Dix chasseurs J-20 livrés en 2017 ?

Depuis son entrée en production de série, les nouvelles sur le J-20 commencent à se faire rares. Les spotteurs de la ville de Chengdu, qui restent habituellement très actifs autour de l’Usine 132 (CAC) où les avions de combat furtifs chinois sont produits, semblent avoir perdu tout intérêt pour l’avion.

Peut-être que les mesures de sécurité se sont durcies – comme par exemple la construction d’un mur qui entoure désormais le site de production, et la démolition des bâtiments en abandon qui ont été servis comme poste d’observation par les passionnés – ou alors tout simplement que l’effet de mode est maintenant passé.

Quoiqu’il en soit, certaines sources locales ont indiqué hier que « l’Usine s’est engagée à livrer plus de dix appareils (de J-20) en 2017 », avant que ce soit rectifié en « la quantité de livraison au total dépasse les dix exemplaires ».

Au premier regard, ces deux versions peuvent paraître identiques, mais sachant qu’au moins sept avions J-20 de série ont été fabriqués jusqu’en Février cette année, dont 5 déjà effectué leur premier vol et parmi lesquels deux ont été livrés à l’armée de l’air chinoise, l’interprétation peut donner des chiffres totalement différentes.

Si 10 appareils seront livrés d’ici fin année, et en prenant en compte qu’il faut environ trois à six mois pour terminer les essais en vol à l’usine avant la livraison, cela revient à dire qu’en plus des deux avions J-20 déjà livrés et cinq qui sont sortis de la chaîne d’assemblage plus tôt, CAC est capable de produire au moins cinq appareils en 1er semestre 2017, soit une cadence de production de dix avions par an dès la deuxième année de production en série.

Si, en revanche, il s’agit de dix appareils au total livrés depuis le début, c’est à dire à partir de l’année 2016, alors la cadence tombe à six par an (trois pour le 1er semestre 2017).

Alors laquelle des deux est la plus probable aujourd’hui ?

En nous basant sur le programme précédent que Chengdu est chargé de la production, à savoir la famille de chasseurs mono-réacteur J-10, on s’aperçoit qu’en 2003, la première année de l’entrée en production de série, quatre exemplaires ont été livrés à l’armée de l’air chinoise.

Le chiffre est doublé dès 2004 pour atteindre huit avions livrés, vingt en 2005, et se stabilise autour de trente sur les années suivantes jusqu’à l’arrivée de la variante J-10B en 2013.

Suivant la même logique, et sachant que les deux premiers J-20 de série, immatriculés respectivement 78271 et 78272, ont été produit sur l’année 2015, suivis par les cinq autres entre 2016 et début 2017, il paraît donc plus raisonnable de miser sur le deuxième scénario, à savoir que dix J-20 de série livrés depuis le début d’ici fin 2017. Auquel cas la cadence de production annuelle actuelle devrait se situer entre six et huit appareils, soit moitié moins que notre estimation initiale (voir le dossier « Quelques rumeurs sur la production du J-20 »).

J-20

78271, le premier J-20 de série qui a été livré à l’armée de l’air chinoise (Photo : 中南海保镖)

En attendant des nouveaux éléments pour établir une meilleure statistique, deux informations institutionnelles autour du J-20 viennent combler un peu la période creuse du moment.

La première concerne le cockpit de l’avion, et plus précisément l’écran tactile MFD unique de pleine largeur. Une chaîne de télévision locale avait diffusé un interview avec une filiale du groupe AVIC, la maison mère de l’Usine 132 Chengdu, dans lequel on apprend que le tableau de bord de J-20 est fabriqué par AVIC Changfeng, qui produit le même type de cockpit tout-en-un pour le J-16, un nouveau chasseur-bombardier lourd qui remplacera à terme les Su-30MKK et Su-30MK2 dans l’armée de l’air et la marine chinoise.

J-20

L’écran tactile une pièce du chasseur bombardier J-16.

Et la nouvelle est (indirectement) confirmée par la visite d’une délégation officielle de la ville de Suzhou à AVIC Changfeng, durant laquelle l’adjoint au maire s’est vu remettre une maquette de J-20.

J-20

L’autre information concerne la maintenance de J-20. Selon un article paru le 6 Juin dans le CAN News, un journal édité par le groupe AVIC, on apprend que l’interface homme-machine des instruments d’aide à la maintenance portable (PMA, Portable Maintenance Assistant) pour les systèmes de « l’avion de 4ème génération » a été entière revue et optimisée, afin que ce soit plus conviviale pour les techniciens de contrôle et de maintenance.

Le terme de « l’avion de 4ème génération » est usuellement destiné au J-20, sachant que la classification de génération des avions de combat est différente de celle des États-Unis et en Russe.

Tous ces éléments montrent que le programme J-20 n’est toujours qu’au début de sa phase de montée en cadence et de la maturation des processus industriels, et nous ne manquerons pas de revenir sur ces sujets prochainement.

A suivre.

Henri K.

Post Tags
Written by

Et si la vision du monde est "biphasée" ? C'est ce que Henri a toujours cru, c'est également comme cela qu'il voit la Chine. Maladroit dans son écriture, souvent perdu dans ses pensées, ce responsable technique en aéronautique essaie pourtant de partager avec vous chaque jour les actualités sur l'Empire du Milieu, avec notamment les éléments à la source que vous ne verrez probablement jamais ailleurs en France.

No comments

LEAVE A COMMENT