l’Arabie saoudite achète le drone armé Wing Loong II ?

D’après un article paru dans l’un des plus grands quotidiens saoudiens Al-Watan le 31 Août, le royaume de la péninsule Arabique aurait signé un nouveau contrat d’achat avec la Chine, pour acquérir les drones MALE armés de la famille Wing Loong.

Le lieu et la date exacte de la signature n’ont pas été précisés dans le texte, mais selon d’autres sources locales, c’est le ministre de la Défense saoudien Mohammed ben Salmane Al Saoud, également vice-prince héritier d’Arabie Saoudite, qui a signé le contrat en Chine lors de son voyage pour le G20.

Google Earth : 2015-07-10

Google Earth : 2015-07-10

Sachant que l’Arabie Saoudite avait déjà décidé d’acheter les drones Wing Loong avant Avril 2013, dont la signature aurait eu lieu en Mai 2014, et qu’un drone ressemblant à Wing Loong est apparu à l’aéroport saoudien Jizan en Juillet 2015, il est donc possible que cette signature récente concerne un tout nouveau contrat.

Développé par l’Institut 611 du groupe AVIC à Chengdu, Wing Loong est un drone de reconnaissance et de frappe Air-Sol d’une masse maximum de 1 100kg au décollage.

Le drone peut emporter deux bombes ou missiles de 200kg maximum sous ses voilures, avec une autonomie de 4 000km ou 20h en vol.

Le projet de développement de Wing Loong est démarré en 2005 sur fonds propres de Chengdu. Le premier prototype a réalisé son vol inaugural en 2008 et sa maquette est dévoilée au public pour la première fois au salon aéronautique de Zhuhai en 2010.

WD-1K au Salon de Zhuhai 2014

WD-1K au Salon de Zhuhai 2014

Ce drone MALE armé trouve rapidement son premier acquéreur auprès de l’armée de l’air chinoise et a été rebaptisé WD-1K. Depuis son entrée en service, il a participé à plusieurs missions de reconnaissance à Xinjiang et à l’Est de la Chine ainsi que des exercices militaires, notamment à l’exercice conjoint sino-russe « Mission de paix 2014 » (Мирная миссия 2014) –

Au niveau de l’exportation, l’Arabie Saoudite serait devenu le premier pays arabe à se doter de drone armé avec l’achat de Wing Loong en 2014. Les Émirats arabes unis ont suivi rapidement le mouvement.

En Mars 2016, le Kazakhstan a reçu ses deux premiers drones Wing Loong à Taraz. L’analyse faite ici dans « le Kazakhstan présente un drone MALE chinois Wing Loong » montre qu’au moins 5 exemplaires ont été commandés.

Wing Loong ou Wing Loong II ?

Il est difficile de savoir si ce nouveau contrat signé en Chine concerne un nouveau lot de Wing Loong, ou l’achat de la version améliorée Wing Loong II.

D’après la brochure de l’Institut 611 à Chengdu, le Wing Loong II est 4 fois plus grand que son prédécesseur et peut emporter jusqu’à 480kg d’armement sur ses 6 points d’emport externe. Le plafond en vol passe également de 5 000 à 9 000m, améliorant grandement la survivabilité du drone.

Cette nouvelle version de Wing Loong aurait effectué son premier vol en Septembre 2015. En Janvier 2016, un prototype de Wing Loong II a été vu en train de mener des mesures de signature radar à Chengdu, signe que le développement était dans un état assez avancé.

Maquette de Wing Loong II

Maquette de Wing Loong II

Avec la nouvelle remontée de tension à la frontière avec le Yémen, et les quelques déboires de troupes terrestres saoudiennes sur la même frontière, il est logique de penser que la famille Al Saoud souhaite maintenant s’appuyer d’avantage sur ses forces aériennes pour maintenir la supériorité.

A ce titre, un drone qui permet de patrouiller et d’intervenir plus longtemps sur zone, et qui a une capacité d’emport plus conséquente, pourrait procurer à l’armée saoudienne quelques avantages tactiques non négligeables.

Les caractéristiques de Wing Loong II, et l’expérience déjà acquise avec le Wing Loong, pourraient inciter l’Arabie Saoudite à franchir le gap et passe à l’achat.

En réalité, si l’on croit à l’information de Tactical Report datant de Novembre 2015, le ministère de la Défense saoudien cherchait déjà auprès de la Chine pour développer un drone plus puissant que Wing Loong. Et les pilotes saoudiens auraient testé le Wing Loong II en Mai 2016, toujours selon la même source.

Dans tous les cas, comme l’Arabie Saoudite semble avoir manifesté quelques mécontentements sur la vente d’un autre drone armé chinois CH-4B à l’Irak, qui est produit par le groupe CASC, la seule possibilité qui reste n’est ni plus ni moins le Wing Loong II du groupe AVIC.

L’affaire à suivre.

Henri K.

 

Post Tags
Written by

<p>Et si la vision du monde est « biphasée » ? C’est ce que Henri a toujours cru, c’est également comme cela qu’il voit la Chine.</p> <p>Maladroit dans son écriture, souvent perdus dans ses pensées, pourtant ce responsable technique en aéronautique essaie chaque jour de partager avec vous les actualités sur l’Empire du Milieu, avec notamment les éléments à la source que vous ne verrez probablement jamais ailleurs en France.</p>

Latest comments
  • La vidéo en question était filmée depuis le sol a priori par les rebelles houti si je me souvient bien. Elle montré un drone a moyenne altitude et celui qui l’a posté avait écrit que c’était la première image d’un drone chinois la bas. Site toujours HS aujourd’hui. Pour ton image, je verrais au travail ce soir s’il y a quelqu’un pouvant la traduire.

  • Sur Air Défense, on à montrer il y a quelques jours une vidéo provenant du Yémen montrant un drone à priori chinois. Mais je me rappelle plus s’il s’agit de ce modèle et le forum est HS depuis hier soir.

    Notons que vu les États-Unis cessent la production de sous munitions, la Chine peut se positionner sur ce  »marché » car l’Arabie Saoudite en avait commencé un gros lot qu’elle ne recevra pas en totalité.

LEAVE A COMMENT