La Chine interdit l’exportation des matériels sensibles vers la Corée du Nord

Le 25 Janvier 2016, cinq administrations chinoises ont publié une annonce commune, donnant une nouvelle liste des biens et technologies à double usage interdits d’exportation vers la Corée du Nord.

Cette annonce, publié sous la référence « 2017 n°9 » par le ministère du Commerce, le ministère de l’Industrie et Technologies de l’information, l’Administration d’État pour la Science, la Technologie et l’Industrie de la Défense nationale, l’Agence nationale de l’énergie atomique et l’Administration générale des douanes, rajoute des nouveaux articles à la restriction d’exportation déjà existante, qui peuvent être utilisés dans la conception et la fabrication des armes de destruction massive (ADM), des missiles et des armes conventionnelles.

L’annonce, construite dans le cadre de la Résolution 1718 (2016) qui a été adoptée par le Conseil de sécurité de l’ONU le 30 novembre 2016 au sujet de la Corée du Nord, prend effet immédiatement.

La liste des biens et technologies à double usage comprend des matériaux, des équipements de production et d’essais, de logiciels et des normes, applicables dans le domaine nucléaire, aéronautique, aérospatial, maritime, électronique et télécommunication.

Corée du Nord

Le TEL du missile ICBM (?) nord coréen KN-08 est développé sur la base du WS-51200 chinois.

On peut citer, dans la partie des matériaux sensibles par exemple, les composants chimiques comme le TDI (diisocyanate de toluène), le HMDI (diisocyanate d’hexaméthylène) et l’IPDI (diisocyanate d’isophorone), pour la synthèse du propergol solide HTPB utilisé dans certains missiles balistiques et lanceurs spatiaux.

Les matériaux absorbants les ondes électromagnétiques, allant de VHF à la bande J, ainsi que les composites céramiques et d’autres alliages métalliques, qui permettraient à la Corée du Nord de fabriquer des revêtements et la cellule de missile à la fois léger et solide, tout en réduisant la distance de la détection anti-missile, sont également inscrits sur la liste des articles interdits.

Et de manière encore plus directe, les camions châssis 6×6, ou plus, font désormais parties des produits chinois qui ne peuvent plus être exportés à la Corée du Nord, alors que le TEL (Tracteur-érecteur-lanceur) du missile balistique intercontinental nord coréen KN-08 (화성-13) est dérivé directement du châssis WS-51200 du groupe chinois CASIC par exemple.

Ce dernier a été importé ces dernières années en Corée du Nord sous le nom du « véhicule de transport de bois ronds ». Sachant que les TEL requirent un certain niveau de compétences que le pays n’en dispose pas, cela permettrait de limiter le nombre de missiles balistiques longues portées mobiles – à titre d’exemple, le missile chinois DF-21C d’une portée estimée à 1 700 km est montée sur un TEL 10×10, alors que le missile DF-26 de 4 000 km est sur un TEL 12×12.

Dépourvu des plateformes de lancement mobile et incapable d’en fabriquer par elle-même à court et moyen terme, la Corée du Nord sera obligée de tirer ses missiles, dont la portée pouvant atteindre la base américaine à Guam par exemple, sur les pas de tir fixes qui sont facilement repérables, et destructibles par les frappes aériennes et navales.

Le TEL pour les missiles capables d’atteindre le Japon ne fait pas partie de l’embargo chinois.

Il est à noter que les matériels et les technologies pouvant servir à la production des drones marins, et des sous-marins silencieux de plus de 1 000 tonnes de déplacement, font aussi parties de la liste. Les propulseurs hypersoniques Ramjet et Scramjet ont également été rajoutés parmi les produits interdits d’export.

Mis à part les intérêts et les enjeux géopolitiques que nous ne commentons pas aujourd’hui, cette liste supplémentaire nous permet de voir les matériels et les technologies que la Corée du Nord n’en possède pas aujourd’hui pour la fabrication de certains armements. Mais il est aussi intéressant de voir que cet embargo venant de la Chine n’est pas « total », qui laisse passer encore les articles pouvant servir dans une portée plus restreinte, capable de menacer la Corée du Sud et le Japon, les deux vassaux des Etats Unis.

Il s’agirait donc un énième compromis et échange d’intérêts entre les grandes puissances, notamment entre les Etats Unis, la Russie et la Chine.

A suivre.

Henri K.

Post Tags
Written by

Et si la vision du monde est "biphasée" ? C'est ce que Henri a toujours cru, c'est également comme cela qu'il voit la Chine. Maladroit dans son écriture, souvent perdus dans ses pensées, pourtant ce responsable technique en aéronautique essaie chaque jour de partager avec vous les actualités sur l'Empire du Milieu, avec notamment les éléments à la source que vous ne verrez probablement jamais ailleurs en France.

Latest comments
  • Bonjour,
    Quel interet pour la Chine de daigner restreindre ses exportations militaires à la CdN alors qu’elle recoit elle meme des menaces/intimidations militaires de la part des usa dans la mer de chine, dans les ventes d’armes à taiwan etc … ?

LEAVE A COMMENT