Aérospatiale chinoise : Un été charnière

Après le vol inaugural du nouveau lanceur de taille moyenne CZ-7 le 25 Juin dernier, et le lancement d’un satellite militaire ELINT 2 jours après, l’entrée en période estivale semble être plus calme pour les hommes et les femmes du secteur aérospatial chinois.

Mais d’une part c’est l’accalmie avant une rentrée qui s’annonce bien chargée, avec notamment le lancement du 2ᵉ laboratoire spatial chinois TG-2 mi-Septembre et la préparation du prochain vaisseau habité Shenzhou-11, et d’autre part les annonces et les essais pour les engins du futur se sont multipliés et c’est beaucoup moins « attrape l’œil » au grand public.

Voyons donc les dernières actualités aérospatiales chinoises –

Le projet de combustion combinée officiellement lancé

Le 6 Juillet 2016, l’institut CALT (China Academy of Launch Vehicle Technology), filiale du groupe CASC et spécialisée dans la conception de plupart des lanceurs Longue Marche, annonce un accord de collaboration signé avec l’Université NWPU (Northwestern Polytechnical University) et l’AALPT, sur le développement conjoint des technologies de combustion combinée.

Selon l’adjoint ingénieur en chef du projet côté CALT, l’objectif est de développer des engins mono-étage qui combine plusieurs types de propulsion, comme le moteur à turbine, le statoréacteur et le moteur à fusée, pour permettre un accès rapide et facile en orbite basse de 400km.

Un tel engin vise à décoller comme un avion à l’aide de ses moteurs turbojet, puis accélérer avec le statoréacteur dans l’atmosphère, avant d’allumer ses moteurs à fusée une fois l’air se raréfie en altitude.

Les équipes du projet vont mettre entre 3 à 5 ans pour maîtriser les technologies clés associées, pour atteindre le vol en mode suborbital puis en mode orbital d’ici 2030.

D’après la description, ma compréhension du projet est que le groupe CASC se lance dans le développement de la propulsion TRCC (Turbo Rocket Combined Cycle), en combinant le RBCC et le TBCC.

Drone hypersonique du groupe AVIC (??)

Drone hypersonique du groupe AVIC (??)

Cette nouvelle semble nous montrer que les industriels chinois du secteur aérospatial dirigé par le groupe CASC d’un côté, et du secteur aéronautique mené par le groupe AVIC de l’autre, se lanceraient dans une compétition dans le domaine d’accès orbital mono-étage.

En Septembre 2015, le journal CAN News du groupe AVIC a publié un article indiquant qu’un engin hypersonique a effectué son vol avec succès dans le Nord-Est du pays.

L’analyse de l’article suggère qu’un drone hypersonique d’une vitesse supérieure à Mach 3+ et équipé d’une propulsion RBCC, a été largué près de la base aérienne Dingxin.

Bien que l’article est maintenant supprimé du site de CAN News, mais l’analyse de NOTAM montre que la date d’essai serait du 9 Septembre 2015.

Les images de satellite montrent également un drone non identifié sur le tarmac de l’Usine 132 à Chengdu, peu avant cette date –

Un drone non identifié sur le tarmarc de l'Usine 132 à Chengdu le 25 Juillet 2015

L’une des filiales du groupe AVIC a également confirmé sur son site que le développement de TBCC est en cours.

En regroupant les publications officielles, on peut en déduire que l’Institut 611 de Chengdu (le même qui conçoit le J-10, le J-20, le FC-1, le drone MALE Wing Loong…etc) est responsable de ce drone hypersonique et son développement remonte au moins à 2013.

Tous ceux-ci indiquent que les deux secteurs se mettent à travailler, soit en concurrence ou en collaboration, dans un domaine où la frontière entre le ciel et l’espace va peut-être disparaître petit à petit.

Le plus grand centre AIT spatial du monde inauguré

Le 18 Juillet 2016, avec l’entrée en service du simulateur de l’environnement spatial KM8, la construction du centre AIT (Assembly, integration and test) spatial de Tianjin du groupe CASC est enfin terminée.

Le simulateur KM-8

Le simulateur KM-8

D’une surface de près de 100 000m², le centre AIT de Tianjin est divisé en 9 zones fonctionnelles, il sera utilisé pour assembler, intégrer et tester tous les engins spatiaux chinois de nouvelle génération.

Les premiers modules de la future station spatiale chinoise sont actuellement en assemblage dans ce centre.

Le centre compte aujourd’hui 15 systèmes de simulation dont le KM8, il mesure 17m de diamètre, 35m de haut et intègre 4 000m3 d’équipements en essai acoustique. C’est le plus grand simulateur de l’environnement spatial en Asie et le 3ᵉ dans le monde.

Selon le responsable des essais mécaniques du centre, même si les travaux de construction sont bien terminés, mais de nombreux calibrages sont toujours en cours. Un audit de qualité général va avoir lieu, suite auquel le centre sera pleinement opérationnel.

L’essai des composants clés du moteur LOX-Kérosène de 500t

Le 1er Août, le premier essai intégré de la pré-chambre de combustion et sa turbine, du moteur LOX-Kérosène à combustion étagée de 500t de poussée développé par l’AALPT, est terminé avec succès.

Premier essai intégré de la pré-chambre de combustion et sa turbine du moteur LOX-Kérosène à combustion étagée de 500t de poussée

Dans son communiqué officiel, l’AALPT indique que ce moteur est essentiel pour supporter l’extension future de la station spatiale, le projet lunaire habité et l’exploration deep-space.

