même. On peut citer par exemple l’Azerbaïdjan et la Malaisie qui seraient en pourparlers avec le Pakistan, et probablement la Chine derrière puisque c’est elle qui fournit la totalité des technologies sur l’avion aujourd’hui.

On apprend d’ailleurs que la MAF a choisi au total 3 différentes configurations du standard Block II pour ses JF-17M, mais les détails techniques n’ont pas encore été révélés.

Henri K.

Post Tags
Written by

Et si la vision du monde est "biphasée" ? C'est ce que Henri a toujours cru, c'est également comme cela qu'il voit la Chine. Maladroit dans son écriture, souvent perdu dans ses pensées, ce responsable technique en aéronautique essaie pourtant de partager avec vous chaque jour les actualités sur l'Empire du Milieu, avec notamment les éléments à la source que vous ne verrez probablement jamais ailleurs en France.

No comments

LEAVE A COMMENT