La Chine teste sa 3ème ligne de train Maglev

Le métro pékinois, qui transporte chaque jour plus de 10 millions de passagers, va bientôt inaugurer un nouveau tronçon appelée ligne S1. Les essais de cette ligne un peu particulière, où les rames sont à sustentation magnétique (Maglev), ont démarré depuis la semaine dernière.

Il s’agira de la 3ème ligne de train Maglev qui est mise en exploitation commerciale en Chine, après le Transrapid de Shanghai en 2004 et le Maglev express de Changsha en 2016.

Maglev

La nouvelle ligne S1 du métro pékinois

La ligne S1 permettra de relier le quartier Mentougou situé en banlieue ouest à la ville de Pékin en moins 20 minutes. Elle partira de la station Pingguoyuan, terminus de la ligne 1, et s’arrêtera à la station Shimenying nouvellement construite, en passant par six nouveaux arrêts sur un parcours de 10,2 km.

Les rames d’une vitesse de 100 km/h en moyenne, conçues par la société CRRC Tangshan Railway, filiale du groupe ferroviaire chinois CRRC, sont capables de transporter jusqu’à 1 032 passagers dans les six voitures.

Selon un professeur de l’Université NUDT de l’armée chinoise qui participe au développement du projet, les trains Maglev de la ligne S1 sont de type à sustentation électromagnétique (EMS) qui est « différent du choix technique de Maglev express de Changsha ».

Pour les vieux quartiers comme Mentougou, le choix technologique de Maglev comme moyen de transport urbain présente de nombreux avantages – Par exemple, le rayon de courbure des rails passe de 200 mètres pour les trains classiques à 75 mètres seulement, ce qui permet de réduire considérablement l’impact d’architecture sur l’urbanisation existante.

Le niveau de nuisance sonore est également minimisé – les mesures prise à 10 mètres de distance donnent un résultat de 64 dB dans le cas de la ligne S1 pékinoise, qui devient donc plus silencieux qu’une machine à laver à l’essorage, et cela grâce notamment au fait que les rames sont maintenues suspendues à environ 10 mm des rails.

Mais malgré ces avantages, la planification de la ligne S1 a dû être modifiée plusieurs fois suite aux protestations des habitants locaux, qui ont eu beaucoup d’inquiétudes sur les risques de radiation par exemple, alors que selon les évaluations, le niveau de radiation électromagnétique est même plus faible qu’une télévision en fonctionnement.

Pour rassurer les passagers, le constructeur a décidé d’afficher en temps réel, dans chaque wagon, le niveau de rayonnement électromagnétique mesuré à l’intérieur de voiture.

Et à cause de ces protestations et surtout des processus de validation beaucoup plus longs, le plan initial qui prévoyait de connecter la ligne Maglev à la ligne 10 du métro par exemple a tout simplement été annulé, et les travaux qui devraient démarré en fin Février 2011 n’ont finalement commencé qu’à partir de Novembre 2013.

Le métro de Pékin espère maintenant pouvoir inaugurer cette 3ème ligne Maglev chinoise d’ici fin 2017.

Henri K.

Post Tags
Written by

<p>Et si la vision du monde est « biphasée » ? C’est ce que Henri a toujours cru, c’est également comme cela qu’il voit la Chine.</p> <p>Maladroit dans son écriture, souvent perdus dans ses pensées, pourtant ce responsable technique en aéronautique essaie chaque jour de partager avec vous les actualités sur l’Empire du Milieu, avec notamment les éléments à la source que vous ne verrez probablement jamais ailleurs en France.</p>

No comments

LEAVE A COMMENT