Escale historique du porte-avions Liaoning à Hong Kong

Après son passage du détroit de Taïwan qui a fait couler beaucoup d’encres sur l’île, le porte-avions Liaoning est arrivé ce vendredi 7 Juillet dans la matinée à Hong Kong, une première historique.

Les Hong Kongais sont déjà habitués à voir passer dans leurs eaux les porte-avions étrangers, notamment ceux de l’US Navy, mais c’est tout de même la première fois qu’ils en accueillent un de leur propre pays.

Et ils auront même l’occasion de monter à bord pour une courte visite, alors qu’aucun Chinois continentaux n’a encore eu ce privilège depuis l’admission au service actif du porte-avions Liaoning en Septembre 2012.

Le groupe aéronaval – composé du porte-avions Liaoning, le destroyer 152 Jinan de Type 052C (flotte de l’Est), le destroyer 175 Yinchuan de Type 052D (flotte du Sud) et la frégate 538 Yantai de Type 054A – sont arrivés au sud de Hong Kong très tôt dans la matinée.

Accompagné par deux corvettes de Type 056 envoyées par la garnison de l’armée chinoise à Hong Kong et plusieurs remorqueurs du service portuaire de la ville, le porte-avions Liaoning a d’abord passé par l’île de Po Tai puis le détroit de Lamma de l’Est, avant de gagner sa zone de mouillage situé entre l’île de Hong Kong, Kwoloon et l’île de Lantau.

Ses trois navires d’escorte, quant à eux, ont accosté non loin à la base navale sur l’île de Stonecutter’s (昂船洲).

Porte-avions Liaoning

L’arrivée du porte-avions Liaoning à Hong Kong

A l’occasion du 20ème anniversaire de la rétrocession de Hong Kong à la Chine, les 36 000 citoyens de la ville qui ont réussi à avoir les billets vont pouvoir visiter les trois casernes militaires de l’Armée populaire de libération durant le weekend du 8 et du 9 Juillet.

Les conditions pour monter à bord du porte-avions Liaoning sont encore plus strictes – Seuls 2 000 billets sont distribués publiquement aux résidents permanents de Hong Kong (sur plus de 7 millions d’habitants), plus 1 600 dédiés aux « groupes spécifiques ». Les enfants de moins de 11 ans, les femmes enceintes et les personnes handicapés ne sont pas admis à bord pour une question de sécurité, aucun caméra ni appareil photo n’est autorisé lors de la visite.

Et pour une raison inconnue, les médias n’ont pas été invités mais les éléments officiels leurs seront envoyés.

Il est à noter que la date d’arrivée du porte-avions Liaoning à Hong Kong, événement déjà hautement symbolique, semble avoir été soigneusement choisie. En effet, il s’agit du 80ème anniversaire de l’Incident du pont Marco Polo, qui signe le début de la deuxième guerre sino-japonaise, à la suite de l’invasion de la partie orientale de la Chine par l’Armée impériale japonaise.

Et la ville de Hong Kong, colonie de l’Empire britannique à cette époque, n’a pas été épargnée par cette guerre sanglante où des dizaines de million de Chinois sont morts. Le 8 Décembre 1941, soit 8 heures après l’attaque de Pearl Harbor, l’armée impériale japonaise a lancé une vaste offensive contre l’armée britannique basée à Hong Kong.

L’aéroport de Kai Tak a été bombardé ce jour-là vers 8h du matin, paralysant ainsi la capacité anti-aérienne des garnisons anglaises. Malgré l’aide apportée par l’armée canadienne et indienne, la ligne de défense dans le nord de Hong Kong a été anéantie dans la journée du 11 Décembre.

L’armée impériale japonaise a commencé la traversée du détroit de Victoria Habour une semaine après et a demandé au gouverneur anglais de se rendre, chose qui a été faite dans la nuit du 25 Décembre 1941, connu désormais sous le nom du « Noël noir ».

Plus de 10 000 soldats anglais ont été fait prisonniers de guerre après la bataille. Des viols, des tortures et des massacres ont été enregistrés tout au long de la période de l’occupation, comme partout ailleurs en Chine, et ce non seulement sur les citoyens locaux mais aussi les ressortissants étrangers.

L’arrivée historique du porte-avions Liaoning à Hong Kong, au jour du commencement des 8 longues années de résistance en Chine entre 1937 et 1945, est donc à interpréter avec un article paru le même jour dans le Journal de l’armée chinoise, intitulé « Pour éviter de se battre il faut être capable de se battre ».

On peut également remarquer que, si la Chine n’a pas encore eu l’occasion d’exploiter la capacité de projection de forces que représente un groupe aéronaval, elle commence tout de même à appréhender le potentiel médiatique de ce dernier dans un contexte politique sensible.

Nul doute que cette escale « exceptionnelle » du porte-avions Liaoning ne sera pas qu’un cas isolé.

Henri K.

Written by

Et si la vision du monde est "biphasée" ? C'est ce que Henri a toujours cru, c'est également comme cela qu'il voit la Chine. Maladroit dans son écriture, souvent perdu dans ses pensées, ce responsable technique en aéronautique essaie pourtant de partager avec vous chaque jour les actualités sur l'Empire du Milieu, avec notamment les éléments à la source que vous ne verrez probablement jamais ailleurs en France.

No comments

LEAVE A COMMENT