DF-26B ? JL-3 ? Un tir balistique mystérieux dans le golfe de Bohai

Hier sur le compte Weibo (Twitter à la chinoise) du ministère chinois de la Défense est paru une publication sous forme de question réponse, mentionnant une « évaluation de combat récent d’un nouveau missile » des forces des fusées chinoises dans une certaine zone maritime du golfe de Bohai.

L’information a rapidement fait le tour de la toile en Chine, et de nombreuses hypothèses ont été avancées à son sujet. Beaucoup disent qu’il s’agit du tir de DF-26B que nous avons parlé il y a deux jours dans le dossier « DF-26B : Une nouvelle variante de l’ASBM longue portée chinois« , d’autres parlent d’un nouveau missile SLBM tiré par un sous-marin nucléaire lanceur d’engins, évoquant le nom du JL-3. Nous allons donc analyser certaines de ces hypothèses ici.

Mais avant tout, revoyons quelques éléments de base. Par exemple, où se situe la mer de Bohai exactement, et que dit la publication du ministère chinois de la Défense précisément ?

Communiquant par le détroit de Bohai avec la mer Jaune située à l’Est et dont il est une partie, le golfe de Bohaï est délimité au Sud par la péninsule du Shandong et à l’est par celle du Liaodong qui le sépare du golfe de Corée. Sur le côte Ouest du golfe se trouve par exemple l’unique chantier naval des sous-marins nucléaires chinois, ou encore le centre de formation des pilotes aéronavals embarqués de la marine chinoise.

JL-3

Le golfe de Bohai

Quant à la publication du ministère chinois de la Défense, elle est, à vrai dire, assez étrange. En effet, le titre de la publication indique « Réponse à la question de journalistes par le Bureau d’information du ministère de la Défense », alors qu’on ignore si cette réponse a été donnée lors d’une conférence de presse, et qui a posé la question et quand.

La question qui a été posée est la suivante : « Selon nos informations, les forces des fusées de l’armée chinoise ont procédé récemment à un tir d’essai de missile, pouvez-vous le confirmer ? ».

Et la réponse qui a été donnée indique : « Afin d’améliorer la capacité des troupes à mener leurs missions, et faire face efficacement aux menaces de sécurité nationale, le(s) unité(s) des forces des fusées ont mené une évaluation de combat sur un nouvelle arme à missile suivant le plan d’entraînement annuel, qui a atteint les objectifs escomptés. ».

On a plus l’impression qu’il s’agit d’une déclaration officielle qu’une réelle question réponse.

Quoiqu’il en soit, de quoi s’agit-il ? Voici les quelques hypothèses que l’on peut voir d’ici et là :

 

Un tir de la nouvelle variante DF-26B de l’AShBM longue portée chinois

Nombreux sont les internautes chinois qui associent cette annonce de tir balistique dans la baie de Bohai aux épaves du DF-26B, nouvelle variante de l’IRBM / AShBM longue portée DF-26, qui ont été retrouvés fin Avril dans la bannière de Siziwang, en Mongolie intérieure.

DF-26B

Les épaves de DF-26B sur une vidéo amateur postée sur internet le 23 Avril dernier.

Au premier regard, cette hypothèse paraît très sexy. Il y a bien eu un tir d’essai de DF-26B récemment, c’est une variante d’un missile balistique capable de frapper les grosses cibles navales comme les porte-avions, et la publication mentionne un essai des forces des fusées dans la mer.

Tous les ingrédients semblent être réunis pour le scoop.

Or, si on ouvre une carte et regarder la localisation de la bannière de Siziwang, où les épaves du 1er ou du 2ème étage du fameux E/ADF-26B ont été trouvées, par rapport au golfe de Bohai, on se rend rapidement compte que c’est un peu compliqué pour que le missile de plus de 3 000 km de portée puisse laisser son premier étage ou deuxième étage en Mongolie intérieure, et retomber dans la mer de Bohai.

JL-3

De la bannière de Siziwang où les épaves de DF-26B ont été retrouvées au Golfe de Bohai.

En effet, pour que cela soit possible, il fallait que le lancement soit effectué sur le sol mongolien, c’est à dire chez le pays voisin, et que le missile vole au-dessus des zones de population intenses de la province de Hebei (autour de la capitale Pékin).

Autant dire que c’est une opération très risquée – Pas impossible, mais le jeu n’en vaut pas la chandelle.

 

Un tir de missile depuis le site de Korla, ou de l’Ouest.

C’est une hypothèse que l’un de nos lecteurs a parlé hier, en se demandant s’il est possible que le dit missile (il a surtout parlé du DF-26B cité en haut) puisse être tiré à partir du site de lancement de Korla, situé dans la province de Xinjiang où les missiles anti-balistiques chinois sont lancés par exemple, ou d’un autre centre d’essais balistiques à l’Ouest, comme le JSLC ou le TSLC.

Techniquement, cela semble être possible. Si l’on trace une ligne droite qui rejoint par les deux bouts Korla et la partie Nord de la mer de Bohai, elle traverse effectivement la bannière de Siziwang.

De Korla au golfe de Bohai, en passant par la bannière de Siziwang.

Mais, si c’est réellement le DF-26B en question qui a été lancé depuis Korla, alors les zones de retombée se situeront beaucoup plus à l’Ouest (à gauche sur la carte en bas) et non pas à la bannière de Siziwang.

