Crash d’un brouilleur longue portée Y-8G qui fait 12 morts

C’est dans la soirée du lundi 29 Janvier, vers 20h40 heure locale, que l’armée de l’air chinoise a publié un court communiqué indiquant que l’un de leurs appareils s’est écrasé dans la province montagneuse de Guizhou, durant un entraînement qui a eu lieu plus tôt dans l’après-midi, et que les opérations de sauvetage sont en cours. Le texte officiel n’a mentionné aucun détail sur le type d’appareils ni l’état des recherches, mais en croisant les sources locales et les éléments publiés sur les réseaux sociaux chinois, on apprend qu’il s’agirait en réalité d’un avion brouilleur électronique Y-8G, et que les 5 membres d’équipage et les 7 opérateurs à bord auraient tous trouvé la mort dans le crash.

Si cela se confirme, il s’agira alors de l’accident le plus meurtrier des forces aériennes chinoises depuis Juin 2006, où un prototype d’AWACS KJ-200 s’est écrasé à l’Est du pays à cause d’un givrage important formé au niveau des ailes, tuant la totalité des quarante personnes qui se trouvaient à bord, principalement des techniciens et des ingénieurs de l’Institut CETC 38th.

On sait encore très peu de détails sur l’accident, mais c’est vers 17h35 heure locale que le premier message sur un possible crash d’avion à l’aéroport de Zunyi Xinzhou est apparu sur le réseau social chinois Weibo (un équivalent de Twitter américain), sans pour autant préciser le type d’avion concerné.

Une première vidéo a commencé à circuler peu après et montre le survol d’un avion qui ressemble à un avion de ligne commercial biréacteur de type Airbus A320 volant à très basse altitude, puis le scène suivant montre des épaves en feu. Mais il s’avère que la première partie de cette vidéo n’a en fait rien à voir avec le crash.

C’est alors sur l’une des vidéos amateurs diffusées plus tard par les habitants locaux que l’on trouve le premier indice sur l’identité de l’appareil. En effet, on peut apercevoir sur un passage quelques chiffres qui se terminent par « 13 » ou « 513 » inscrits sur un panneau, et ils pourraient correspondre à l’immatriculation d’un avion militaire.

En parallèle, les journalistes de la presse pékinoise The Beijing News ont pu contacter la mairie du comté de Suiyang (绥阳县) qui confirme le crash d’un avion dans le village Zheng Chang Zhen (郑场镇), situé à 9 km au nord de l’aéroport de Zunyi Xinzhou. L’article de presse a été rapidement retiré du site mais l’information a déjà été reprise par de nombreux médias chinois.

Et ce sont plusieurs sources proches de l’armée de l’air chinoise qui convergent finalement pour dire que c’est un Y-8G immatriculé 30513, appartenant à un régiment de la 20e division qui est stationné a priori à la base aérienne de Leizhuang (磊庄), à une centaine de kilomètre du lieu de crash, qui est concerné par cet accident mortel.

Caractérisé par ses deux larges radômes latéraux qui pourraient héberger des antennes ECM, le Y-8G est conçu sur la base de la plateforme Y-8 Catégorie II et son vol inaugural remonte en 2004.

Cet avion spécialisé dans le brouillage électronique longue portée est entré en service au sein des forces aériennes chinoises avec un nombre relativement limité, à une petite dizaine environ. Une partie est déployée à l’Est et volent régulièrement au-dessus de l’océan Pacifique dans les opérations autour de la première chaîne d’îles, tandis que le reste est stationné au sud ouest de la Chine pour s’occuper de la direction de l’Inde, dont celui qui s’est écrasé ce lundi.

A noter que l’armée chinoise a déjà perdu 10 appareils en une seule année 2017, parmi lesquels se trouvent un J-10AH, un J-11BH et un J-15 de la marine, un biplace J-10S, deux J-10A et un chasseur bombardier JH-7A de l’armée de l’air, ainsi qu’un JL-8 de l’école d’aviation et un hélicoptère Mi-171 de l’armée de terre. 7 pilotes ont trouvé la mort.

Et avec un nouveau programme d’entraînement qui vient d’être publié par la Commission militaire centrale, qui intensifie davantage les sujets d’entraînement pour être encore plus proche des combats réels, on pourrait d’ores et déjà prévoir une possible hausse des accidents de ce genre dans les deux ans à venir.

A suivre.

Henri K.

 

Annexe : la liste supposée des membres de l’équipage qui auraient péri dans le crash du 29 Janvier 2018.

闫阁
王玉合
郭朝庆
唐仲柏
汪良波
魏相超
孙鑫
尚进
郭明刚
张宏俊
周春淼
陈宁芳

Written by

Et si la vision du monde est "biphasée" ? C'est ce que Henri a toujours cru, c'est également comme cela qu'il voit la Chine. Maladroit dans son écriture, souvent perdu dans ses pensées, ce responsable technique en aéronautique essaie pourtant de partager avec vous chaque jour les actualités sur l'Empire du Milieu, avec notamment les éléments à la source que vous ne verrez probablement jamais ailleurs en France.

Latest comments
  • Bonjour,
    Est-ce normal qu’un tel nb de personnels militaires n’ont pas pu sauver leur vie en se parachutant pdt que l’avion commence à etre instable ?

  • RIP pour l’ensemble de l’équipage. Hélas, le progrès coûte cher aussi en vie humaine…

LEAVE A COMMENT