La Chine lance les projets de supercalculateur exaFLOPS

Après avoir développé le premier supercalculateur franchissant la barre de 100 petaFLOPS (= 1017 opérations en virgule flottante par seconde), qui est d’ailleurs élu le supercalculateur le plus puissant du monde au dernier classement TOP500, la Chine a lancé depuis le mois de Juillet au moins deux autres projets pour atteindre la vitesse d’1 exaFLOPS (1018).

Le 4 Juillet, Sugon Information Industry (中科曙光), une société soutenue par l’Académie chinoise des sciences (CAS), annonce que le développement de son prototype exaFLOPS est officiellement démarré.

Centre de Cloud Computing de Sugon à Wuxi

Centre de Cloud Computing de Sugon à Wuxi

Selon un chercheur de l’Institut de technologies de l’informatique de la CAS, les supercalculateurs exaFLOPS vont avoir un rôle important à jouer dans la résolution de plusieurs problèmes communs à l’humanité, comme la crise de l’énergie, la pollution et le changement climatique.

« Les Etats Unis, le Japon et l’Europe sont en train de planifier leurs projets exaFLOPS, » indique le directeur général de Sugon, « la Chine a également intégré le développement d’exaFLOPS dans le 13ème plan quinquennal (2016-2020). Aujourd’hui Sugon, la National University of Defense Technology (NUDT) et l’Institut 56 de l’État-major chinois ont obtenu tous les trois l’autorisation de lancer leur projets de prototypage. »

167 supercalculateurs chinois sont entrés dans le dernier classement de TOP500 publié en mois de Juin, parmi lesquels 51 sont conçus par Sugon et 4 par la NUDT.

Un mois et demi après l’annonce de Sugon, le National Supercomputing Center of Tianjin (NSCC), qui héberge aujourd’hui le supercalculateur chinois Tianhe-1A, lance également le prototypage exaFLOPS à son tour en collaboration avec la NUDT.

Le supercalculateur Tianhe-1A à Tianjin

Le supercalculateur Tianhe-1A à Tianjin

Le Tianhe-1A est l’ancien numéro un du monde en 2010 avec 2 566 teraFLOPS (1 teraFLOPS = 1012 opérations en virgule flottante par seconde), aujourd’hui il est classé 32ème au dernier TOP500.

« Ce futur supercalculateur exaFLOPS que nous allons développer met en avant trois caractéristiques clés – nos propres processeurs, notre propre système d’exploitation, et notre propre environnement de calcul applicatif. » précise le directeur-adjoint du NSCC.

La première phase du projet, qui consiste à déverminer les difficultés techniques, devrait terminer d’ici fin 2017 ou début 2018. Le prototype sera 200 fois plus rapide que le Tianhe-1A.

Le Ministère chinois de la Science et de la Technologie a publié il y a une semaine les directives du dépôt de nouveaux dossiers 2017 dans le domaine de supercalculateur. On peut y lire que la Chine alloue une ligne budgétaire spécifique en supercalculation, appliquée dans le cadre du « Plan national de développement technologique et scientifique à moyen long terme 2006 – 2020 » (《国家中长期科学和技术发展规划纲要2006-2020年》).

Les directives donnent la priorité de ces budgets aux –

  • Architecture de supercalculateur exaFLOPS
  • Nouvelle architecture des processeurs
  • Réseau d’interconnexion haut débit
  • Infrastructure de base
  • Environnement logiciel
  • Conception collaborative axée sur les applications
  • Systèmes d’auto-contrôle à grande échelle et à tolérance de pannes
  • …etc.

Toujours plus vite…

Le développement des supercalculateurs chinois a démarré relativement tard, en comparaison avec les pays développés. Mais la Chine a mis en place un cadre politique favorable et un soutien financier important depuis le début du 21ème siècle, et les résultats se font sentir rapidement.

Le premier supercalculateur chinois de 100 megaFLOPS "Galaxie" (Décembre 1983)

Le premier supercalculateur chinois de 100 megaFLOPS « Galaxie » (Décembre 1983)

En 2004, le supercalculateur TC4000A de Sugon est entré pour la première fois au top 10 du classement mondial. C’est la première fois qu’un supercalculateur chinois a atteint un tel niveau.

5 ans après, en 2009, le Tianhe-1 de la NUDT a franchit le gap de petaFLOPS (1015), en utilisant pour la première fois au monde une configuration mixe CPU + GPU.

En Novembre 2010, le Tianhe-1A a détrôné les Américains et prend la place du numéro un mondial.

Le supercalculateur Sunway BlueLight MPP est devenu, en 2011, le premier en Chine à avoir dépassé la barre d’un petaFLOPS avec les processeurs entièrement chinois.

Le Tianhe-2 de la NUDT est grimpé au sommet des supercalculateurs au monde en 2013, avant l’arrivé de Sunway TaihuLight cette année.

En 2016, en plus d’avoir préservé la première place du classement TOP500 depuis quelques années, le nombre de supercalculateurs chinois a dépassé aussi, pour la première fois, celui des États Unis.

Mais malgré ce palmarès impressionnant en un peu plus de 10 ans, l’Institut de technologies de l’informatique de la CAS estime que la Chine a encore de lacunes importantes à combler.

Le chercheur ZHANG yun Quan de cet institut précise que le concours en supercalculation ne se limite pas uniquement à la vitesse des machines, mais également en pouvoir économique de chaque pays, en capacité de la R&D fondamentale, en nombre des machines disponibles et surtout, au niveau de la mise en application.

Il estime que la Chine a encore 10 ans de retard sur ce dernier point par rapport aux États Unis.

« Sur l’architecture et le développement de hardware, nous sommes en position égale avec les Américains, » analyse ZHANG, « mais au niveau du développement des softwares et de l’exploitation, j’estime l’écart à environ 10 ans. »

« L’Europe a un très bon niveau dans l’exploitation mais n’est pas compétitive sur la conception et la fabrication des machines. », rajoute le chercheur chinois.

L’affaire à suivre.

Henri K.

Post Tags
Written by

Et si la vision du monde est "biphasée" ? C'est ce que Henri a toujours cru, c'est également comme cela qu'il voit la Chine. Maladroit dans son écriture, souvent perdus dans ses pensées, pourtant ce responsable technique en aéronautique essaie chaque jour de partager avec vous les actualités sur l'Empire du Milieu, avec notamment les éléments à la source que vous ne verrez probablement jamais ailleurs en France.

No comments

LEAVE A COMMENT