Un destroyer Type 052D en panne dans l’océan Indien ?

Ce n’est très probablement plus le 173 Changsha qui deviendra le premier destroyer chinois de Type 052D à entrer dans la mer Baltique, mais plutôt l’un de ses sisterships, le 174 Hefei.

Et pour cause, il serait en panne quelque part dans l’océan Indien depuis deux semaines.

Si ce dernier point n’a pas encore été confirmé officiellement, on sait néanmoins que la flottille chinoise qui participera à l’exercice naval conjoint sino-russe d’ici fin Juillet n’a plus la même composition que celle prévue initialement, selon les communications institutionnelles.

En effet, la marine chinoise a envoyé, le dimanche 18 Juin, une flottille composée du destroyer 173 Changsha de Type 052D, la frégate 571 Yuncheng de Type 054A et le pétrolier-ravitailleur 964 Luomahu de Type 903A pour rejoindre la flotte Baltique de la marine russe, dans la première phase de l’exercice naval « Joint Sea 2017 » qui aura lieu à Saint-Saint-Pétersbourg et Kaliningrad.

Nous en avons parlé de ce départ de la flotte chinoise dans le dossier « Bientôt un 1ᵉʳ destroyer Type 052D en mer Baltique« .

Or, dans l’article paru ce samedi 8 Juillet dans le Journal de l’armée chinoise (PLA Daily), il est écrit que le destroyer 173 Hefei et la frégate 571 Yuncheng, « qui participeront à l’exercice naval sino-russe », viennent d’être ravitaillés auprès de la 26ème flottille d’escorte anti-piraterie chinoise, qui effectue actuellement leurs missions dans le golfe d’Aden.

Le 174 Hefei est l’un des quatre destroyers Type 052D en service dans la flotte du sud de la marine chinoise, avec le 172 Kunming, le 173 Changsha et le 175 Yinchuan.

Les manœuvres du ravitaillement en mer ont eu lieu le 6 Juillet avec le pétrolier ravitailleur 966 Gaoyouhu de la 26ème flottille d’escorte anti-piraterie. Les deux navires de guerre ont fait le plein carburant pour « continuer la route vers la mer Baltique », alors que le pétrolier-ravitailleur 964 Luomahu, qui devrait assurer le ravitaillement de la flottille initiale durant le trajet vers la Russie, n’a pas été mentionné dans le texte.

Doit-on comprendre donc que ce n’est plus le destroyer 173 Changsha, la frégate 571 Yuncheng et le pétrolier-ravitailleur 964 Luomahu qui iront en Europe, mais seulement le 174 Hefei et la frégate 571 Yuncheng ?

Et, qu’est-ce qui a obligé la marine chinoise à faire ce changement de la dernière minute ?

Si l’on croit à une source proche du secteur des acteurs navals en Chine, le 173 Changsha prévu initialement aurait subi une panne de ses systèmes de transmission lors de sa traversée de l’océan Indien. Le destroyer Type 052D aurait perdu toute sa faculté motrice et serait en état flottant depuis.

L’incident aurait eu lieu « avant le 26 Juin », soit une semaine après le départ de la flottille du port de Sanya.

Toujours selon la même source, les responsables d’une entité de production du groupe CSIC, qui fabrique les composants de ces systèmes, ainsi les représentants militaires détachés à cette entité ont été convoqué à Pékin pour une réunion d’urgence.

Cette situation pourrait expliquer pourquoi le pétrolier-ravitailleur 964 Luomahu n’a pas pu ravitailler la « nouvelle » flottille « Baltique » – Il se peut qu’il soit resté sur place avec le destroyer immobilisé.

Certains observateurs parlent d’une possible panne au niveau de l’arbre d’hélice, mais sachant qu’un destroyer Type 052D dispose de deux lignes d’arbre, il paraît peu probable que les deux subissent simultanément une avarie.

Quoiqu’il en soit, l’article du PLA Daily nous apprend que la flottille initiale au départ de Sanya est passé successivement par la mer de Chine méridionale, le détroit de Malacca, le golfe du Bengale, le détroit Maliku Kandu et la mer d’Arabie. Le texte parle également d’un état de la mer très difficile rencontré par la flottille, à un certain moment du transit, mais on ignore s’il est en lien avec l’incident.

Type 052D

Le 173 Changsha pourrait tomber en panne en plein milieu de la mer d’Arabie.

Nous sommes donc en attente d’autres éléments pour savoir pourquoi la composition de la flottille chinoise a changé, et si oui ou non le 173 Changsha est réellement en panne.

Toutefois, si l’incident a bien eu lieu, cela pourrait justifier davantage les besoins de la marine chinoise à disposer d’une ou deux bases navales situées sur cette « route de la Soie maritime », ce qui rendra, incontestablement, les relations sino-indiennes encore plus tendues.

A suivre.

Henri K.

Post Tags
Written by

Et si la vision du monde est "biphasée" ? C'est ce que Henri a toujours cru, c'est également comme cela qu'il voit la Chine. Maladroit dans son écriture, souvent perdus dans ses pensées, pourtant ce responsable technique en aéronautique essaie chaque jour de partager avec vous les actualités sur l'Empire du Milieu, avec notamment les éléments à la source que vous ne verrez probablement jamais ailleurs en France.

Latest comments

LEAVE A COMMENT