Antimissile : 1er radar d’alerte avancée opérationnel

Selon un communiqué du groupe CETC, un nouveau radar, « important et le premier de son genre en Chine », a été admis au service actif le 27 Septembre 2016.

Le type exact du radar n’a pas été divulgué par le texte, mais il précise que c’est un moment « historique » et une « étape importante dans la construction du système globale du domaine ». Le texte rajoute que plusieurs années ont été nécessaires entre la conception, la construction, les tests, le calibrage et la première exploitation expérimentale du site.

L’importance de cette inauguration peut aussi être illustrée par le fait que le directeur de l’Institut n°14 de CETC – l’un des deux plus importants bureaux d’études radaristes du pays – est venu assister à la cérémonie avec toute l’équipe du développement. Et selon certaines sources proches du dossier, plusieurs hauts responsables de l’armée de l’air chinoise (PLAAF) ainsi qu’une unité d’alerte précoce antimissile auraient également participé à l’événement.

Le directeur de CETC 14th et son équipe ainsi que deux représentants de la PLAAF devant le radar en question.

Devant le radar en question (Source : CETC)

Dans l’unique photo diffusée dans le communiqué officiel, on peut voir effectivement deux personnes en uniforme de la PLAA mais il est difficile de les identifier. Toutefois, étant donné leurs relatifs jeunes âges, il devrait s’agir des personnels exploitants du radar et non les hauts fonctionnaires en question.

Une autre photo de la cérémonie (Source : CETC)

Une autre photo de la cérémonie (Source : CETC)

On remarquera également sur la photo qu’il y a 19 hommes et femmes devant ce qu’il semble être la base d’une installation métallique. Si on compte que la largeur de chaque personne fait 50cm, nous sommes donc devant une structure qui fait au moins 10 mètres de large.

Alors quel est ce radar d’une telle « importance capitale » ?

 

1er radar d’alerte avancée de la défense antimissile chinoise

En regroupant plusieurs sources d’information, l’installation s’agirait en réalité du premier radar chinois d’alerte avancée en bande P.

D’après l’un des documents universitaires rédigés par les chercheurs de l’Institut n°14 de CETC, ce radar mesure 30 mètres de diamètre et son fonctionnement demande que la platitude de la face du radar soit inférieure à 3,8mm. De ce fait, le radar est découpé en 60 matrices rectangulaires d’une dimension de 2 mètres x 7,5 mètres, soit une surface totale de 900m².

L'image de synthèse du radar d'alerte avancée en bande P, extrait d'un document de l'Institut n°14 de CETC

L’image de synthèse du radar d’alerte avancée en bande P, extrait d’un document de l’Institut n°14 de CETC

Le document mentionne également d’un bâtiment où se trouve le radar, où chaque matrice est installé sur un caisson métallique en acier, à l’intérieur duquel se trouvent plus de 2,5 tonnes de câbles et d’équipements.

2016-10-11-antimissile-1er-radar-dalerte-avancee-entre-en-service-05

Bien que la localisation exacte de ce radar n’est pas connue, mais on pense qu’il se situe dans la péninsule de Shandong pour surveiller tout lancement balistique en provenance de la direction Est / Sud-Est, c’est à dire de la vaste zone entre la péninsule de Corée jusqu’à Guam.

Son fonctionnement devrait être proche de celui de PAVE PAWS américain, qui permet de détecter et de caractériser les missiles balistiques depuis la phase propulsée jusqu’à la mi-course. La fréquence utilisée, entre 225 et 390 MHz, fait que la résolution du radar ne permet pas de fournir de solution de tir mais la portée est, en revanche, très conséquente, de l’ordre de plusieurs milliers de kilomètre en fonction de la puissance fournie.

Les radars BMEWS à Fylingdales, en Angleterre (Source : Cherubino)

Les radars BMEWS à Fylingdales, en Angleterre (Source : Cherubino)

Pour que le « système global » de la défense antimissile soit complet, il faut non seulement suffisamment de radars de surveillance tels que nous parlons ici, mais aussi des radars de conduite de tir en bande X ainsi que les missiles ABM.

