Des avions de surveillance ELINT chinois traversent la 1ère chaîne d’îles

Les avions de surveillance ELINT (Electronic Intelligence) de l’armée de l’air chinoise ont traversé, deux jours de suite, la première chaîne d’îles pour entrer dans l’océan Pacifique, a fait savoir deux rapports officiels du ministère japonais de la Défense.

On apprend alors qu’un Tu-154M/D, seul et immatriculé B-4016, a survolé le détroit de Miyako, une voie navigable internationale et l’une des principales sorties au Pacifique pour la Chine, avant de changer cap et voler vers le sud du Taïwan. L’avion ELINT chinois a été repéré le 18 Novembre au-dessus de la zone d’identification de défense aérienne (ADIZ) chinoise, par les forces japonaises, qui ont fait décoller des chasseurs pour accompagner le passage.

Le ministère de la Défense du Taïwan a également publié un court communiqué pour indiquer que la « patrouille d’entraînement à haute mer » de l’appareil chinois a été placé sous surveillance de l’île, et que le survol a eu lieu dans la matinée.

Le lendemain, le même Tu-154M/D a de nouveau franchi la chaîne d’îles japonaise, mais cette fois-ci accompagné d’un autre avion ELINT et brouilleur longue portée chinois, le Y-8G (GX-3), ainsi que quatre bombardiers H-6K visiblement non armés.

Les six appareils chinois ont ensuite filé tout droit vers le Pacifique, avant de rentrer en Chine par le même chemin d’aller.

A noter que la dernière traversée de ce genre remonte au mois d’Août cette année, il y a trois mois, où six bombardiers chinois se sont rapproché du Tokyo, sur la côte Est du Japon. Cinq survols au total ont été enregistré dans ce même mois par le Japon et le Taïwan.

Le Tu-154M/D est l’un des premiers avions de surveillance ELINT de l’armée chinoise, entré en service en 1995. Il est équipé notamment d’un système BM/KZ800 pour capter et analyser les différents signaux, et d’un radar à synthèse d’ouverture (SAR, Synthetic Aperture Radar) pour la cartographie de précision de surface. Au moins neuf appareils civils ont été convertis en cette version militaire pour le compte de l’armée de l’air chinoise.

Le Y-8G, quant à lui, est un avion dédié aux missions de contre-mesures électroniques (ECM) et de brouillage électronique longue portée. Il est facilement distinguable par les deux grandes faces d’antenne ECM installées de part et d’autre sur les deux côtés du fuselage. Il sera remplacé à terme par le nouveau Y-9G, doté d’une grande autonomie en vol et des équipements embarqués renouvelés.

ELINT

Le nouveau Y-9G qui remplace à terme le Y-8G dans les missions de brouillage électronique longue portée

A suivre.

Henri K.

Written by

<p>Et si la vision du monde est « biphasée » ? C’est ce que Henri a toujours cru, c’est également comme cela qu’il voit la Chine.</p> <p>Maladroit dans son écriture, souvent perdus dans ses pensées, pourtant ce responsable technique en aéronautique essaie chaque jour de partager avec vous les actualités sur l’Empire du Milieu, avec notamment les éléments à la source que vous ne verrez probablement jamais ailleurs en France.</p>

No comments

LEAVE A COMMENT