CybAero livre 3 APID 60 (VTOL UAV) à la Chine

Le 1er septembre 2016, la compagnie suédoise CybAero livre 3 hélicoptères sans pilote (VTOL UAV)  à la Chine ; destinés aux douanes chinoises, ces modèles, APID-60 sont équipés d’un nouveau système permettant l’utilisation depuis un pont de navire.

La commande de VTOL UAV par les douanes chinoises

En janvier 2014, Cybaero reçoit une commande pour 3 systèmes par la compagnie Jolly (Hong Kong) Limited pour la CSSC (China State Shipbuilding Corporation) ; ces appareils seront destinés aux douanes chinoises  (General Administration of Customs of the PRC) avec comme missions principales, le contrôle douanier, la gestion des ports et les opérations anti-contrebande.

Ils seront chacun destinés à un nouveau navire construit par un chantier naval dépendant de la CSSC. Quelques mois plus tard, le 23 octobre 2014, CybAero signe un accord-cadre avec AVIC pour la livraison d’au moins 70 systèmes d’hélicoptères sans pilote  (au moins 20 les 3 premières années avec les premières livraisons prévues au printemps  2015 –  et 50 les 5 années suivantes) pour un montant de ~700-800 millions de SEK  (80- 92 millions de dollars).

Ces appareils seront utilisés, selon l’accord, dans le cadre de projets civils comme l’inspection de lignes haute tension, la gestion de l’environnement, etc. CybAero demande l’accord de l’ISP, l’agence suédoise pour le contrôle des exportations ; l’ISP a dans un premier temps rejeté la demande pour les 70 appareils et CybAero réitère alors sa proposition uniquement pour le premier lot de 20 hélicoptères sans pilotes ASPID. Elle est acceptée.

En février 2015, l’entrainement du personnel d’AVIC commence chez le fournisseur suédois. Il porte sur  les techniques de base d’utilisation du système et les besoins spécifiques des clients ; 9 personnes d’AVIC suivent les deux semaines de formation et le 1er avril 2015,  CybAero reçoit sa première commande-catalogue (call-off order) pour 5 systèmes APID ONE Ranger de la part d’AVIC  (commande liée à l’accord-cadre précédent). Source : .

Fin avril, CybAero effectue plusieurs vols de démonstration à Hainan devant plus de 70 représentants des Chinese Fisheries Agency, China Maritime Police, China Maritime Safety Administration, et de chantiers navals ; un des objectifs est de montrer comment ces RUAV peuvent identifier des navires.

Le 4 Juin 2015, CybAero termine les essais des trois systèmes d’hélicoptères sans pilote APID 60 commandés par les douanes chinoises ; ces essais ont été  réalisés en Suède avec la participation d’une délégation des chantiers navals qui construisent les navires-hôtes. Certains tests seront effectués en Chine.  La livraison sera reportée de fin 2015 à début 2016 puis à la mi-2016 en raison de la demande d’équipements supplémentaires qui ont nécessité de nombreuses  vérifications.

Les acteurs de cette transaction

La compagnie suédoise CybAero

CybAero développe et produit des hélicoptères sans pilote avec des systèmes de senseurs pour des applications civiles ou militaires. Etablie dans sa forme actuelle en 2003, Cybaero avait débuté ses activités de recherche à travers une collaboration avec l’Université de Linköping et la FOI (Swedish Defence Research Agency).

Jolly (Hong Kong) Limited

La société Jolly (Hong Kong) Limited est une compagnie impliquée dans le segment des équipements océanographiques et aéronautiques et qui, sur son site, déclare  avoir introduit en Chine des produits de nouvelle génération répondant aux besoins de ses clients.

