L’avion de combat J-20 est (officiellement) entré en service

Depuis la première livraison de trois J-20, en version de série, à l’armée de l’air chinoise il y a trois mois jour pour jour, les rumeurs ont commencé à circuler sur l’entrée en service de cet avions de combat chinois de nouvelle génération. Seulement aucune confirmation institutionnelle n’a été faite jusqu’à présent, ni par les autorités locales ni par son constructeur le groupe AVIC. Mais c’est désormais chose faite.

En effet, dans le journal militaire télévisé de CCTV-7 en date du jeudi 9 Mars, animé par les journalistes de l’armée chinoise, la nouvelle a été officiellement annoncée. Mais comme le veut la coutume chinoise, elle est passé presque inaperçue.

« Les nouveaux équipements comme le Y-20, l’H-6K et le J-20 ont rejoint les ranges de l’armée de l’air du peuple… », une simple phrase qui a duré seulement six secondes s’est glissée au milieu d’un reportage de quelques minutes sur les réformes entreprises par l’armée chinoise.

Sans tambour ni trompette, et aucun détail n’a été filtré, mais le message a bien été capté par tous les téléspectateurs et fait déjà le buzz sur le net en Chine.

Si les passionnés chinois se réjouissent déjà du fait que leur pays est devenu le deuxième au monde à avoir admis au service actif un avion de combat de 5ème génération (4ème selon la classification chinoise), il est à rappeler que le projet 718, code projet du J-20, n’a pas encore passé sa certification de conception (设计定型), l’un des deux jalons les plus importants dans un programme militaire chinois et synonyme de l’acceptation définitive du design par l’armée chinoise.

Mais le programme J-20 n’est pas le premier à être admis au service actif avant la certification de conception. Rappelons qu’en 2003, les premiers J-10 de pré-série ont été livrés à l’armée de l’air chinoise pour un « usage d’essai », alors que sa certification de conception n’a eu lieu qu’en Avril 2004. Le tout nouvel avion de combat chinois semble avoir pris le même chemin que son aîné, conçu également par le même bureau d’études – l’Institut 611 Chengdu – et fabriqué par la même entité de production CAC (Chengdu Aircraft Industry Corporation).

J-20

Le document cadre co-rédigé par l’ancien ingénieur en chef de l’Institut 611 Chengdu, SONG Wen Cong.

Depuis la publication en Mars 2001 du document cadre « A research on the aerodynamic characteristic of a small aspect ratio, high lift figther configuration » rédigé par l’ancien ingénieur en chef de l’Institut 611 Chengdu et ses trois collègues – document qui a défini la configuration aérodynamique générale du J-20 d’aujourd’hui – et la victoire de cette configuration en Octobre 2007 contre celle à tri-plan de l’Institut 601 Shenyang dans l’appel d’offre de l’armée de l’air chinoise, les ingénieurs de Chengdu ont parvenu à concrétiser ce projet en profitant des résultats des pré-études qui ont démarré dès le 7ème plan quinquennal (1986–1990).

La furtivité passive, la compatibilité électromagnétique, l’avionique et l’aérodynamique avancée, les nouveaux matériaux…. Ce sont autant des sujets qui ont été étudiés avec le moyen du bord de l’époque. Mais si les Chinois n’étaient pas capables de fabriquer un tel avion dans les années 90′, ils savaient, en revanche, exactement ce qu’ils voudront pour 2020.

Ainsi, le premier démonstrateur technologique, immatriculé 2001 et peint en vert foncé, a réalisé son premier vol le 11 Janvier 2011, faisant la surprise de beaucoup d’observateurs. Le deuxième a suivi et a volé à son tour 16 mois après. Chengdu a ensuite fabriqué 6 prototypes qui ont effectué leur vols inauguraux entre Mars 2014 et Novembre 2015, un rythme soutenu qui montre que la conception du départ est correcte et qu’il n’y a pas eu de problèmes majeurs, probablement grâce à une très longue période de pré-études.

Aujourd’hui, au moins treize J-20 ont déjà volé dont cinq de version de série (ou pré-série). Les outils industriels sont déjà en place pour la production en masse de cet avion, qui a fait sa première apparition publique officielle le jour d’ouverture du Salon aéronautique de Zhuhai 2016.

Selon certaines sources locales, une quarantaine de ce chasseur VLO (Very Low Observable) chinois devrait être produite avant 2020. Les ingénieurs d’AECC (Aero Engine Corporation of China), nouvelle entreprise publique avec près de 100 000 employés qui regroupe l’ensemble des 46 entreprises et filiales motoristes pré-existantes, travaillent actuellement sur plusieurs versions de moteur dédiées au J-20 – dont le fameux WS-15 – le dernier talon d’Achille de l’industrie aéronautique chinoise.

A suivre.

Henri K.

 

Annexe : L’ensemble des articles sur le programme J-20 peuvent être consultés ici.

Post Tags
Written by

Et si la vision du monde est "biphasée" ? C'est ce que Henri a toujours cru, c'est également comme cela qu'il voit la Chine. Maladroit dans son écriture, souvent perdus dans ses pensées, pourtant ce responsable technique en aéronautique essaie chaque jour de partager avec vous les actualités sur l'Empire du Milieu, avec notamment les éléments à la source que vous ne verrez probablement jamais ailleurs en France.

Latest comments
  • they form a separate unit at Dingxin? with a prospect to become a full regiment by 2020?

  • According to the following article, the WS-15, which is not net in detailed design, will serve onboard the J-20 in 2025:

    http://weibo.com/ttarticle/p/show?id=2309404078963499649899

LEAVE A COMMENT