Coilgun ? Railgun ? La marine chinoise démarre les essais en mer de son super-canon

Le sujet a été évoqué très brièvement ici en Septembre 2016, dans un dossier intitulé « L’armée chinoise s’intéresse à Maglev« , où nous parlons d’un projet de développement de canon électromagnétique directement financé par la marine chinoise. Finalement les choses sont allés beaucoup plus vite que nos estimations puisque le modèle industriel d’un railgun, ou coilgun, est désormais installé sur un bâtiment de débarquement chinois qui sert visiblement de banc d’essais, et que les essais à la mer de ce dernier ont d’ores et déjà commencé, du moins pour la partie navigation.

L’histoire commence en fait de manière presque incognito, en ce début Janvier, quand deux photos d’amateur du navire 936 Haiyangshan, un vieux navire de débarquement de chars de classe Type 072 III qui est en service depuis maintenant 22 ans, ont été publiés sur le réseau social chinois Weibo.

Les passionnés étaient curieux de voir que le double canon de calibre 37 mm installé initialement à la proue a été remplacé par quelque chose beaucoup plus gros mais cachée sous des bâches.

Plusieurs conteneurs de 20 pieds (?) se trouvaient également sur le vaste pont du bâtiment qui déplace 4 800 tonnes plein charge, mais personne à l’époque ne savait précisément de quoi il s’agit. On sait seulement que les clichés ont été pris à Shuangliu (双柳), qui l’un des sites du chantier naval Wuchang s’implantant dans la ville de Wuhan depuis 1934.

C’est alors en croissant plusieurs sources locales que l’on apprend que le navire est arrivé en fait à Wuhan en troisième trimestre 2017 où des travaux de transformation ont été entrepris.

Au premier regard, il n’y a pratiquement rien d’inhabituel sur le bâtiment 936 Haiyangshan, à part le canon de remplacement (voir le marquage en bas) qui semble être anormalement grand pour un navire de ce gabarit. Mais si l’on regarde de plus près, on aperçoit que la vieille embarcation amphibie chinoise a subi des modifications pas comme les autres.

On remarque d’abord que les portes d’étrave (), qui permettent de laisser sortir des troupes et du matériel roulant quand le navire réalise un « plageage », ont été totalement scellées et soudées. Une cabine d’observation () s’est hissé en haut de la passerelle de navigation, sur lequel un équipement () de fonction inconnu et pointant vers le devant a été installé par dessus.

Trois conteneurs de 20 pieds (, et ), dont au moins un qui est équipé d’une climatisation réversible, qui signale donc la présence des instruments ou d’opérateurs à l’intérieur, se trouvent sur le pont, plus un quatrième () qui a été mis devant la passerelle et relié par de nombreux câbles électriques avec l’intérieur du bâtiment.

Ce dernier conteneur, en couleur belge, fait penser donc à un générateur électrique temporaire.

Jusqu’au-là, rien ne semble pouvoir être rajouté. Il a alors fallu attendre le vendredi 26 Janvier, quand le navire a été transféré au site principal du chantier naval Wuchang situé près du pont Ying Wu Zhou (鹦鹉洲长江大桥) qui traverse la rivière de Yangtze à Wuhan, pour que les passants puissent enfin avoir un aperçu de 936 Haiyangshan presque « métamorphosé ».

En effet, les bâches étant enlevées maintenant, le mystère canon à la proue avec sa grande tourelle s’est enfin dévoilé sous les yeux des curieux. La taille de cette tourelle est si imposante qu’elle occupe la quasi-totalité de l’espace à l’avant du navire.

On peut voir également que l’un des conteneurs présents précédemment sur le pont est disposé en fait de six portes latérales et cela fait penser à certains modèles de générateur électrique silencieux qui sont mis en conteneur pour faciliter leur transport. On remarquera que le conteneur belge installé devant la superstructure début Janvier est maintenant disparu.

Une autre photo d’amateur est postée rapidement et montre que le navire équipant du nouveau système de canon et des mystérieux conteneurs a pris la « mer » (la rivière), signe que le LST chinois a déjà démarré ses essais de navigation et devrait bientôt repartir à la mer pour débuter les tests de tir, le trafic sur la rivière de Yangtze étant très dense toute la journée.

Railgun

Et on a également une vue claire de ce nouveau canon naval chinois grâce à un autre spotteur qui a pu prendre la proue du navire en gros plan. On peut voir donc que le tube du canon, séparé en deux parties de diamètre différent, est en fait soutenu par deux vérins hydrauliques, probablement pour assurer plus de stabilité au moment des tirs.

Malgré l’aspect un peu rudimentaire avec des bâches au début des travaux de transformation, la tourelle présente désormais une forme « furtive », ou du moins travaillé, une fois montée et cela fait plutôt penser à un produit abouti qu’un prototype expérimental.

