Un bombardier américain B-1B vient frôler l’ADIZ chinoise

Selon la chaîne de télévision américaine CNN, un bombardier B-1B de l’US Air Force a été demandé de quitter « l’espace aérien » chinois dimanche dernier alors qu’il venait d’entrer dans la zone de défense aérienne (ADIZ) chinoise au dessus de la mer de Chine orientale.

Les pilotes américains ont répondu qu’ils sont sur une opération de routine dans l’espace aérien international et qu’ils ne vont pas dévier leur route, indique le porte-parole de l’US Pacific Air Forces.

ADIZ

Les différentes zones ADIZ au Nord-Est de l’Asie (Image : Maximilian Dörrbecker)

L’ADIZ est une zone aérienne dans laquelle les appareils civils, principalement, sont identifiés, localisés et contrôlés au nom de la sécurité nationale. La notion est inventée par les Etats Unis où la première ADIZ fut instaurée en Décembre 1950.

Il est à noter que le concept d’ADIZ n’est défini dans aucun traité international et n’est régulé par aucune autorité internationale. Malgré cela, des zones ADIZ ont été créées rapidement autour des Etats Unis et du Canada, et le mouvement a ensuite été suivi par le Japon, qui a étendu son ADIZ existante en 2010, et aussi par la Corée du Sud dès 1951.

Celle de la Chine, situé au-dessus de la mer de Chine orientale, a été créée et entrer en vigueur en Novembre 2013. Tout comme la Chine et la Russie qui n’ont pas reconnu l’ADIZ japonaise, officiellement les Etats Unis et le Japon n’ont pas reconnu l’ADIZ chinoise non plus.

Le bombardier B-1B a reçu l’appel des contrôleurs aériens chinois alors qu’il volait à environ 130 km au Sud-Ouest de l’île de Jeju-do. L’endroit se situe à 440 km de la ville de Shanghai et se trouve, effectivement, à la limite inférieure de l’ADIZ chinoise.

ADIZ

l’ADIZ chinoise (en blanc) et l’endroit approximatif où le B-1B américain a volé (Image : East Pendulum)

Bien qu’aucun d’autres détails sur ce nouvel incident sino-américain n’a été révélé, on sait toutefois que le bombardier de l’US Air Force était en train de mener une série d’entraînements avec les forces armées sud coréennes et japonaises.

L’incident montre également que le réseau de défense anti-aérienne de la Chine est capable d’identifier un objet volant, d’un SER de 1 m² environ, à plus de 450 km des côtes chinoises. C’est un point très intéressant à suivre sur l’évolution de la capacité « situation awareness » de l’armée chinoise, qui s’étend désormais jusqu’à la première chaîne d’îles.

A suivre.

Henri K.

Post Tags
Written by

Et si la vision du monde est "biphasée" ? C'est ce que Henri a toujours cru, c'est également comme cela qu'il voit la Chine. Maladroit dans son écriture, souvent perdus dans ses pensées, pourtant ce responsable technique en aéronautique essaie chaque jour de partager avec vous les actualités sur l'Empire du Milieu, avec notamment les éléments à la source que vous ne verrez probablement jamais ailleurs en France.

No comments

LEAVE A COMMENT