ASBM DF-21D : Trois essais en Juillet 2015

Un internaute chinois qui travaille dans l’aérospatiale chinoise a posté deux photos qu’il a pris aujourd’hui au musée du centre de lancement spatial de Jiuquan (JSLC). D’après l’inscription écrite en bas de ce qu’il paraît être un panneau de présentation, il s’agit du tir de DF-21D, l’un des missiles balistiques anti-navires (ASBM) chinois.

Bien que j’ai un petit doute pour savoir si le missile balistique sur la photo en haut est réellement le DF-21D, et non un autre variant de la famille comme le DF-21C par exemple, le missile apparu dans ces photos est visiblement composé de deux étages et d’une tête avec ailerettes. Ces dernières indiquent par ailleurs que la tête est manœuvrable en phase terminale.

Si ce missile est bien le DF-21D, alors on pourra remarquer que sa configuration générale se rapproche de celle de Pershing II, un missile balistique de portée moyenne (~1 800km) utilisé dans les années 80′ par l’armée de terre américaine, sauf que le DF-21D est plus large et il n’y a pas de gouverne aérodynamique sur son premier étage.

Comparaison de DF-21D (??) et de Pershing II

Comparaison de DF-21D (??) et de Pershing II

Comme les lois de la physique sont identiques pour tout le monde, les mêmes besoins aboutissent souvent aux même solutions d’ingénierie. La composition principale du DF-21D ne devrait donc pas s’éloigner énormément de celle du Pershing II, étant donné que les deux missiles ont pratiquement la même portée et le même besoin en précision (CEP), à part que le premier est utilisé pour frapper les cibles en mouvement sur mer et le deuxième les cibles fixes au sol.

L’image en bas montre sommairement la composition du missile Pershing II – le radar de guidage se trouve sous la coiffe de la tête (1), suivi par le compartiment des charges explosives (2) puis celui de GNC (3).

Composition de Pershing II

Composition de Pershing II

Tout comme le Pershing II, la tête chercheuse du DF-21D devrait se trouver aussi sous la coiffe. Le guidage inertiel en haute altitude démarre à environ 200km d’altitude lorsque la tête du missile, déjà séparé du deuxième étage, se situe à environ 300km de sa cible.

La vitesse de la tête à ce state du vol devrait avoisiner les Mach 12 (dieu sait que je déteste de parler la vitesse en unité Mach, surtout quand il s’agit des missiles balistiques, mais passons…).

Fonctionnement de DF-21D, capture d'une vidéo interne

Fonctionnement de DF-21D, capture d’une vidéo interne

Ensuite, à environ 100km d’altitude, la tête du missile commence à amorcer son vol plané. Les dernières leurres sont également largués.

Le guidage d’ajustement actif à basse altitude se déclenche quand la tête sort du blackout à 30km d’altitude. Le porte-avions, cible finale du DF-21D, sera localisé alors à une distance de 70km.

Durant sa phase d’approche terminale, la tête peut encore manœuvrer sur une zone de 20km x 60km (latérale), et elle est conçue pour frapper sa cible à la verticale avec une vitesse de 1 000m/s environ. L’objectif recherché est de créer un maximum de dégât sur le pont d’envoi et dans le hangar, afin de rendre le porte-avions inopérant. Mathématiquement il y a peu de chance pour que le porte-avions s’échappe de la zone de manœuvrabilité de la tête, à moindre de pouvoir intercepter cette dernière directement.

Quant à la recherche, l’identification et l’acquisition primaire des cibles pour un missile comme le DF-21D, elles se reposent principalement sur les plateformes spatiales. Vous trouvez plusieurs détails sur ce sujet dans le dossier « Les satellites chinois et la surveillance maritime« .

 

Quatre tirs d’essai de DF-21D en Novembre 2014 et Juillet 2015

Les deux photos en haut nous disent non seulement à quoi ressemble (avec certains doutes de ma part) le DF-21D, mais aussi le statut de son développement.

La traduction du texte, qui se trouve en bas de la première photo en haut, donne : « Le DF-21D est un missile balistique terrestre pour frapper les cibles marines, c’est une arme majeure en combat asymétrique maritime et elle est dérivée de DF-21. La base (JSLC) a mené quatre tirs d’essai en Novembre 2014 et en Juillet 2015. »

Lancement nocturne d'un DF-21D (Source : CCTV)

Lancement nocturne d’un DF-21D (Source : CCTV)

Pour ceux qui ne sont pas familier avec le centre JSLC, il est connu comme le premier centre de lancement spatial construit en Chine, mais c’est avant tout la première base d’essais balistiques chinoise opérationnelle depuis les années 60′, d’où son nom militaire « Base n°20 ».

