Un pas de plus vers le vol inaugural du C919

Le premier avion de ligne moyen courrier chinois C919 a franchi, il y a quelques jours, un grand pas en avant vers son vol inaugural. En effet, l’appareil immatriculé 10001 qui est destiné aux essais statiques au sol a terminé ses tests de charge limite à 2,5 g, et celui qui débutera prochainement les essais en vol du programme a également allumé ses deux moteurs LEAP-1C avec succès.

Ce sont deux des plus importants essais au sol avant le premier vol de C919, qui devrait avoir lieu d’ici fin 2016 ou début 2017, soit trois ans plus tard que prévu.

Le C919 est un mono-couloir similaire à Airbus A320 et à Boeing 737. La version de base peut transporter jusqu’à 168 passagers en classe économique et franchir une distance de 4 075 kilomètres, avec une MTOW de 72 500 kg. La durée de vie de la cellule est de 90 000 heures de vol, 60 000 cycles de vol ou 30 ans calendaires.

Pour l’heure, le programme a enregistré un total de 570 commandes auprès de 23 clients, dont la plupart sont des compagnies aériennes chinoises. La compagnie thaïlandaise City Airways ont commandé 10 appareils C919 en 2015, et d’autres compagnies étrangères comme la low-cost irlandaise Ryanair et l’américaine Eastern Air Lines ont également signé un MOU (Memorandum of Understanding) avec COMAC pour acquérir éventuellement cet avion « Made in China ».

Le premier opérateur de C919 au monde sera la compagnie aérienne chinoise China Eastern Airlines.

Niveau industriel, 242 entreprises chinoises travaillent et fournissent des composants pour le programme, plus un certain nombre de RSP (Risk Sharing Partners) étrangers comme CFM International, Honeywell, UTC Aerospace Systems ou encore Parker Hannifin, qui s’occupent d’une partie des systèmes essentiels de l’avion. Le premier C919 a fait son roll-out le 2 Novembre 2015, et le deuxième appareil va entrer en assemblage final d’ici fin d’année.

2016-11-12-un-pas-de-plus-vers-le-vol-inaugural-du-c919-06

La cérémonie de roll-out du premier C919 le 2 Novembre 2015

L’affaire à suivre.

Henri K.

Written by

Et si la vision du monde est "biphasée" ? C'est ce que Henri a toujours cru, c'est également comme cela qu'il voit la Chine. Maladroit dans son écriture, souvent perdu dans ses pensées, ce responsable technique en aéronautique essaie pourtant de partager avec vous chaque jour les actualités sur l'Empire du Milieu, avec notamment les éléments à la source que vous ne verrez probablement jamais ailleurs en France.

Latest comments
  • Le passage des certifications américaines et européennes doivent avoir été obtenus avant que l’avion puisse transporter des passagers et poser ses ailes sur le Vieux continent ou aux É-U et les Chinois semblent avoir de la difficulté à les avoir…

      • Mouais… le Y-12F nMest pas le même type d’avion.

        Le ARJ21 vole déjà mais n’a toujours pas sa certification européenne ni américaine d’où mes doutes sur la capacité à atteindre ce standard…

          • Il est quand même étonnant que l’ARJ21 ne se limite qu’à l’Asie et qu’ils n’ont pas essayé de le vendre sur le marché occidental. Il est donc bien possible que les difficultés sont dûes aux exigences techniques requises et aux standards élevés de sécurité liés aux TC.

            Les nombreux retards du C919 me font penser que les Chinois ont rencontré de nombreux embûches dont les fameuses certifications.

            Certes, on pourrait me rétorquer que les retards sont monnaies courantes dans le monde de l’aviation mais rien n’indique que les Chinois arriveront bientôt ou à court terme à résoudre ces problèmes et à obtenir ces fameuses certifications.

LEAVE A COMMENT