« Divine Eagle » : le drone HALE anti-furtif ?

Fin 2014, les rumeurs circulaient sur les forums militaires chinois et parlaient d’un « engin monstrueux » venant du Nord – un « aigle à double tête » et quelque chose de « laid ». Peu après, le nom de Divine Eagle (Aigle divin) fait surface et certains commencent à parler d’un drone Haute Altitude Longue Endurance (HALE) qui servira comme plateforme AEW anti-furtif.

Les photos de ce drone, conçu par l’Institut 601 Shenyang du groupe AVIC, sont bien apparues sous forme de cliché volé en Mai 2015, montrant un étrange aéronef à double fuselage de grande envergure, suivi par les images satellites dès le mois de Juillet.

Quel est ce mystérieux Divine Eagle ? Pourquoi les rumeurs l’associent à un drone HALE anti-furtif ?

Divine Eagle

Image de synthèse du Divine Eagle

Contrairement au nom imaginatif comme le « J-31 », celui de Divine Eagle n’est nullement fictif et existe réellement dans le registre institutionnel.

En effet, il est apparu pour la première fois dans l’autobiographie de LI Ming (李明), ancien ingénieur en chef de l’Institut 601 Shenyang et académicien de l’Académie chinoise de l’Ingénierie. L’ouvrage fait partie de la série « Les Académiciens de l’industrie d’aviation chinoise », éditée et publiée par le groupe aéronautique chinois AVIC en 2012.

On peut lire sur la page 276 de cette biographie : « En parallèle du projet de recherche fondamental sur le système de combat par aéronef sans pilote, LI Ming a fortement poussé la collaboration avec les autres entités sur le projet du drone anti-furtif à haute altitude. »

« L’Institut 601 a développé ainsi le démonstrateur Divine Eagle grâce à cette collaboration. », souligne le texte.

Divine Eagle

Extrait de l’autobiographie de LI Ming, ancien ingénieur en chef de l’Institut 601 Shenyang (Source : AVIC)

Nous sommes alors vers 2006 (ou après) quand ces événements ont eu lieu, si l’on croit à la lecture du chapitre 12 de la même autobiographie.

Ensuite, il y a aussi cette carte des appareils développés par AVIC, sur laquelle on voit mentionner « Drone anti-furtif à haute altitude et longue endurance », mais on ignore si elle est représentative.

Divine Eagle

La carte des appareils militaires développés par le groupe AVIC, où est figuré le « drone HALE anti-furtif » (Source : AVIC)

Enfin, on retrouve bien sûr quelques documents universitaires qui étudient depuis les années 2000′ la conception des drones HALE à double fuselage, ou à double aile volante, mais leurs valeurs sont discutables et n’auraient probablement aucun lien avec le projet dont nous parlons ici.

Tous ces éléments suggèrent néanmoins que l’Institut 601 Shenyang travaille depuis plus de 10 ans sur un projet de drone anti-furtif, dont le démonstrateur, au moins, s’est appelé « Divine Eagle ».

Divine Eagle

Le drone Divine Eagle sur le tarmac à Shenyang en Mai 2015.

Et les internautes chinois n’ont pas eu torts d’appeler ce drone « Aigle à double têtes ». Les photos d’amateur et aussi les images satellites nous montrent effectivement un drone à double fuselage qui mesure plus de 15 mètres de long et environ 42 mètres d’envergure.

Les deux fuselages de l’appareil sont reliés par un longeron ailé à l’avant, et par la voilure à l’arrière sur laquelle se pose un moteur à réaction de modèle inconnu (WS-12 d’origine chinoise ?), qui se trouve entre deux grands empennages verticaux.

L’ensemble de cette configuration aérodynamique confirme que le Divine Eagle est conçu pour évoluer en haute altitude, avec une finesse importante.

Les études montrent que le double fuselage permet de réduire l’effort structurelle sur la cellule et les difficultés de conception au niveau des matériaux, tout en préservant une envergure relativement importante, par rapport à une configuration classique comme le MQ-4 américain par exemple. Il offre aussi un volume utile plus conséquent par rapport à un simple fuselage.

Les différentes couleurs de revêtement du drone laissent penser que les deux côtés latéraux seraient entièrement perméables aux ondes électromagnétiques. Cela signifie que les Chinois auraient installé des capteurs de grande taille, probablement des antennes en VHF / UHF, si l’usage anti-furtif de ce drone se confirme.

On peut noter également qu’une bonne partie de l’engin, comme la voilure, l’empennage vertical et le dessus du fuselage droite, semble être réalisée en composite pour diminuer la masse totale de l’appareil, qui devrait avoisiner les 15 tonnes.

Divine Eagle

La taille du Divine Eagle par rapport à un J-8II et un J-11x.

Le Divine Eagle pourrait donc être considéré comme une sorte de poste de radar avancé, un AEW autrement dit, mais qui dispose d’une endurance bien plus importante qu’un appareil piloté.

C’est un complément de moyen de détection longue portée, qui viendrait renforcer le vaste réseau des radars au sol que la Chine a installé tout au long de ses frontières, notamment sur les côtes Est, et permettrait au pays de gagner un temps précieux d’alerte avancée dans de nombreux scénarios.

Le drone, qui aurait réalisé son vol inaugural en Octobre 2015, est transféré à l’usine de GAIC à Anshun, située dans la province de Guizhou au Sud-Est de la Chine, pour continuer ses essais en vol.

La production en série de ce drone HALE devrait également se faire chez GAIC désormais, à côté de celle d’un autre drone HALE EA-03 Soar Dragon de la marine chinoise (voir notre dossier « Production initiée pour le drone EA-03 Soar Dragon »).

En voyant la configuration à aile rhomboïdale qu’a adopté l’EA-03, et le double fuselage de Divine Eagle, on remarquera qu’en dépite d’un niveau de compétence globalement plus faible par rapport à ses confrères occidentaux, les ingénieurs chinois ne manquent pas d’imagination et de pragmatisme pour faire avancer leurs projets.

Et c’est peut-être finalement ce point qui est le plus intéressant à observer.

A suivre.

Henri K.

 

P.S. : Cet article est dédié à mon ami Yannick qui voulait savoir un peu plus sur ce drone.

Post Tags
Written by

Et si la vision du monde est "biphasée" ? C'est ce que Henri a toujours cru, c'est également comme cela qu'il voit la Chine. Maladroit dans son écriture, souvent perdus dans ses pensées, pourtant ce responsable technique en aéronautique essaie chaque jour de partager avec vous les actualités sur l'Empire du Milieu, avec notamment les éléments à la source que vous ne verrez probablement jamais ailleurs en France.

No comments

LEAVE A COMMENT