Les bombardiers H-6K « embrassent » l’île de Taïwan

Le 13 Juillet vers 7 heures du matin heure locale, soit à peine cinq heures que le porte-avions chinois Liaoning et ses navires d’escorte sont sortis de la zone d’identification de la défense aérienne (ADIZ) taïwanaise, l’île de 23 millions d’habitants est de nouveau mise sous tension, et pour cause, plusieurs bombardiers chinois H-6K de dernière génération ont de nouveau fait un tour complet du Taïwan.

La sortie des appareils de l’armée de l’air chinoise est rapportée à la fois par le ministère japonais de la Défense et son homologue taïwanais, pour la simple raison que ce n’est pas un mais deux groupes de bombardier chinois qui ont franchi la première chaîne d’îles simultanément, et ce à deux endroits bien distincts.

Le premier, composé d’au moins deux bombardiers H-6K, a traversé le détroit d’Okinawa situé entre le Taïwan et le Japon dans le Nord. Le deuxième, avec au moins quatre appareils du même modèle, décolle du sud de la Chine puis pénètre dans l’océan Pacifique, en passant par le détroit de Bashi situé entre le Taïwan et les Philippines, avant de passer par le détroit d’Okinawa pour regagner sa base.

Ce dernier groupe de bombardiers chinois a parcouru ainsi près de 4 000 km en vol et a réalisé un tour complet du Taïwan, une manœuvre qui provoque généralement de très vives réactions sur l’île.

H-6K

l’ADIZ taïwanaise, les deux détroits traversés par les bombardiers H-6K et la trajectoire du porte-avions Liaoning.

Selon le communiqué du ministère taïwanais, tous les H-6K chinois ont volé en dehors de son ADIZ. Le texte évoque une campagne d’entraînement sur mer à longue distance entamée par l’armée de l’air chinoise.

S’il dit vrai, cela écarte le fait que ce soit une réaction immédiate de l’armée chinoise face au décollage de quatre F-16B taïwanais, armé chacun de deux missiles anti-navires Harpoon et de pod de désignation, au moment où le groupe aéronaval chinois autour du porte-avions Liaoning traversait le détroit de Formose un peu plus tôt dans la journée.

L’armée japonaise a quant à elle dépêché plusieurs avions de chasse pour « accompagner » les bombardiers chinois. Son rapport incluant les photos des appareils suggère que les quatre H-6K qui sont décollés du sud de la Chine viennent de la 8ème division de bombardiers (immatriculés 1xx9x) basée à Hengyang, tandis que les deux autres qui ont traversé le détroit d’Okinawa en premier viennent d’une autre unité, la 10ème division de bombardiers (immatriculés 2xx1x) basée à Anqing, près de la ville de Nanjing.

La trajectoire des deux groupes aériens chinois forme une sorte de deux demi-cercles, comme les deux bras pour « embrasser » l’île de Taïwan.

H-6K

La trajectoire des deux groupes de bombardiers chinois, dans le rapport du ministère japonais de la Défense.

Le H-6K est un bombardier régional capable de porter jusqu’aux six missiles de croisière KD-20 d’une portée de 1 500 km environ. La portée relativement longue de ce missile fait donc que les bombardiers n’ont pas besoin d’aller si loin pour frapper les cibles sur le sol taïwanais.

L’entraînement des appareils chinois en dehors de la première chaîne d’îles viserait, par conséquent, d’autres localisations bien plus lointaines.

Interrogé par les journalistes, le porte-parole du ministère chinois de la Défense indique qu’il s’agissait d’un entraînement de routine, et les manœuvres sont légitimes.

« L’armée chinoise va continuer à organiser ce genre d’entraînement en fonction de ses besoins », rajoute le colonel REN Guoqiang, « les parties concernées n’ont pas à sur-interpréter, ça va mieux quand on s’y habitue… »

A noter que sur le H-6K immatriculé 10095 on peut voir apparaître un pod sous la voilure gauche, dont l’usage n’est pas connu aujourd’hui.

Henri K.

Post Tags
Written by

Et si la vision du monde est "biphasée" ? C'est ce que Henri a toujours cru, c'est également comme cela qu'il voit la Chine. Maladroit dans son écriture, souvent perdus dans ses pensées, pourtant ce responsable technique en aéronautique essaie chaque jour de partager avec vous les actualités sur l'Empire du Milieu, avec notamment les éléments à la source que vous ne verrez probablement jamais ailleurs en France.

No comments

LEAVE A COMMENT