On remarquera aussi la présence de certaines antennes de communication tactique, installées juste derrière le canon.

Railgun

Alors que peut-on en tirer de ces photos ?

En premier lieu, le système d’arme quel qu’il soit ici présent serait en train de passer sa phase de validation, selon un ancien officier technique de la marine chinoise. En effet, les processus très stricts définis par la marine chinoise pour les essais à la mer des armements écartent d’office toute possibilité que ce soit un prototype, auquel cas il n’aurait même pas d’occasion d’être installé sur un navire de guerre actuellement en service.

Deuxièmement, le choix d’utiliser un LST de 4 800 tonnes comme navire banc d’essai alors que la marine chinoise dispose d’au moins deux bâtiments dédiés aux essais d’armement de surface, le Type 909, pourrait s’expliquer par le fait que le canon en test nécessite un grand nombre d’équipements et donc du volume important pour son fonctionnement. Le grand radier et le long pont supérieur d’un LST peut donc satisfaire ce besoin mais pas dans le cas d’un Type 909. C’est pour la même considération que l’US Navy avait prévu d’utiliser un navire de transport rapide JHSV comme banc d’essai à la mer pour son futur railgun.

Cela suggère aussi, indirectement, que le système qui va passer ses essais de validation n’est pas un simple canon conventionnel.

Ensuite, on peut poser la question pour savoir pourquoi les travaux de transformation ne se font pas au chantier naval Hudong-Zhonghu à Shanghai, où les LST Type 072 III sont construits initialement, mais au chantier naval Wuchang au plein milieu de la Chine. L’explication possible est que Wuhan est la ville où se trouve la plupart des institutions majeures qui travailleraient sur le projet, comme l’Université d’ingénierie de la marine chinoise par exemple, et que le chantier naval Wuchang a également de longue expérience en construction de LST depuis des années.

Sur le type de canon en question, trois hypothèses font débat aujourd’hui – Quand certains pensent qu’il s’agisse d’un nouveau modèle de canon naval de très gros calibre, bien au-delà de 203 voir 460 mm, d’autres évoque la possibilité que ce soit un railgun ou coilgun chinois.

L’ancien officier technique de la marine chinoise cité en haut parle d’une troisième possibilité qui consiste en un nouveau mécanisme pour recharger un canon en obus de façon horizontale, même s’il penche plus sérieusement sur l’hypothèse qu’un railgun ou un coilgun.

Mais il existe aussi une quatrième possibilité, qui consiste à dire que ce nouveau canon mystérieux pourrait être un canon ETC (Électrothermique-Chimique), qui utilise une cartouche à plasma pour allumer et contrôler le propergol d’un obus afin de rallonger considérablement la portée de ce dernier.

Sur ces quatre candidates possibles, il semble être raisonnable d’écarter la possibilité que ce soit un super-canon conventionnel. D’une part parce que la marine chinoise avait déjà décidé d’harmoniser ses canons navals pour se restreindre à seulement trois calibres – 30, 76 et 130 mm – et d’autre part parce que techniquement parlant les industriels chinois n’ont pas besoin d’agrandir de tant la tourelle et le système de canon, qui dépasse facilement les 8 mètres en longueur, si cela avait été uniquement pour réaliser un 155 mm pour des frappes à longue portée, en se référant aux canons terrestres développés par le groupe NORINCO.

L’hypothèse sur un éventuel nouveau mécanisme de chargement « horizontal » des obus paraît peu plausible également, du fait de son intégration très difficile sur un navire de guerre, et surtout cela n’aurait pas mobiliser autant de moyens.

Quant à la question pour savoir s’il s’agit d’un railgun, un coilgun ou un canon ETC, les arguments pour soutenir l’un ou l’autre existent mais il est difficile de départager pour le moment.

Techniquement parlant, les institutions chinoises ont démarré très tôt, dès les années 80′, sur ces trois types de lancement électromagnétique et ont obtenu des résultats assez significatifs.

On peut citer par exemple le canon hybride expérimental 303EMG, dont le développement et les tirs d’essai ont terminé en 1988, qui a déjà réussi à propulser un obus de 30,2 g à une vitesse à la bouche de 3 000 m/s au laboratoire.

Ce système combine en fait deux rails parallèles conducteurs de l’électricité (railgun) placés à l’avant, et une partie arrière avec un tube enroulé de solénoïdes (coilgun). Les résultats avaient été évalués conjointement par la marine chinoise et l’Académie chinoise des Sciences à l’époque, qui les ont jugés « encourageants et sont équivalents à ceux obtenus par les pays occidentaux sur la même période ».

D’un autre côté, l’institut CAEP (China Academy of Engineering Physics) et l’Université de technologie de Pékin (北京理工大学) ainsi que d’autres universités chinoises ont également travaillé sur plusieurs projets de canon ETC depuis le début des années 90′.