Le moteur LOX-Kérosène à combustion étagée de 500t est l’un des moteurs clés dans le projet du lanceur super-lourd chinois CZ-9. Il sera utilisé dans le premier étage ainsi que les propulseurs d’appoint (suivant les configurations) pour ce lanceur d’une capacité de plus de 100t en LEO ou 35t en LTO (orbite de transfert lunaire).

L’essai du moteur à ergol solide de 3m de diamètre

Le 2 Août, l’Académie n°4 du groupe CASC a testé avec succès son plus grand moteur à ergol solide jamais construit en Chine.

Ce moteur expérimental à 2 segments d’un diamètre de 3m est allumé pendant plus de 100s et a développé une poussée de 150t environ.

L’une des 2 configurations du futur lanceur super-lourd CZ-9 utilise 4 propulseurs d’appoint à ergol solide, d’un diamètre de 3,5m en 5 segments, pour une poussée moyenne de 1 000t au sol.

2016 08 03 - Aérospatial chinois Un été charnière - 10

[eltdf_separator class_name= » » type= »normal » position= »center » color= » » border_style= » » width= » » thickness= » » top_margin= » » bottom_margin

Les lancements spatiaux se multiplient en 2ᵉ semestre

Il est prévu d’avoir plus de 20 lancements spatiaux chinois en 2016, une première dans son histoire.

Depuis le début d’année, le pays a effectué 9 lancements, tous avec succès. Le prochain devrait être celui du satellite de communication TT-1-01 depuis Xichang à l’aide d’une fusée CZ-3B/E dans les quelques jours à venir.

A part le laboratoire spatial TG-2 et le 11ᵉ vaisseau habité Shenzhou, ainsi que le vol inaugural du lanceur lourd CZ-5, qui sont très attendus d’ici Septembre et Novembre, on peut aussi compter parmi les satellites à lancer –

  • 2 satellites militaires,
  • le satellite météorologique expérimental de nouvelle génération FY-4,
  • le télescope à rayon X,
  • le satellite de détection CO2
  • le satellite de relais des données TL-1-04
  • 2 des 16 satellites optiques civils de résolution 0,5m, d’une constellation de plus de 24 satellites
  • le satellite de communication quantique expérimentale
  • 1 ou 2 satellites de navigation Beidou
  • …etc

Si le planning est maintenu, le 2ᵉ semestre 2016 va s’annoncer très chargé – il devrait avoir un lancement chinois toutes les deux semaines en moyenne.

L’affaire à suivre.

Henri K.

Written by

Et si la vision du monde est "biphasée" ? C'est ce que Henri a toujours cru, c'est également comme cela qu'il voit la Chine. Maladroit dans son écriture, souvent perdus dans ses pensées, pourtant ce responsable technique en aéronautique essaie chaque jour de partager avec vous les actualités sur l'Empire du Milieu, avec notamment les éléments à la source que vous ne verrez probablement jamais ailleurs en France.

Latest comments
  • Hi, Henri.

    Do you know where I can watch the launch of the Quantum Science Satellite live?

    Thanks!

  • Concernant la combustion combinée :

    La coopération CASC – AALPT-NWPU remonte déjà à plusieurs années : déjà en 2008 (mais sans doute pourrait-on trouver des informations antérieures), un article paru dans le Journal of Rocket Propulsion (2008.(3), p.39-43) intitulé « Application of RBCC and TBCC engines to RLVs » est co-écrit par Chen Hong (41st Institute of the Fourth Academy of CASC, National Key Lab of Combustion, Flow and Thermo-Structure, Xi’an 710025)et He Guoqiang (College of Astronautics, Northwestern Polytechnical University, Xi’an 710072, China)
    Lors de la 4th CSA-IAA Conference on Advanced Space Technology à Shanghai (5-8 September 2011) un papier présenté par des chercheurs du Science and Technology on Space Physics Laboratory, Beijing, montre le dessin conceptuel d’un « re-usable near-space hypersonic vehicle » capabled’atteindre Mach 5,5 à une altitude de 35km. Le véhicule est propulsé par 4 air-turbo ramjet expander-cycle (ATREX) engines « with a total ground thrust of 560 kN and cruise thrust of 178 kN. Its take-off mass is 84.6 t including 35 t of liquid hydrogen. It has a delta wing with a sweepback angle of 75 degrees, a length of 57 m and a wing-span of 23 m. The vehicle is envisioned as the first stage of a TSTO (two-stage-to-orbit) space launch system or a hypersonic aircraft for both military and civil uses ». Un autre papier présenté par la NWPU et le Xi’an Aerospace Propulsion Institute (11th Institute du CALT) présente l’enveloppe de vol du moteur ATR (Air Turbo Ramjet), moteur dont la Chine a terminé les premiers essais de mise à feu début 2011.
    Le 22 février 2014, « an air-breathing engine, developed by AALPT and involved with the Institute 11 of CALT, made a successful free jet shakedown, marking AAPT and CALT’s leading position in the area of hypersonic propulsion in China, and showed great progress in the development of an important engine model. »

  • Great article! I have a question about the solid-fueled rockets, though.

    150 tons of thrust seems pretty low for a 8.6-meter long booster. With the current configuration, would a 5-segment variation be powerful enough to reach 1000 tons or will modifications be required? It seems that the thrust is proportional to the length of the booster.

LEAVE A COMMENT