Qui plus est, aucune zone de retombée n’est déclarée dans la baie de Bohai pour recevoir la tête du missile, par exemple.

Et cette direction de tir, de l’Ouest à l’Est, est peu habituelle dans les essais balistiques chinois, qui partent toujours de l’Est à l’Ouest pour bénéficier des installations de suivi plutôt situées à l’Ouest du pays.

 

Un tir de l’AShBM DF-21D du Nord-Est de la Chine

Les forces des fusées chinoises ont déjà procédé aux tirs de leur missile balistique anti-navire vers le golfe de Bohai dans le passé. On peut citer par exemple les deux tirs (supposés) de DF-21D en mois de Novembre 2015.

DF-21D

La zone maritime fermée à la navigation lors des essais de DF-21D en Novembre 2015.

Et d’après une alerte de navigation publiée par l’Administration de sécurité maritime de Liaoning, une zone maritime a été interdite d’accès à tout navire du 20 au 22 Avril dans le golfe de Bohai pour « missions militaires », on peut la voir en jaune sur ce schéma :

JL-3

En jaune, la zone maritime fermé pour missions militaires par la notification LN0054.

Bien que nous pensons que cette zone avait été réservée pour la certification de la 6ème promotion des pilotes embarqués et des LSO du porte-avions Liaoning (voir notre dossier « Quand un porte-avions part en entraînement, un autre se met à l’eau… » du 24 Avril), mais nous ne pouvons pas écarter totalement cette hypothèse.

 

Essais d’éjection sous-marine du nouveau SLBM JL-3

La dernière hypothèse que nous allons étudier ici est qu’il s’agisse des essais d’éjection sous-marine du nouveau SLBM chinois JL-3.

Ce qui nous pousse à avancer cette hypothèse de travail est avant tout la publication d’une alerte de navigation un peu particulière qui interdit toute navigation sur deux zones maritimes dans la mer de Bohai, du 28 Avril au 6 Mai.

L’alerte LN0058 (辽航警0058) demande à tout navire de s’éloigner de deux zones sur le côte Ouest de Bohai. L’un est de forme d’un secteur, d’un rayon de 3 km, et l’autre une zone circulaire d’un rayon de 2 km.

Les deux zones se situent à une cinquantaine de km Sud-Ouest du chantier naval de Bohai où sont assemblés les sous-marins nucléaires chinois. Elles sont trop près des côtes et aussi un peu petites pour être les zones cibles d’un missile balistique, mais suffisamment grandes pour les essais d’éjection sous-marine de missile SLBM.

Ensuite, on sait que le groupe aérospatial missilier chinois CASIC a démarré en 2013 le développement des moteurs à ergol solide, de grand diamètre (2,2 mètres ?), pour un « projet majeur de la marine » que l’on pense être le futur SLBM chinois, le JL-3.

On sait aussi que le chantier naval de Bohai va démarrer prochainement la construction d’une nouvelle génération de sous-marin nucléaire SNA et SNLE, connu sous le nom de Type 09V et Type 09VI respectivement.

Si l’on se réfère maintenant au développement du SLBM chinois JL-2 qui équipe les SNLE Type 09IV aujourd’hui, le premier essai d’éjection sous-marine du missile-maquette remonte au Août 2001, avant que le premier missile soit lancé au sol en Mai 2003, et le premier lancement sous-marin en Août 2004, pour une entrée en service envisagée, à l’époque, en 2009.

Nous sommes donc dans la bonne période pour que les Chinois commencent les premiers tests préliminaires pour leur JL-3, visant une entrée en service d’ici 2026, date à laquelle le Type 09VI devrait être opérationnel.

Le seul doute qui demeure est que cette hypothèse ne correspond pas exactement à ce que dit la publication du ministère chinois de la Défense, qui parle d’une « évaluation de combat » dans le cadre du « plan d’entraînement annuel ».

Et si la vérité est ailleurs ? Donnez-nous votre avis sur la question :

Quel est cet essai balistique des forces des fusées chinoises dans la baie de Bohai ?

Voir les résultats du sondage

Loading ... Loading ...

Henri K.

Post Tags
Written by

Et si la vision du monde est "biphasée" ? C'est ce que Henri a toujours cru, c'est également comme cela qu'il voit la Chine. Maladroit dans son écriture, souvent perdus dans ses pensées, pourtant ce responsable technique en aéronautique essaie chaque jour de partager avec vous les actualités sur l'Empire du Milieu, avec notamment les éléments à la source que vous ne verrez probablement jamais ailleurs en France.

Latest comments
  • Hi; do you know approximately when did the solid booster of the JL-2 first enter development? That way, we can extrapolate the timeline onto the alleged JL-3 program.

  • Bonjour,
    Je vote pour un tir de DF 26b de Korla. En effet, le site de retombée est peut être trop à l’est, mais nous ne savons pas s’il s’agit du premier ou du second étage. Si le missile a une trajectoire ballistique traditionelle en cloche, il faudrait évaluer par comparaison avec un engin semblable occidental. Par contre, est-il possible que la trajectoire du dit DF 26b soit bien plus tendue qu’attendu (un peu comme l’était celle du missile HADES)?

LEAVE A COMMENT