Jolly (Hong-Kong) Limited

La société de Hong-Kong, Jolly intermédiaire de la transaction avec CybAero

Le site est très laconique sur les appareillages  fournis à ses clients et très peu de photos sont disponibles : voici le contenu de la page Produits :

  • Aviation   : Jet, Turboprop, Helicopter, Unmanned Air System, etc
  • Mobile Cooling Unit (AB220)
  • Mobile Cooling Unit (PB220)
  • Fire Monitor System
  • Long Range Acoustic Device (LRAD)
  • Radar System  : Airborne Radar, Shipborne Radar (Oil Spilling Detection System, Wave & Current Radar (X, S band) etc.), Land Based Radar (Medium or Long Range High Frequency Radar System, Potash Roof Inspection System (PRIS) etc.)
  • Cable Handling System
  • Measuring & Monitoring System : Glider, Heat Flow Probe, Temperature Gradient Probe, Sparker, Vibrocorer, Pipeline Detection & Sub-Bottom Profiler, Plasma Source MulitCollector Mass Spectrometer, Meteorological, Oceanographic and Hydrological Monitoring System , pCO2 Measuring Systems, Autonomous Underwater Vehicle (AUV), Tsunami Warning System, Seismic System, Harbor and Port Monitoring System, etc
  • Measuring & Positioning System : Underwater GPS, MAGIS Marine Magnetometer, Mini Positioning System (USBL) MIPS, Global Acoustic Positioning System GAPS, SHADOWS, Octans, Phins, Posidonia, etc
  • Mooring System : Deep Sea Acoustic Release, Shallow Sea Acoustic Release, Rig Anchor Release, Cable, Buoys, Swivels, Shackles , etc
  • Apparatus & Instrument :  Water Sampling System, Tide Gauge, Current Meter, Wave Meter, CTD, Data Loggers and Sensors, etc
  • Other Products

La China State Shipbuilding Corporation

La China State Shipbuilding Corporation (CSSC)  est un conglomérat d’État engagé dans la construction navale, la réparation, la production d’équipements de bord et la recherche dans le domaine de la marine en Chine. Ses filiales produisent de nombreux types de navires civils pour les besoins intérieurs et pour l’exportation et une bonne partie de ses activités concerne les navires destinés à la PLAN, la marine de guerre chinoise.

A noter que c’est la CSSC qui a proposé la création du « Underwater Great Wall » de senseurs positionnés sur  le fond marin dont certains postes d’écoute seraient déjà installés près de la base navale de Sanya sur l’île de Hainan. La CSSC insiste aussi pour dire que cette ‘muraille’ serait aussi utile pour détecter des catastrophes naturelles comme les tsunamis et pourrait servir à collecter des données pour la recherche en biologie marine et en géologie.

Underwater Great Wall

Maquette partielle du système de la « Grande Muraille Sous-Marine »

 

Le VTOL UAV de type APID 60

Successeur de l’APID-55, l’APID 60 est un Vertical Take of and landing UAV (VTUAV ou VTOL UAV) développé dans le cadre d’un contrat avec les Émirats Arabes Unis en 2004 mais est un tout nouveau produit selon son constructeur.

VTOL UAV APID-60

Caractéristiques de l’APID 60 selon CybAero

 

Il peut fonctionner selon trois modes :

  • autonome : vol pré-programmé du décollage à l’atterrissage en utilisant le positionnement par GPS
  • semi-autonome : un opérateur peut modifier le vol en utilisant un joystick, les cartes et la caméra ; le système maintient la stabilité de l’appareil.
  • manuel : l’opérateur doit garder le contact visuel avec le système et être bien entrainé ; ce mode est utilisé lors de tests et des réglages.

Le système MALLS permettant le décollage et l’appontage

Les trois exemplaires de l’APID 60 pour les douanes chinoises sont équipés d’un système permettant le décollage et l’appontage automatique sur des navires en mouvement ; les douanes chinoises sont le premier client au monde à adopter cette fonctionnalité ce qui leur permettra de surveiller automatiquement de très grandes zones maritimes.

Le MALLS – Mobile Automatic Launch and Landing Station  est d’après les brochures de CybAero un ‘’mobile, automated landing system that enables autonomous, unmanned helicopters to take off and land on moving surfaces, e.g. ships. MALLS also makes it possible to equip smaller ships such as coastguard cutters with unmanned helicopter systems to provide them with enhanced capabilities. Coastguard cutters are sometimes too small for conventional helicopters, but MALLS allows the use of unmanned helicopters that can be sent aloft to investigate suspicious vessels and objects at close range, without the vessel having to deviate from its planned course’’.

