Deux F-15J japonais interceptent les appareils chinois

Le 10 Décembre dans la matinée, les civils qui sont venus participer aux journées portes ouvertes à la base aérienne japonaise de Naha, située sur la côte Ouest de l’archipel d’Okinawa, ont été surpris de voir décoller en urgence 10 avions de chasses F-15J pleinement armés, par vague de deux, sans que ça fasse partie du programme des démonstrations en vol.

D’après le reportage d’un photographe chinois qui était sur place, une 6ème vague de deux F-15J aurait arrêté leur décollage au dernier moment, et un AWACS E-2C avait aussi décollé mais est retourné à la base peu après.

L'un des 10 F-15J, immatriculé 944.

L’un des 10 F-15J, immatriculé 944, en décollage pour intercepter les appareils chinois. (Source : 龙石)

Les photos montrent que ces F-15J (*), qui appartiennent à la 9ème escadre formée très récemment depuis le 31 Janvier 2016, étaient tous armés de missile Air-Air AAM-4 et AAM-5, et équipés des bidons externes, signe que les appareils sont en situation réelle pour une interception.

L’explication côté japonaise est tombée dans l’après midi – 6 appareils chinois ont franchi le détroit de Miyako (みやこ かいきょう), un couloir de navigation internationale large de 300 km, situé entre l’archipel de Miyako et d’Okinawa, au Nord-Est de l’île de Taïwan.

Parmi les 6 avions chinois figurent 2 chasseur-bombardiers Su-30MKK, 2 bombardiers H-6K armés de missiles de croisière, 1 avion ELINT Tu-154M et un autre avion ELINT de type Y-8CB.

Selon le rapport officiel du Ministère japonais de la Défense, les appareils chinois venants de la côte Est continentale ont traversé la première chaîne d’îles au détroit de Miyako puis ont pris cap vers le Sud.

Le parcours des 6 avions chinois, selon le rapport officiel du MoD japonais. (Source : Joint Staff Japan)

On remarquera que contrairement aux précédents rapports, les photos du jour des chasseurs et des bombardiers chinois sont manquantes, seuls les deux avions ELINT ont été photographiés par les pilotes japonais. On comprendra très vite la raison grâce à une protestation officielle de l’armée chinoise.

 

Une conduite « dangereuse » et « non professionnelle » des pilotes de F-15J

Le colonel YANG Yu Jun, porte-parole du Ministère chinois de la Défense, a indiqué dans la conférence presse ordinaire, qui a eu lieu le 10 Décembre, que deux F-15J ont « perturbé les appareils militaires chinois qui étaient en entraînement, en volant de très près et en larguant des leurres », « mettant ainsi en danger les avions et les équipages chinois ».

YANG dénonce une conduite « dangereuse » et « non professionnelle » des pilotes de F-15J, qui ont « enfreint la liberté de navigation et de survol autorisée par les lois internationales ».

Yang denounced that Japanese F-15 fighter jets’ conducts were dangerous and unprofessional and destroyed the freedom of navigation and over-flight endowed by international laws.

Un discours inhabituel de la part des Chinois, car jusqu’à présent ce genre d’accusations vient surtout des Japonais contre les appareils chinois. Un monde à l’envers…

Il se peut donc que les F-15J qui sont venus « accompagner » le passage des appareils chinois auraient volé de trop près, et les chasseurs chinois auraient manœuvrés pour repousser les visiteurs un peu trop curieux. Le largage des leurres par les F-15J, nié immédiatement par les autorités japonaises après la protestation du MoD chinois, pourrait être soit un avertissement envers les appareils chinois, soit suite aux manœuvres évasives comme c’était le cas il y a quelques temps.

Quoiqu’il en soit, les appareils chinois ont repris leur route vers le Sud après l’incident. Mais nous avons déjà une première incohérence au niveau des informations – Nombreux amateurs ont vu décollé 10 chasseurs F-15J de la base de Naha, mais le MoD chinois n’en mentionne que deux. Et les Japonais indiquent la présence de 6 appareils chinois, or selon le MoD taïwanais, il y aurait en réalité une dizaine d’avions militaires chinois qui ont participé aux manœuvres.

