3 ans après, le premier Type 052D rend ses comptes

Le premier à se doter des missiles anti-navires au lancement vertical, le premier à s’équiper d’une nouvelle génération de radar à faces pleines de balayage électronique actif et d’un nouveau modèle de canon de gros calibre… Voilà trois ans que le 172 Kunming, premier de série des destroyers Type 052D, a rejoint les rangs de la marine chinoise. Et c’est pour cette occasion que l’agence de presse « Marine moderne » de la marine chinoise a révélé quelques détails intéressants sur ce bâtiment de guerre chinois.

Type 052D

Le destroyer 172 Kunming, tête de série de Type 052D.

 

Plus de 600 obus tirés, une centaine de panne à la propulsion

Mis à flot le 30 Août 2012 au chantier naval Jiangnan Changxing de Shanghai, ce navire tête de série de Type 052D, dérivé à partir de la classe Type 052C qui se dote d’un système de combat équivalent (estimé) à l’Aegis américain pour la première fois de la marine chinoise, a été admis au service actif au sein de la flotte du Sud le 21 Mars 2014.

Le bâtiment est déclaré pleinement opérationnel au combat au bout de deux ans, en 2016, après avoir passé avec mentionne l’évaluation des entraînements complète. L’équipage, qui a démarré les formations dès 2013, a tout de même eu beaucoup de difficultés à maîtriser le navire.

A commencer par les sous-officiers et les matelots de salle des machines – Ces hommes, qui viennent principalement des autres frégates chinoises à propulsion diesel, ont mis du temps pour appréhender les turbines QC280 de conception locale.

Plusieurs dizaines de panne, mécanique comme électronique, ont été détectées lors des sorties à la mer. L’équipe a mis 6 mois pour devenir autonome et capable de résoudre seule ces problèmes techniques, et a proposé une centaine d’améliorations et de retours au constructeur.

Etant le premier navire à se doter du nouveau canon H/PJ-38 de calibre 130 mm, les opérateurs du système d’arme de 172 Kunming ont eux aussi trimé pour maîtriser ce montre pesant plus de 50 tonnes, conçu pour tirer au moins trois types de munition dont les obus guidés.

Au total, c’est avec plus de 600 obus tirés que les « jeunes » ont atteint le niveau requis, tout en améliorant l’efficacité de tir de 30% et détenant encore à ce jour le record de cadence des tirs en continue pour ce modèle de canon.

En début 2016, l’équipage a « cramé » certains composants de leur radar à faces pleines Type 346A dans une simulation de combat, en boostant la portée de détection du système en dehors de la limite théorique. Cet incident a poussé l’équipage à créer un comité d’évaluation des risques avec le constructeur du radar, pour mieux se préparer à ce genre d’entraînement « hors limite ».

Il est à noter que si le 172 Kunming n’avait pas encore été envoyé en mission loin de la Chine, pour le moment, il reste néanmoins très actif dans la mer de Chine méridionale. Par exemple, il a été chargé de surveiller le destroyer américain USS Lassen de classe Arleigh Burke Flight IIA en Octobre 2015, quand ce dernier a mené une opération FON (Freedom of Navigation) à l’intérieur des 12 miles nautiques d’un îlot contrôlé par la Chine.

 

De Type 052C à Type 052D, une continuité

Gardant pratiquement la même coque de 6 000 tonnes que la classe précédente, le Type 052D a été développé en respectant la stratégie générale de « plateformes uniformisées, systèmes modularisés » définie par la marine chinoise.

Ainsi, les principaux systèmes de combat et d’armements ont été modernisés, alors que le déplacement du navire n’a pas beaucoup augmenté – l’ancien radar à faces pleines Type 346 a été remplacé par le Type 346A plus performant et plus stable, le système de défense anti-aérien HQ-9 de 48 tubes laisse sa place à un nouveau système de lancement vertical universel, capable de lancer les missiles Surface-Air HQ-9B de 200 km de portée et les missiles anti-navires YJ-18A bisoniques à 500 km, plus les autres missiles actuellement en cours de développement.

Si le système d’auto-défense rapproché H/PJ-12 à 7 tubes 30 mm a été préservé, la dernière couche de défense anti-aérienne du bâtiment a été renforcée par la dotation du système à missile HQ-10 de 24 tubes.

Le coût unitaire du Type 052D, maîtrisé avec fermeté, est identique à celui du Type 052C et s’élève à plus de 400 millions d’euro, soit 4 fois plus que les frégates de Type 054A, et 3 fois plus que le navire de débarquement Type 071 de 20 000 tonnes.

Pour l’heure, 5 destroyers Type 052D ont déjà été admis au service actif et 8 autres sont en construction. La marine chinoise en a commandé 18 (ou 19 selon certaines sources) de ces destroyers anti-aériens jusqu’à présent, mais le chiffre pourrait encore augmenter au cours du prochain plan quinquennal.

Henri K.

Post Tags
Written by

Et si la vision du monde est "biphasée" ? C'est ce que Henri a toujours cru, c'est également comme cela qu'il voit la Chine. Maladroit dans son écriture, souvent perdus dans ses pensées, pourtant ce responsable technique en aéronautique essaie chaque jour de partager avec vous les actualités sur l'Empire du Milieu, avec notamment les éléments à la source que vous ne verrez probablement jamais ailleurs en France.

No comments

LEAVE A COMMENT