60 corvettes Type 056 et 20 destroyers Type 052D en 7 ans

7 ans, c’est la durée qu’il faut pour qu’un enfant atteigne l’âge de raison et s’ouvre davantage aux autres. Dans le cas de la Chine, c’est 60 corvettes de nouvelle génération, de classe Type 056, ainsi que 20 destroyers de 6 000 tonnes, Type 052D, qui ont été construits et mis à flot sur cette même durée, depuis 2012, par les chantiers navals chinois.

C’est le chantier naval Huangpu du groupe CSSC, localisé près de Guangzhou au sud de la Chine, qui a lancé la 60ème corvette de classe le 9 Mai dans l’après-midi. Un jour plus tard, c’est dans le nord du pays que le chantier naval Dalian a réalisé un lancement double avec le 19ème et le 20ème destroyer Type 052D, à l’image de ce qu’ils ont déjà fait l’an dernier, en mois de Juillet, où deux grands destroyers Type 055 de plus de 12 000 tonnes pleine charge ont été lancés dans la même journée.

En moyenne, on compte alors un Type 056 de mis à l’eau toutes les 6 semaines, et un Type 052D à 18 semaines d’intervalle, soit 1 mois et demi pour le premier et 4 mois et demi pour le deuxième.

Type 056, corvette conçue pour les côtes et ZEE chinoises

Si le lancement des Type 056 peut encore être suivi de près par les nombreux spotteurs chinois, qui « patrouillent » régulièrement devant les différents chantiers navals chinois à Guangzhou, Shanghai et Dalian par exemple, la situation de leur entrées en service paraît beaucoup plus floue depuis Juin 2018, après que 557 Nanchong, 42ème de classe, a été admise au service actif.

En effet, les médias chinois, à commencer par ceux de l’Etat chinois et aussi de l’armée, semblent avoir arrêté de diffuser ce genre d’information au public depuis 2018 pour des raisons que l’on ignore. Mais sur les 60 corvettes déjà dans l’eau, incluant celle lancée par Huangpu jeudi dernier, au moins 6 bâtiments devraient rejoindre les flottes de la marine chinoise entre Juillet 2018 et début Mai 2019 selon notre estimation basée sur les statistiques.

Quoiqu’il en soit, cette 60ème corvette Type 056 est d’une variante spécialisée dans la lutte anti-sous-marine, appelée Type 056A, qui est facilement distinguable grâce à sa grande ouverture à la poupe pour le sonar remorqué.

Le bâtiment mesurant 88,9 mètres de long et 11,14 mètres au maître-bau déplace 1 370 tonnes pleine charge. Son système de propulsion CODAD permet au navire de filer au delà de 25 nœuds, avec une autonomie économique de 2 000 miles nautiques et un équipage de 67 marins.

Côté systèmes de combat, le navire est équipée d’une suite de combat et de communication dédiée à l’ASW, des missiles ASROC, des grenades anti-sous-marines, des torpilles légères et un sonar remorqué, ainsi qu’un canon principal  H/PJ-26 de calibre 76mm, deux CIWS aux canons H/PJ-17 de calibre 30mm et un CIWS aux missiles HQ-10 à huit tubes.

Cette classe de corvette conçue pour la protection des côtes et des zones économiques exclusives chinoises, malgré sa relative petite taille, est le premier à équiper la version modifiée du système de combat et de commandement ZKJ-5, qui est intégrable aux autres systèmes de commandement de flotte de la marine chinoise, lui permettant de devenir l’un des nœuds d’information et d’unité de combat dans le « Système ».

Le coût d’acquisition d’une corvette Type 056A se chiffre à plus de 700 millions de yuan, soit 91 millions d’euro au taux de change d’aujourd’hui, légèrement plus cher que la version de base Type 056.

On notera que ce 60ème Type 056, dont le nom et le numéro de coque ne sont pas encore révélés, est le 17ème de classe construit au chantier naval Huangpu. C’est aussi le 6ème lancé en 2019 tous chantiers navals confondus.

On constate aussi qu’à part l’année 2017 dont le chiffre de lancement a été relativement médiocre, avec seulement 3 au compteur, la cadence reste tout de même constante sur les autres années.

Type 052D, l’évolution continue

A la différence des Type 056 qui ont été conçues pour opérer sous la couverture des forces basées au continent, le destroyer Type 052D est destiné à la haute mer. Il partage pratiquement la même plateforme que son prédécesseur, le Type 052C, mais dispose des systèmes de combat plus avancés et illustre parfaitement l’approche « Courir vite à petits pas » de l’armée chinoise dans leur développement d’armements.

