L’armée chinoise multiplie les sorties de la 1ère chaîne d’îles

Pour la 6ème fois en l’espace d’un mois, l’armée de l’air chinoise a envoyé ses appareils franchir la 1ère chaîne d’îles et virevolter autour de l’île de Taïwan.

Il s’agit cette fois-ci de deux avions brouilleurs ECM longue portée Y-8G, qui sont sortis de la 1ère chaîne d’îles ce dimanche 13 Août dans la matinée, en longeant par le sud de l’ADIZ taïwanaise.

Selon le ministère taïwanais de la Défense, deux chasseurs bombardiers Su-30MKK les ont accompagnés lors de leur traversée du détroit de Miyako pour rentrer à la base. Ce détail n’est étrangement pas mentionné dans le rapport de l’armée japonaise qui a pourtant fait décoller des avions de chasse pour intercepter les avions chinois.

A noter qu’un avion de guerre électronique du même modèle a déjà escorté deux bombardiers H-6K sortir de la 1ère chaîne d’îles un jour auparavant. L’événement a été rapporté par l’armée taïwanaise, qui mentionne également la présence d’un autre escadron composé d’un AWACS KJ-200 et des chasseurs Su-30MKK., dans une opération qualifiée de « compagne d’entraînement haute mer de longue portée ».

Les quatre autres manœuvres de l’armée de l’air chinoise franchissant la 1ère chaîne d’îles depuis mi-Juillet sont :

  1. 2017.07.13 avec 6 bombardiers H-6K
  2. 2017.07.20 avec 1 avion ELINT Y-8CB, 1 avion brouilleur Y-8G et 8 bombardiers H-6K
  3. 2017.07.24 avec 4 bombardiers H-6K
  4. 2017.08.09 avec 1 avion brouilleur Y-8G

Cette tendance d’intensification de sorties au-delà de la 1ère chaîne d’îles, constituant historiquement un « collier ras-de-cou contenant la bête » pour les Etats Unis et ses alliés dans le Pacifique de l’Ouest, n’est pourtant pas une nouveauté – Dans son rapport annuel sur le nombre de décollages d’urgence effectués par ses forces aériennes, les chiffres fournis par l’armée japonaise indiquent clairement une hausse importante des cas en provenance de la Chine.

Ainsi, le nombre d’interceptions à l’encontre des appareils chinois a doublé en 3 ans, entre 2013 et 2016, pour atteindre 851 cas l’an dernier, soit une moyenne de 71 par mois, ou plus de 2 par jour.

L’effet « blocus » de ce collier d’îles – composé par le Japon, le Taïwan et les Philippines principalement – se dégrade au fur et à mesure que l’armée chinoise se modernise et devient déterminé à établir une zone de contrôle autour de ses côtes.

 RussieChineVariation (Chine)TaïwanCorée du NordAutresTotal
20122483061012567
2013359415+35,62%1926810
2014473464+11,80%105943
2015288571+23,06%2012873
2016301851+49,04%8081168

Le rapport japonais montre aussi que les manœuvres de l’armée chinoise sur la partie nord de la 1ère chaîne d’îles se concentrent encore essentiellement dans la mer de Chine orientale, avec une multiplication de sorties en océan Pacifique via le détroit de Miyako et le détroit de Bashi.

Mais les appareils chinois commencent aussi à s’aventurer dans la mer du Japon, où les activités des forces aériennes russes sont historiquement denses.

1ère chaîne d'îles

En rouge, les vols d’appareils chinois en 2016 et en orange, ceux des appareils russes (Image : 統合幕僚監部)

A suivre.

Henri K.

Written by

Et si la vision du monde est "biphasée" ? C'est ce que Henri a toujours cru, c'est également comme cela qu'il voit la Chine. Maladroit dans son écriture, souvent perdu dans ses pensées, ce responsable technique en aéronautique essaie pourtant de partager avec vous chaque jour les actualités sur l'Empire du Milieu, avec notamment les éléments à la source que vous ne verrez probablement jamais ailleurs en France.

No comments

LEAVE A COMMENT