Certification en vue pour la 7ᵉ vague de pilotes J-15

Depuis le lancement de la première campagne des pilotes de l’aéronautique navale chinoise il y a 8 ans, au troisième trimestre 2009, et l’admission au service actif du premier porte-avions chinois en Septembre 2012, la construction des forces aéronavales de la marine chinoise continue à suivre lentement, mais sûrement, son cours.

Si notre analyse est correcte, l’heure est venue pour les jeunes pilotes de J-15 et les LSO (Landing Signal Officer, officier d’appontage) d’une nouvelle promotion, la 7ᵉ, de passer leur qualification, en vue d’obtenir le fameux certificat qui leur permettra d’opérer officiellement à bord du porte-avions Liaoning.

Ils devraient d’ailleurs se trouver actuellement près du centre de formation de l’aéronautique navale de Xincheng, sur la côte Ouest de Bohai, pour une série d’évaluations et de manœuvres, notamment leur premier appontage en grandeur nature. En effet, l’alerte de sécurité maritime LN-0240 émise par les autorités chinoises notifie la fermeture d’une zone maritime de près de 3 000 km², pour manœuvres militaires, du 27 Octobre au 10 Novembre.

La durée d’activation et la forme de cette zone interdite d’accès sont pratiquement identiques à celles pour la 5ᵉ et la 6ᵉ campagne de certification, qui ont eu lieu respectivement en mois d’Août 2016 ¹ et fin Mai cette année ², à ceci près que la 7ᵉ campagne durera quelques jours de plus par rapport aux précédents, pour une raison qu’on ignore, probablement pour un contenu d’évaluations remanié.

Maintenant que la construction du deuxième porte-avions chinois va plutôt bon train, est-ce que la marine chinoise disposera suffisamment de pilotes au minimum formés, sinon opérationnels, et assez d’avions de chasse J-15 pour préparer l’arrivée du nouveau navire ?

Pour la première question, nous restons sur le même modèle de prévision que nous avons revu cet été, à savoir que les forces aéronavales embarquées chinoises devraient disposer, si tout se déroule comme il se doit, entre 29 et 36 pilotes de J-15 certifiés. Autrement dit largement suffisant pour le besoin du porte-avions Liaoning actuel qui ne peut embarquer que 24 chasseurs plus une petite dizaine d’hélicoptère.

Notre prévision, qui tient aussi compte des éventuelles retraites de pilotes formés précédemment ou d’autres facteurs « réducteurs », table sur 39 à 56 pilotes de J-15 certifiés d’ici fin 2019, date à laquelle le deuxième porte-avions devrait avoir été livré à la marine chinoise.

Suivant les scénarios, le besoin en pilotes d’aéronautique navale semble pouvoir être satisfait entre 2020 et 2022, qui semble être une période de « danger » perçue par les dirigeants chinois.

Quant au nombre de J-15, les derniers éléments montrent qu’au moins 24 appareils de série, du modèle de base de Batch 01 et 02, sont actuellement opérationnels, mais deux voir trois entre eux ont été perdus ou fortement endommagés dans deux accidents, dont un mortel, liés à la commande de vol et un incident de collision aviaire.

Et la priorité de ces deux dernières années de l’Usine 112 Shenyang, où les avions « Soukhoï-like » chinois sont produits, ne semble pas être porté sur le J-15 mais plutôt sur le chasseur-bombardier J-16.

Sachant que la capacité de production de Shenyang, selon notre estimation, se situe entre 26 et 34 appareils par an, mais celle-ci est à partager entre les chasseurs lourds J-11B / J-11BS / J-11D, les J-15 plus les J-16 pour l’armée de l’air et la marine chinoise, et qu’une nouvelle version modernisée de J-15, doté d’un radar à antenne de balayage électronique actif (AESA) entièrement numérisé, ainsi qu’une version catapultable sont en développement, il est difficile d’y voir plus clair sur la question.

Mais si on suit la logique « Autant d’avions pour autant de pilotes », et étant donné la priorité penchée sur les forces aéronavales pour répondre aux certaines problématiques géopolitiques autour de la Chine, on peut s’accorder de penser qu’il devrait avoir minimum une cinquantaine de J-15 prêts à décoller à tout moment d’ici 2022.

Henri K.


¹ – Dossier | 5ᵉ promotion de pilotes aéronavales chinois certifiée

² – Dossier | Aéronavale : arrivée des premiers pilotes cuvée 2017 de J-15

Written by

Et si la vision du monde est "biphasée" ? C'est ce que Henri a toujours cru, c'est également comme cela qu'il voit la Chine. Maladroit dans son écriture, souvent perdus dans ses pensées, pourtant ce responsable technique en aéronautique essaie chaque jour de partager avec vous les actualités sur l'Empire du Milieu, avec notamment les éléments à la source que vous ne verrez probablement jamais ailleurs en France.

No comments

LEAVE A COMMENT