Drones longue portée EA-03 déployés à la frontière sino-indienne

S’il est difficile de parler en toute objectivité du conflit récent entre l’Inde, le Bhoutan et la Chine dans la région de Doklam, qui s’est soldé par le retrait (temporaire) de toutes les parties à compter du 28 Août dernier, on peut au moins confirmer que les forces armées chinoises s’étaient renforcées progressivement sur la frontière sino-indienne pendant toute la durée de la confrontation, en déployant plusieurs avions de chasse, chasseurs bombardiers ainsi que des drones de reconnaissance longue portée EA-03, plus connus sous le nom de « Soaring Dragon » que porte le prototype, dans l’un des cinq aéroports chinois au Tibet.

L’information a d’abord été révélée par notre collègue huitong, auteur du site Chinese Military Aviation. Selon les images satellites de l’aéroport de Shigatsé Heping datant du 24 Août cette année – soit quatre jours avant la fin de la confrontation – au moins trois drones EA-03, huit chasseurs J-10, deux chasseurs bombardiers JH-7A et deux chasseurs bombardiers lourds Su-30MKK ont été identifiés sur place, à moins de 250 km à vol d’oiseau du lieu exact de conflit.

D’autres images plus récentes, en date du 6 Septembre, indiquent que les mêmes EA-03 étaient toujours en mouvement dans la zone après la confrontation.

Ces images confirment non seulement que le nouveau drone EA-03, dit Haute Altitude et Longue Endurance (HALE), est bel et bien entré en service actif et opérationnel, mais il y a eu surtout une intention claire de l’armée chinoise à y mener une opération militaire de précision sur sa frontière avec l’Inde, qui demande des moyens de surveillance et de reconnaissance à la fois rapprochés et de présence quasi-permanente.

Développé par l’Institut 611 Chengdu du groupe AVIC, le même bureau d’études qui a conçu les chasseurs J-10, J-20 et FC-1, l’EA-03 est un drone faisant plus de 7 000 kg au décollage et capable de voler à 750 km/h sur un plafond de croisière à 18 000 mètres d’altitude.

Caractérisant par sa configuration un peu particulière en aile rhomboïdale, l’engin dispose d’une autonomie conséquente de 7 000 km, ou 36 heures en vol, d’après son concepteur.

Cette distance franchissable relativement importante confère à l’EA-03 un rayon d’action d’environ 3 000 km, suffisant pour couvrir la totalité du territoire indien, voir même au-delà. Si déployé localement sur une ligne de front et relayé à plusieurs, il permet à l’armée chinoise de garder un œil et des oreilles de manière permanente sur les 600 km de profondeur à partir du point de conflit à Doklam.

Et c’est probablement pour ces raisons que trois EA-03 se trouvaient simultanément à Shigatsé Heping, où le mot Heping signifie ironiquement la « Paix » en chinois.

On ignore pour le moment si ces trois drones HALE de l’armée chinoise font parties de ceux qui sont sortis de l’usine d’Anshun en 2016 ou ils ont été produits avant. Quoiqu’il en soit, il n’est pas exclus que ce soit le premier déploiement opérationnel de l’EA-03.

Quant aux autres avions de chasse se trouvant Shigatsé Heping, les informations indiquent que les unités de l’armée de l’air chinoise viennent en réalité à tour de rôle et ne sont pas basées sur place en permanent.

Par exemple, les J-10 vu sur les images satellites en début Août viendraient d’une unité du Commandement du théâtre du Sud, qui remplacent les autres J-10 du Commandement Ouest qui ont investi la même entre Avril et Juillet.

Par ailleurs, le fait que les chasseurs bombardiers chinois JH-7A et Su-30MKK soient également présents montre aussi que l’armée chinoise n’avait pas uniquement l’intention de protéger son espace aérien, avec des chasseurs intercepteurs de type J-10, mais se serait aussi préparé à frapper les cibles indiennes au sol si la confrontation perdurerait.

Si l’on croit au média indien NDTV, la Chine aurait repris les travaux de construction des routes dans Doklam. Le matériaux non utilisés dans la précédente tentative auraient été déplacés à un autre site, sous la protection de 500 soldats chinois.

Toujours sur la frontière avec le Bhoutan mais à l’Est, dans l’Arunachal Pradesh, un Mi-17 de l’armée indienne s’est écrasé le 6 Octobre en tuant les 7 personnes à bord. L’hélicoptère était en mission de ravitaillement à un poste avant-garde situé dans une zone disputée avec la Chine.

A suivre.

Henri K.

Post Tags
Written by

<p>Et si la vision du monde est « biphasée » ? C’est ce que Henri a toujours cru, c’est également comme cela qu’il voit la Chine.</p> <p>Maladroit dans son écriture, souvent perdus dans ses pensées, pourtant ce responsable technique en aéronautique essaie chaque jour de partager avec vous les actualités sur l’Empire du Milieu, avec notamment les éléments à la source que vous ne verrez probablement jamais ailleurs en France.</p>

No comments

LEAVE A COMMENT