 

Une différence sur le nombre d’avions

En effet, le rapport du MoD taïwanais précise qu’une dizaine d’appareils de l’armée de l’air chinoise du commandement de l’Est ont décollé vers 09h00 du matin et ont franchi le détroit de Miyako (6 selon les Japonais), parmi lesquels 4 ont regagné la côte Sud de la Chine par le détroit de Bashi, escortés cette fois-ci par d’autres avions de chasse du commandement du Sud. L’exercice de l’armée de l’air chinois a terminé vers 13h10.

Le MoD taïwanais a appelé son peuple au calme, indiquant que la situation était entièrement sous leur contrôle.

En regroupant ces trois sources japonaises, chinoises et taïwanaises, on peut essayer de reconstruire l’un des scénarios possibles – Une dizaine d’avions chinois se sont approchés du détroit de Miyako, et la JASDF a réagi en faisant décoller au fur et à mesure 10 de ses 40 F-15J basés à Naha.

Une partie de ces F-15J a été occupée par plusieurs avions chinois, d’où le fait que seuls 6 avions chinois et 2 côté japonais se sont rencontrés après le détroit de Miyako et ont fait l’objet du rapport japonais et de la protestation chinoise.

4 de ces 6 avions chinois ont ensuite continué leur vol vers le Sud, comme confirmé à la fois par les Japonais et les Taïwanais, avec les chasseurs chinois venant du Sud pour les escorter.

Les parcours possibles des appareils chinois dans l’exercice du 10 Décembre 2016.

L’exercice de l’armée de l’air chinoise a donc duré environ 4 heures, il a impliqué la participation des appareils de deux commandements de théâtre distincts qui ont fait un tour de l’île de Taïwan par l’Est, au dessus du Pacifique.

De ce fait, ces manœuvres de l’armée de l’air chinoise laissent penser que la cible initiale n’était pas les Japonais, mais les Américains et les Taïwanais. Elle semble vouloir valider un certain plan A2/AD sur la côte Est du Taïwan, pour dissuader l’intervention de l’armée américaine dans un éventuel conflit militaire entre la Chine et l’île.

Il est à noter aussi que, le dernier exercice de ce genre mené par l’armée de l’air chinoise remonte seulement au 25 Novembre (voir notre dossier « Japon : nouveau record des interceptions d’avions chinois« ). Il y a donc une certaine intensification des actions et probablement un certain message à adresser à la nouvelle présidente taïwanaise.

On remarquera également que le niveau d’alerte est maintenu à un niveau assez élevé dans la base aérienne de Naha, puisqu’au moins 12 chasseurs étaient « au chaud » et prêts à décoller à tout moment.

L’affaire à suivre.

Henri K.

 

(*) : Les photos d’amateur montrent que ces 10 avions de chasse F-15J sont immatriculés 72-8889, 12-8927, 42-8833, 42-8944, 22-8936, 12-8925, 02-8919, 52-8955, 92-8913 et 22-8938.

Post Tags
Written by

Et si la vision du monde est "biphasée" ? C'est ce que Henri a toujours cru, c'est également comme cela qu'il voit la Chine. Maladroit dans son écriture, souvent perdu dans ses pensées, ce responsable technique en aéronautique essaie pourtant de partager avec vous chaque jour les actualités sur l'Empire du Milieu, avec notamment les éléments à la source que vous ne verrez probablement jamais ailleurs en France.

Latest comments
  • Juste une suggestion, la force aérienne japonaise n’utilise pas le terme  »régiment » il faudrait écrire 9e escadre.

  • Ce genre d’incidents me fait peur ! Le Japon a besoin d’une guerre pour relancer son économie moribonde…

LEAVE A COMMENT