Un drone Wing Loong écrasé au Yémen

Selon plusieurs sources locales, un drone Wing Loong se serait écrasé dans une vallée situé au gouvernorat de Sanaa, à l’Ouest du Yémen.

Les premiers photos de l’épave ont commencé à circuler sur le Web arabophone et sur Twitter le 25 Septembre. Le lieu exact du crash varie en fonction des sources, quand certains parlent du district d’Attyal, d’autres évoquent le district de Khawlan qui se trouve un peu plus à l’Est.

2016-10-02-un-drone-wing-loong-ecrase-au-yemen-18

Les débris qu’on voit sur les photos sont peu reconnaissables et ne contiennent aucune marque permettant d’identifier son propriétaire, on peut y voir l’avant de l’appareil, son aile droite et une roue du train avant. En revanche, l’arrière du drone semble être manquant.

Si les premières informations diffusées sur le web parlent du crash d’un F-16, la photo dans laquelle un homme tenait un aileron dans ses mains montre que l’appareil est beaucoup plus petit qu’un avion de chasse.

Et la dernière photo nous permet de confirmer qu’il s’agit bel et bien d’un drone Wing Loong d’origine chinoise. En effet, on y retrouve le même symbole « Défense de marcher » sur les autres Wing Loong, et on a également une immatriculation WD1022, qui devrait signifier WD-1, Batch 2, 2ème appareil.

2016-10-02-un-drone-wing-loong-ecrase-au-yemen-16

Deux marquages de Wing Loong

On remarque d’ailleurs que ce format d’immatriculation est légèrement différent de celui des autres Wing Loong, qui est plutôt de 5 digits après le premier chiffre « 1 ».

Wing Loong de l'armée de l'air chinoise, immatriculé WD1K01004

Wing Loong de l’armée de l’air chinoise, immatriculé WD1K01004

Bien qu’aucun indice ne nous permet de savoir à qui appartient le drone précisément, mais dans la région seuls deux pays ont acheté ce drone MALE armé chinois – l’Arabie Saoudite et les Émirats arabes unis – qui ont tous les deux déjà opéré les Wing Loong depuis la base aérienne de Jizan, situé au Sud-Ouest de la péninsule arabique, sur la frontière avec le Yémen.

Si l’immatriculation WD1022 signifie réellement que l’appareil vient du 2ème batch de production, alors il y a une plus grande chance qu’il soit des forces armées émiriennes, puisque les Émirats ont acheté les Wing Loong en 2011 alors que les Saoudiens seulement depuis 2014.

On peut également noter que le lieu du crash, que ce soit Attyal ou Khawlan, se trouve bien au-delà de la portée de liaison de commande par radio qui est de 200 à 250km habituellement.

2016-10-02-un-drone-wing-loong-ecrase-au-yemen-13

Est-ce que le crash est lié à la perte des signaux ? Normalement non, puisque le Wing Loong est équipé d’un système d’auto-protection qui lui permet de retourner à la base si la liaison de commande manuelle avec le sol est perdue.

Et il semblerait que les forces armées présentes sur zone au Yémen, à savoir les Houthis, ne sont pas dotés des armes qui permettent de descendre un drone qui évolue jusqu’à 4 000m d’altitude, une panne mécanique serait donc à privilégier.

Mais sans aucun communiqué de l’Arabie Saoudite ou de l’EAU, cela ne reste qu’une hypothèse de travail.

Un dernier point intéressant – on retrouve parmi les débris de l’engin un composant signé Thalès. D’après ses connectiques, il pourrait être un instrument de communication par radio VHF / UHF, ou un transmetteur des données multimédia.

2016-10-02-un-drone-wing-loong-ecrase-au-yemen-01

Quel que soit sa nature, pourquoi un équipement français s’est trouvé à bord d’un drone militaire fabriqué en Chine ? Où a-t-il été installé ? Et, quelle est la mission du drone – est-ce pour la reconnaissance ou un raid aérien ?

Ce sont autant de questions qui restent encore ouvertes…

Henri K.

Post Tags
Written by

<p>Et si la vision du monde est « biphasée » ? C’est ce que Henri a toujours cru, c’est également comme cela qu’il voit la Chine.</p> <p>Maladroit dans son écriture, souvent perdus dans ses pensées, pourtant ce responsable technique en aéronautique essaie chaque jour de partager avec vous les actualités sur l’Empire du Milieu, avec notamment les éléments à la source que vous ne verrez probablement jamais ailleurs en France.</p>

Latest comments

LEAVE A COMMENT