Airshow China 2016 : lancement du long courrier sino-russe C929

Alors que le premier avion de ligne moyen courrier chinois C919 est en dernière ligne droite avant son vol inaugural, son constructeur, l’avionneur chinois COMAC, est déjà en train de préparer au programme suivant, un long courrier de 280 places qui sera probablement baptisé le C929, en collaboration avec un partenaire russe.

Selon une communication officielle de l’agence de presse chinoise Xinhua, ce nouveau long courrier est un projet établi dans le cadre du partenariat stratégique entre la Chine et la Russie. Pour ce faire, COMAC et OAK – un consortium étatique russe rassemblant les principales unités de constructions civiles et militaires de Russie : Soukhoï, MiG, Tupolev, Iliouchine, Yakovlev, Beriev et Irkut – ont signé un accord au 25 Juin pour créer une joint venture à part égale qui pilotera le développement du projet.

L’assemblage final de ce futur C929 sera fait à Shanghai, comme le C919 d’aujourd’hui. La version de base de ce long courrier à fuselage large, avec deux couloirs passagers, aura une distance franchissable de 12 000 kilomètres. Il est prévu d’utiliser une forte proportion des matériaux composites et une nouvelle génération de turbofan à taux de dilution élevé.

La maquette présenté au Salon Airshow China 2016 qui se tient actuellement dans la ville de Zhuhai montre que le C929 sera un biréacteur comme l’A350 et le Boeing 787, mais il sera plus proche de l’A330 en terme de capacité de passagers. L’avion a une voilure disposée des ailettes marginales tout comme les derniers avions européens et américains, mais il est encore trop tôt pour accéder à d’autres détails techniques.

Reportage CCTV sur le projet

COMAC estime que  7 ans seront nécessaires entre le lancement du projet et le premier vol, plus 3 ans supplémentaires pour pouvoir livrer à ses nouveaux clients. Mais en tant que long courrier, l’avion devrait survoler plusieurs continents, notamment l’Europe et les États Unis. L’obtention de certificats de type (TC) dans ces deux régions, les plus importantes en terme d’activités en aviation civile, pourrait alors venir impacter la date de mise en service de cet avion sino-russe.

Une grande pièce entièrement réalisée en composite dans le cadre des pré-études chinoises

Une grande pièce entièrement réalisée en composite dans le cadre des pré-études chinoises

Pour le moment le RACI entre les acteurs chinois et russes dans ce projet de C929 n’est pas encore rendu publique, mais les industriels chinois ont déjà commencé les pré-études pour anticiper l’arrivée du projet depuis quelques années.

Fin Décembre 2015, un premier grand panneau entièrement réalisé en composite dédié au « futur avion à fuselage large chinois » est sorti de chaîne chez COMAC, cela montre que les Chinois ne se contenteront pas à une simple participation financière, mais vont apporter leur pierre à l’édifice, dans un programme où leurs partenaires ont déjà une longue expérience dans la conception des long courriers depuis l’époque soviétique.

Tout comme le programme A350, le C929 aura des fournisseurs partout dans le monde mais privilégiera les entreprises chinoises et russes. La joint venture sino-russe est en train d’évaluer les premières réponses aux RFI lancés auparavant, pour choisir les meilleurs RSP (Risk Sharing Partner) dans les différents domaines.

Ce mode de fonctionnement se rapproche de ce que font déjà Airbus et Boeing depuis ces dernières années, où les deux avionneurs gardent uniquement en main le cœur des expertises en ingénierie et en intégration, et sous-traitent au maximum la conception de base et la fabrication des composants et des systèmes à leurs chaînes d’approvisionnement externes.

Cela permet de réduire fortement le coût en mettant les sous-traitants en concurrent, mieux contrôler ainsi les risques en délai, en coût et en qualité, tout en contrôlant la chaîne industrielle entière à la source.

L’affaire à suivre.

Henri K.

Post Tags
Written by

Et si la vision du monde est "biphasée" ? C'est ce que Henri a toujours cru, c'est également comme cela qu'il voit la Chine. Maladroit dans son écriture, souvent perdu dans ses pensées, ce responsable technique en aéronautique essaie pourtant de partager avec vous chaque jour les actualités sur l'Empire du Milieu, avec notamment les éléments à la source que vous ne verrez probablement jamais ailleurs en France.

No comments

LEAVE A COMMENT