L’inauguration de ce premier radar d’alerte avancée est donc, comme mentionné dans le communiqué de CETC, une première étape mais loin d’être la dernière. Mais les Chinois semblent avancer de pas à pas avec plusieurs essais de nouveaux missiles anti-balistiques, et le projet de radars en bande X qui est actuellement en cours de développement.

Schéma extrait d'un autre document universitaire montrant le fonctionnement des radars ABM

Schéma extrait d’un autre document universitaire montrant le fonctionnement des radars ABM

Si ce premier radar chinois d’alerte avancée se trouve réellement à Shandong, cela voudra aussi dire que la Chine estime que la menace est plus grande et plus imminent en provenance de cette partie de la région, en tout cas bien plus menaçant que la direction de l’Inde ou encore de la Russie.

30 ans après l’arrêt subit du premier programme antimissile chinois – le Projet 640 – est-ce que le pays est prêt à mener jusqu’au bout, cette fois-ci, les efforts ABM très gourmands en ressource mais sans résultat certain ?

La suite de constructions va certainement nous en dire plus.

Henri K.

Written by

Et si la vision du monde est "biphasée" ? C'est ce que Henri a toujours cru, c'est également comme cela qu'il voit la Chine. Maladroit dans son écriture, souvent perdu dans ses pensées, ce responsable technique en aéronautique essaie pourtant de partager avec vous chaque jour les actualités sur l'Empire du Milieu, avec notamment les éléments à la source que vous ne verrez probablement jamais ailleurs en France.

Latest comments
  • Hi, Henri; I thought you would find this very interesting…

    The following images show a new type of missile being tested from the weapons trial ship « Bi Sheng ». Some people are claiming that it is a HQ-26:

    http://i64.tinypic.com/34nmhb6.jpg
    http://i63.tinypic.com/2mhiki1.gif
    http://i66.tinypic.com/33k3llv.gif

    http://weibo.com/3216449381/EfgyCAJx2?type=comment#_rnd1477860876996

    What is your opinion? Thanks!

      • Thanks, Henri. That is what I think, too.

        The missile is approximately 9 meters in length, according to estimates. Its diameter is around 600-800 millimeters which would make it larger than all other ABM systems in service.

        An interesting aspect is the booster-length ratio. No other missile (not even SM3 or SM6) has such a large booster. Therefore, this missile is definitely not a SAM but an anti-satellite/ballistic missile instead.

  • 36°7’34,91″N 120°34’15,75″E ??? à 150m à vol d’oiseau d’une installation militaire et à 11km du 4th Technical Reconnaissance Bureau ; proche du HQ North Sea Fleet

    photos GE du 16 janvier 2016, aucune construction en juin 2015 ;

    par contre les dimensions ne semblent pas coller avec ce que tu dis, Henri

      • I agree, Henri, hardly such a radar be placed next to a major sub base: it requires free space all around and terrain elevation, like a steep mountain slope. Just my guess 🙂

          • It’s a small site (elevation 30 m.) gentle slope of hill (elevation 58 m) on the in-land side of it (which almost preclude any observation of the sea).
            Small house 7×4 meters with a hip roof, built in 2015, observes
            traditional chinese agriculural terraces. Two white vehicles and a small permanent structure (tiny water tank?) next to the house.
            Behind the hill is the first chinese nuclear submarine base with a dry dock and a submarine pen.
            NSF HQ is downtown, 20 km SW
            Powerful radar must be installed so as not to interfere with important communication links.

            Two of the four known LPARs (facing Taiwan) built as adds to the existing radar sites. Maybe the new one is also built is such a way (saves time and efforts). Task for crowdsourcing, when each searches a certain area. But without any guaranteed results 🙁

LEAVE A COMMENT