L’APID 60 est adapté pour des navires de petites tailles et des essais ont été menés depuis la corvette Visby de la Marine Suédoise en 2015 ; Cybaero coopère avec Astrium (dépendant de la division Airbus Defence & Space) pour développer le système.

Document CybAerp - Système de guidage pour l'appontage

Document CybAero – Système de guidage pour l’appontage

Intérêt stratégique

Bien qu’étant un appareil dont le contrat stipule une utilisation non militaire, l’utilisation de l’APID 60 peut apporter aux chinois une pratique qu’ils ne possèdent pas jusqu’à maintenant. L’emport  de VTOL UAV est étudié sérieusement par la marine chinoise en complément des hélicoptères embarqués.

Un candidat potentiel est le VD-200 : initialement résultat d’un passe-temps de 3 jeunes ingénieurs de l’Institut 611 de Chengdu, le VD-200 reçoit un petit budget de Chengdu sur ses fonds propres destinés à des projets d’innovation interne et pour encourager la créativité et identifier les jeunes talents.

Il est présenté la première fois en octobre 2013 lors de la 14th China International Fair à Chengdu. Décollant verticalement, cet appareil de 200kg peut voler horizontalement pendant 3 heures en emportant 20kg de senseurs ou même de petites bombes avec un rayon d’action allant jusqu’à 150km. Une version navale permettrait une détection au-delà de l’horizon et la désignation de cibles.

Chengdu 611 Institute UAV

Vue d’artiste du VD-200 sur une plateforme à l’arrière d’un navire de combat

 

Notons aussi  d’qu’en mai 2012, la marine japonaise (JMSDF) publie des photos montrant ce qui semble être un Camcopter S-100 mis en œuvre à partir d’une frégate chinoise Type 54-A. En 2010, 18 de ces appareils de la firme autrichienne Schiebel ont été achetés par la Chine.

VTOL UAV S-100 Schiebel

Camcopter S-100 sur navire de combat (photos Marine Japonaise)

Également en 2012, l’armée de l’air chinoise et la marine chinoise ont acheté 2 exemplaires de X-200 pour évaluation, qui a des caractéristiques sensiblement supérieures au S-100 déjà employé par la PLAN et la PLAAF. Le PDG de YOTAISC (Beijing Yotaisc Science and Technology Development ) qui le développe depuis 2010,  a bon espoir que l’armée chinoise lui en commande au moins 100 exemplaires, car les premiers résultats d’évaluation de X-200 sont excellents.

X-200 utilisable par la Marine chinoise ?

l’Yotaisc X-200 a été évalué par la PLAAF et la PLAN

DCNS vend des grilles d'appontage à la Chine

Le Japon proteste contre la vente par la France de grilles d’appontage

Il y a encore d’autres prétendants pour être les futurs VTOL UAV de la PLA Navy , comme le TD-220  présenté en mai 2013 et développé par AVIC AIM (AVIC Intelligent Measurement Co Ltd, 中航智) et Beijing ZHZ Technology Co., Ltd ou les WZ-3, WZ-5, WZ-6  du Nanjing Research Institute on Simulation Technique – NRIST appelé aussi  60th Research Institute of the PLA General Staff Department…

Nous verrons sans doute se multiplier les utilisations à bord de navires militaires ou paramilitaires chinois de ces VTOL UAV et certains agripperont sans doute aux grilles d’appontage vendues par le constructeur français DCNS, équipements à usage civil, selon les autorités françaises qui affirment que le contrat n’enfreint pas l’embargo européen sur les armes à destination de la Chine.

 

 

 

Post Tags
Written by

Envisager le futur sans oublier le passé, étudier le passé pour comprendre le futur. C'est de cette façon que je tente d'aborder l'aéronautique chinoise, avec honnêteté et sans parti pris.

No comments

LEAVE A COMMENT