Cette base est aussi connue sous le nom du centre de missiles de Shuangchengzi (双城子) pour les services de renseignement occidentaux.

A propos des quatre tirs d’essai mentionné dans le texte, les recherches dans la base des messages aux navigants aériens (NOTAM) confirment qu’il y a bien eu un NOTAM en Novembre 2014, et quatre en Juillet 2015, qui sont assimilés à des essais balistiques autour du JSLC.

On va passer en revue rapide de ces cinq messages, pour voir lesquels pourraient signaler les essais de DF-21D.

Le premier date du 28 Novembre 2014, c’est un essai qui semble avoir lieu directement au JSLC et le missile serait lancé vers l’Ouest en traversant les deux segments aériens interdits de survol. C’est le seul NOTAM en Novembre 2014 qui est assimilé à un essai balistique.

Essai de DF-21D (??) du 28 Novembre 2014

Essai de DF-21D (??) du 28 Novembre 2014

Ensuite, une longue zone de restriction en vol et plusieurs segments aériens sont fermés pendant une heure le 10 Juillet 2015 au sud de Korla. Mais la zone rectangulaire inclut un site de la Base n°56 des forces des fusées et elle mesure moins de 1 000km de long, relativement courte pour être un essai de DF-21D.

Essai balistique du 10 Juillet 2015

Essai balistique du 10 Juillet 2015

Le 20 Juillet 2015, deux zones de restriction ressemblant fortement à celles d’un essai balistique étaient actives durant 50 minutes près du site de Korla, où se situe un radar de suivi des essais balistiques. Les deux zones devraient correspondre aux retombées du deuxième étage et de la tête du missile balistique.

Il est à souligner qu’il y aurait potentiellement eu deux essais au 20 Juillet 2015. En fait on a deux groupes NOTAM qui ont exactement les mêmes zones de restriction et qui s’en suivaient à une heure d’intervalle. Mais le premier groupe est typé « Cancelled » dans la base de la Federal Aviation Administration (FAA).

Il est difficile de savoir avec certitude s’il y a eu deux essais au lieu d’un ce jour-là, pourtant selon un article du journal officiel de l’armée chinoise datant du 4 Septembre 2015, une brigade qui est dotée des DF-21D a réalisé un double essai avant Septembre 2015, sans que la date exacte soit précisée. On sait seulement que ce double tir a eu lieu « deux ans et demi après l’admission du missile » dans cette brigade.

Donc, si le double tir mentionné dans l’article a eu lieu le 20 Juillet 2015, cela veut dire que l’entrée en service de DF-21D datait du début 2013, du moins pour cette brigade. C’est donc conforme aux informations récupérées par ailleurs pour la date de la première mise en service du système ASBM chinois.

Essai de DF-21D du 20 Juillet 2015

Essai(s) de DF-21D du 20 Juillet 2015

Enfin, il y a aussi deux autres essais, l’un au 28 Juillet et l’autre au 31 Juillet. Les zones de restriction en vol de ces deux jours sont assez similaires.

Les deux graphiques en bas nous disent que si les missiles sont partis près du JSLC et volent en direction sud-ouest, alors la portée de ces deux essais sera au moins supérieure à 1 500km, qui correspond mieux aux caractéristiques de DF-21D.

Personnellement, après avoir étudié les 5 cas en haut, je pense que les quatre essais indiqués dans le panneau de DF-21D en haut devraient avoir lieu le 28 Novembre 2014, puis le 20, le 28 et le 31 Juillet 2015.

Si cela se confirme, cette fréquence d’essais en Juillet 2015 semble indiquer qu’il s’agisse d’une série de tirs d’échantillonnage, menée par plusieurs unités différentes.

Cela signifie que le système, dont le DF-21D n’est qu’un maillon parmi tant d’autres, est bel et bien opérationnel.

Et les vidéos CCTV montrent que les unités des forces des fusées chinoises qui sont équipées de ce système sont très actives, au moins dans le Nord du pays –

L’affaire à suivre.

Henri K.

Post Tags
Written by

Et si la vision du monde est "biphasée" ? C'est ce que Henri a toujours cru, c'est également comme cela qu'il voit la Chine. Maladroit dans son écriture, souvent perdus dans ses pensées, pourtant ce responsable technique en aéronautique essaie chaque jour de partager avec vous les actualités sur l'Empire du Milieu, avec notamment les éléments à la source que vous ne verrez probablement jamais ailleurs en France.

Latest comments
  • some say that 21Ds’ target acquisition might be supported by forward radars from the islands.
    what do you think?

LEAVE A COMMENT