Selon une présentation d’un vice-amiral de la marine chinoise en Août 2017, la capacité au combat d’un Type 052D est « 1,6 fois supérieure » à celle d’un Type 052C, sachant que les navires de tête de ces deux classes de destroyer chinois ont été mis à l’eau avec une intervalle de 9 ans seulement.

Depuis le lancement du navire de tête 172 Kunming en fin Août 2012, les deux chantiers navals chinois s’occupant de la construction de cette classe – CSSC Jiangnan Changxing à Shanghai de l’un et CSIC Dalian à Dalian de l’autre – se sont relayés pour sortir des nouveaux bâtiments à un rythme soutenu, à savoir un navire sorti de cale sèche tous les 129 jours en moyenne.

Bien entendu, l’analyse plus fine de la construction des Type 052D montre que Jiangnan Changxing est, jusuq’à présent, le principal contributeur à cette cadence. En effet, sur les 24 bâtiments déjà opérationnels ou encore en construction, sachant que le chiffre n’est pas définitif, 18 sont construits à Shanghai et 6 seulement à Dalian.

Et une grande série de production qui s’étale sur plusieurs années implique inévitablement des changements plus ou moins importants. Les frégates Type 054A, avec un total de 30 coques construit, ont connu elles-aussi des « upgrades » dans les systèmes d’arme, par exemple.

Dans le cas du Type 052D, c’est au niveau de sa structure que des modifications majeures semblent avoir été implémentées à partir du 14ème de classe, nommé à priori 156 Zibo (淄博).

Les images satellites d’abord puis les clichés pris par des passionnés ont montré que le destroyer chinois est devenu maintenant plus long d’environ 4 mètres. Cette longueur supplémentaire s’applique essentiellement sur son hangar et le pont d’hélicoptère se trouvant à l’arrière du navire.

Si la raison de cette modification structurelle n’a jamais été communiquée réellement, on pense que l’introduction d’un nouveau modèle d’hélicoptère de transport dans les rangs de l’armée chinoise, le Z-20, qui est plus long que les Z-9 et Ka-27/28/31 habituellement embarqués sur les destroyers chinois, pourrait avoir obligé l’Institut 701 du groupe CSIC à réaliser des modifications de plan sur le Type 052D.

Mis à part ce rallongement, on constate aussi une hauteur moins élevée du hangar par rapport aux 13 premiers bâtiments, probablement pour des contraintes de conception.

Quant au nombre final en dotation du Type 052D, cela dépend d’une part la volonté politique et le contexte géopolitique anticipé par la Chine, mais aussi l’organisation future envisagée par la marine chinoise.

Aujourd’hui, cette dernière dispose de 6 flottilles de premier rang, dont chacune est en voie de passer d’une configuration 4 destroyers plus 4 frégates à 6 + 6 (voir plus). Sachant qu’il y a encore dans sa formation 17 destroyers (1 x Type 051B, 2 x Type 051C, 2 x Type 052, 2 x Type 052B, 4 x Projet 956E/EM, 6 x Type 052C), de l’ancienne génération certes mais qui n’ont pas encore atteint l’âge de la retraite, sans compter bien évidemment les 8 premiers grands destroyers Type 055 qui sont actuellement en construction, la seule chose que l’on peut être certain est que la marine chinoise devrait au moins doter de 49 destroyers d’ici 2022, même dans l’hypothèse improbable que les chantiers navals chinois arrêtent toute nouvelle construction dès maintenant.

Henri K.

Written by

Et si la vision du monde est "biphasée" ? C'est ce que Henri a toujours cru, c'est également comme cela qu'il voit la Chine. Maladroit dans son écriture, souvent perdu dans ses pensées, ce responsable technique en aéronautique essaie pourtant de partager avec vous chaque jour les actualités sur l'Empire du Milieu, avec notamment les éléments à la source que vous ne verrez probablement jamais ailleurs en France.

Latest comments
  • Bonsoir.

    J’indique une lettre en trop :

    Les frégates Type 054A, avec  »unu » total de 30 coques construit, ont connu elles-aussi des « upgrades » dans les systèmes d’arme, par exemple.

    Concernant les corvettes., les 60 construits ne prennent pas en compte les navires exportés ? Il n’y avait pas également une version simplifiée destiné a la garde côtière ?

LEAVE A COMMENT