Plus récemment, un document de recherche publié par le Beijing Institute of Special Electromechanical Technology montre que des essais de tir d’un railgun de 6 mètres de long, alimenté par un PPU (Pulse Power Unit) de 3,2 MJ et 32 PFN (Pulse Forming Network) de 100 kJ, ont été réalisés. Les chercheurs chinois indiquent que le système peut être facilement mis à jour vers 10 MJ et réduire la longueur du canon à 4 mètres au lieu de 6. Tout cela suggère une possible application dans le domaine militaire.

Et comme déjà évoqué au début, un projet de canon électromagnétique naval a été lancé en 2013 et il a été confié à l’Institut 206 du groupe d’aérospatiale CASIC et l’Université de technologie de Pékin, qui ont d’ailleurs bâti un laboratoire conjoint en Juin 2016 pour travailler ensemble sur la simulation mécanique liée au lancement électromagnétique dans l’aérospatiale. Cela témoigne d’une manière ou d’une autre l’avancé général sur les applications possibles autour du domaine.

Au moins cinq institutions chinoises sont impliqués dans les projets « capitaux » autour de railgun, coilgun ou des systèmes hybrides associés durant le 12e et le 13e plan quinquennal. On apprend par exemple que l’ancien commandant adjoint de l’armée de l’air chinoise aurait assisté, le 19 Février 2014, à un tir d’essai réalisé par les équipes de l’Institut 27 du groupe CETC.

 

Physiquement, le nouveau canon à Wuhan ressemble un peu plus au railgun en cours de développement par BAE Systems pour l’US Navy, mais à ce niveau il est très peu prudent de s’appuyer sur la ressemblance physique pour identifier un tel système d’armes.

Toutefois, les conteneurs se trouvant sur le pont du 936 Haiyangshan pourraient s’agir d’une partie de PPU/PPS pour fournir de la masse de quantité d’énergie nécessaire, de PFN où l’énergie générée est emmagasinée, ou de compartiment de contrôle. Nul doute que dans l’hypothèse d’un railgun ou coilgun, le radier au niveau inférieur du navire devrait aussi être remplir pour les différents systèmes associés.

Quoiqu’il en soit, on peut d’ores et déjà parler d’un état avancé, voir très avancé, dans le développement d’un tel canon de prochaine génération réalisé par les industriels chinois.

Pour finir, beaucoup s’interrogent déjà s’il est possible que ce canon électromagnétique puisse être intégré demain sur les destroyers actuels des forces navales chinoises. Du fait de sa très grande taille, notamment en longueur, il paraît peu probable que le système puisse être installé tel quel sur un Type 052D, qui n’aurait pas suffisamment d’espace entre la position de son canon principal H/PJ-45 de 130 mm et les cellules au lancement vertical situés juste derrière.

En revanche, il semble être encore possible d’intégrer la tourelle sur le Type 055 de plus de 10 000 tonnes, mais les différents équipements pour assurer le fonctionnement d’un railgun ou coilgun vont inévitablement obliger les ingénieurs de l’Institut 701 (CSIC) à revoir tout agencement sur les niveaux de pont inférieurs, ce qui revient à repenser une bonne partie du navire et rééquilibrer l’ensemble.

Compte tenu de la quantité du travail à fournir et l’état actuel du système, il est plus raisonnable de parler d’un délai de 5 à 7 ans avant de pouvoir voir un railgun, coilgun ou d’autres entré en service sur un navire de guerre chinois, à moindre que le contexte géopolitique change brutalement et qu’un canon de ce genre soit élevé à un niveau « stratégique nationale », ce qui est logiquement impossible.

A suivre.

Henri K.

Post Tags
Written by

Et si la vision du monde est "biphasée" ? C'est ce que Henri a toujours cru, c'est également comme cela qu'il voit la Chine. Maladroit dans son écriture, souvent perdu dans ses pensées, ce responsable technique en aéronautique essaie pourtant de partager avec vous chaque jour les actualités sur l'Empire du Milieu, avec notamment les éléments à la source que vous ne verrez probablement jamais ailleurs en France.

Latest comments
  • correction for Shuangliu:
    according to terrasever the vessel with the original artillery already removed observable in early september 2017;
    #936 ready to depart still there on the last day of october.

      • might be interesting also:

        shuangliu is a new shipyard appears to be being built from ground zero since 2012.
        amazing how: chinese manage to set up new industrial sites in the middle of nowhere and almost immediatly starting to produce quality products.

          • « … although this appears unlikely as there is no significant external power routed to the test pad and a lack of environmental protection. The other possibility is that China is simply reusing the legacy systems from its long-range artillery programmes from the 1970s and 1990s as part of a projectile test range – a view that is supported by the presence of what appears to be ‘used’ targets on the northwest side of the pad… »
            I can only agree with SOC

            40 50 39N 109 36 27E

LEAVE A COMMENT