Airshow China 2016 : l’arrivée de H-6K, J-10B, Y-20…

A exactement une semaine de l’ouverture officielle de l’Airshow China 2016 – le plus grand événement aéronautique et de la défense en Chine de cette année – les avions chinois qui participeront à la présentation statique et à la démonstration en vol sont arrivés les uns après les autres à Zhuhai.

 

Le J-10B, une solution Low-end de l’armée chinoise

Le grand panneau à l’entrée n°2 du site de Zhuhai nous montre l’image de synthèse d’un J-10B, qui suggère ainsi la participation de cet avion de conception chinoise au salon.

2016-10-25-airshow-china-2016-larrivee-de-h-6k-j-10b-y-20-01

Et c’est confirmé ce matin avec l’arrivée d’un appareil immatriculé 10537 de l’armée de l’air chinoise. Sa venue est particulièrement intéressante car elle confirme non seulement que l’avion est bel et bien entré en service, comme ce que j’ai déjà analysé dans le dossier « Combien de J-10B sont produits et déployés ?« , mais aussi du fait qu’il vient directement de son unité opérationnelle, le 5ème régiment de la 2ème division basé à Xiangshan, près de la frontière sino-vietnamienne.

Selon le dernier planning du salon, le J-10B va livrer chaque jour aux visiteurs d’Airshow China 2016 un vol de démonstration. On aura l’occasion d’observer de plus près cet avion de chasse chinois de première ligne qui est déjà produit à plus de 100 exemplaires.

Le 10537 est arrivé ce matin en configuration d’interception Air-Air, avec 4 missiles d’entraînement de PL-12 et deux pylônes extérieurs dédiés au missile PL-8. C’est également le rôle principale des J-10 au sein de l’armée de l’air chinoise et de la marine chinoise, à savoir la supériorité aérienne et la défense du vaste territoire du pays.

Ces deux corps d’armées ont choisi de combiner les chasseurs lourds biréacteurs et les avions mono-réacteurs pour une meilleure flexibilité de déploiement et une répartition de tâches de manière plus économe.

Quand les biréacteurs, comme les avions dérivés de Sukhöi, se chargent principalement des rôles « offensifs », les mono-réacteurs, moins gourmands et plus économes en exploitation et en maintenance, s’occupe des tâches à l’intérieur de la Chine. Cela permet aussi de réduire la pression sur la production des réacteurs en Chine et la quantité nécessaire à importer de la Russie.

Cette combinaison d’avions « High-end / Low-end » va continuer à exister même dans l’ère des avions furtifs. Le J-20 sera très probablement accompagné d’une version furtive de mono-réacteur à l’avenir. D’ailleurs des rumeurs circulent depuis quelques temps que l’Institut 611 à Chengdu, concepteur de J-10 et de J-20, est en train de développer un avion de chasse mono-réacteur furtif, en parallèle de ses nombreux projets en cours.

 

Le bombardier H-6K, la force de projection régionale

A part le J-10B qui va être l’une des stars de cette saison d’Airshow China, deux avions qui étaient déjà présents à Zhuhai en 2014 sont également arrivés sur place ce matin.

Le premier est le bombardier régional H-6K. Cet appareil immatriculé 11098 n’est pas venu avec son armement principal, le missile de croisière A/KD-20, comme fut le cas lors de la dernière présentation public à Changchun, mais uniquement avec deux missiles Air-Sol KD-63H de l’ancienne génération à guidage IR et Beidou.

Avant l’arrivée du bombardier stratégique furtif annoncé par le Commandant en chef de l’armée de l’air chinoise, le H-6K sert de solution intermédiaire qui permet à l’armée chinoise de garder un minimum de capacité de projection conventionnelle longue portée au dessus du Pacifique de l’Ouest.

L’avion a un rayon d’action de 3 500 kilomètres et peut être armé avec 6 missiles de croisière A/KD-20 d’une portée d’environ 2 000 kilomètres.

 

L’envol de Kunpeng, l’avion de transport Y-20

Cette année, l’avion de transport chinois Y-20 est arrivé avec la peinture officielle gris noir de l’armée de l’air chinoise, comme les deux premiers appareils qui sont admis au service actif cet été.

L’absence de l’immatriculation sur la cellule fait qu’on ignore pour le moment s’il s’agit de l’un des prototypes repeint, ou c’est un nouvel appareil prêt à livrer à la 4ème division de chasse basée à Qionglai.

Pour ceux qui ne connaissent pas encore les détails sur le Y-20, vous pouvez consulter noter dossier « Nouveaux détails dévoilés sur le Y-20« .

 

Le JL-9, la poule d’or de GAIC à l’Airshow China 2016

On a suffisamment parlé du nouveau rôle de GAIC, filiale du groupe AVIC et jusqu’à présent spécialisé dans les avions d’entraînement, ici sur East Pendulum.

Même si l’AVIC a repositionné le GAIC en entité de production des drones conçus par les autres bureaux d’études d’AVIC, le JL-9 reste le produit phare de Guizhou. Les nombreuses commandes de l’armée de l’air et la marine chinoise obligent les usines construites dans les montagnes à tourner en plein régime.

Mais le GAIC ambitionne aussi d’exporter cette ultime version de MiG-21, qui est probablement méconnaissable pour Artem MIKOYAN lui-même, avec notamment la configuration d’export FTC-2000G.

Cette année l’avion est venu à Zhuhai avec un camouflage marron et belge, assez peu commun pour un avion chinois. Après avoir travaillé sur le contenu, les Chinois commencent à soigner le look aussi.

J’attend maintenant avec grande impatience l’arrivée de plusieurs nouveaux drones MALE armés chinois, comme le Wing Loong II de Chengdu, ou encore le CH-6 et le CH-7 de CAAA.

A noter que, en matière des drones de combat, les acteurs chinois du secteur aérospatial sont bien déterminés à venir clignoter une part du marché dans l’assiette du groupe AVIC. Je viens d’avoir la confirmation que la CAAA, filiale du groupe aérospatial CASC, est en train de développer un drone à aile volante, comme le Sharp Sword développé par l’Institut 601 Shenyang d’AVIC.

Avec un peu de chance on découvrira peut-être sa maquette à Airshow China.

L’affaire à suivre.

Henri K.

 

Courtesy : GAIC, 癞癞, bassman1, 中南海保镖, 自由之翔, 好孩子, 瘦驼, angadow

Post Tags
Written by

Et si la vision du monde est "biphasée" ? C'est ce que Henri a toujours cru, c'est également comme cela qu'il voit la Chine. Maladroit dans son écriture, souvent perdus dans ses pensées, pourtant ce responsable technique en aéronautique essaie chaque jour de partager avec vous les actualités sur l'Empire du Milieu, avec notamment les éléments à la source que vous ne verrez probablement jamais ailleurs en France.

Latest comments
  • Nice post, Henri!

    BTW, a new air-launched cruise missile, clearly labeled « CJ-20 », has been shown at the Zhuhai Airshow. Is « CJ-20 » simply another name for the KD-20 missile or is it actually a new upgrade?

    i.imgur.com/hhlPWWH.jpg
    i.imgur.com/e9MxK3C.jpg
    i.imgur.com/4dkVrUa.jpg

    Thanks!

      • Yeah, it looks the same (at least the shape and size are the same). I would imagine that « CJ » is the export/market designation while « KD » is the in-service designation.

        You can call me whatever you like (my username is fine). 😀

LEAVE A COMMENT