Mis à l’eau du 3ème patrouilleur LPC de classe Durjoy pour la marine bangladaise

Après deux premiers navires construits en Chine, le 3ème patrouilleur LPC (Large Patrol Craft) de classe Durjoy, le BNS Durgam, a été mis à l’eau le 29 Décembre 2016 au chantier naval de Khulna, au Bangladesh.

Selon l’accord signé en 2014, le chantier naval bangladais bénéficie du transfert de technologie du groupe naval chinois CSIC, notamment du chantier naval Wuchang sur les composants et les techniques de construction, et de l’Institut 711 sur les systèmes de propulsion diesel, pour construire le troisième et le quatrième exemplaire.

Equipés de sonar d’étrave ESS-3 et des lance-roquettes anti-sous-marins EDS-25A, ces deux LPC seront utilisés par la marine bangladaise dans la lutte anti-sous-marine. Ils sont également dotés d’un canon principal H/PJ-26 de calibre 76 mm et de deux canons auto-défense Oerlikon 20 mm. La capacité anti-navire est assurée par quatre missiles C-704 d’une portée de 35 km.

Les Durjoy mesurent 64,2 m de long et 9 m de large, et déplacent 648 tonnes. Certaines sources affirment que la classe Durjoy est développée à partir de la corvette chinoise Type 056, mais selon le groupe CSIC, ce sont les modèles A202K et A203K, que Wuchang avait proposé à l’export, qui ont été servis comme base de design.

L’amiral Mohammad Nizamuddin Ahmed, le chef d’état-major de la marine bangladaise, indique lors de la cérémonie du lancement que l’arrivée des nouveaux LPC Durjoy va grandement améliorer la capacité de la construction navale du pays et la défense nationale.

Le quatrième navire est actuellement en construction dans le même chantier naval au Bangladesh.

Henri K.

 

Post Tags
Written by

Et si la vision du monde est "biphasée" ? C'est ce que Henri a toujours cru, c'est également comme cela qu'il voit la Chine. Maladroit dans son écriture, souvent perdus dans ses pensées, pourtant ce responsable technique en aéronautique essaie chaque jour de partager avec vous les actualités sur l'Empire du Milieu, avec notamment les éléments à la source que vous ne verrez probablement jamais ailleurs en France.

No comments

LEAVE A COMMENT