1ère pontée de nuit des J-15 sur le porte-avions Liaoning

Depuis la première pontée de J-15 sur le porte-avions Liaoning il y a cinq ans et demi, en Novembre 2012, le sujet est revenue souvent sur le tapis pour savoir quand les pilotes aéronavals de la marine chinoise vont réaliser enfin leur pontées de nuit.

« Si vous ne pouvez pas réussir à cela, vous êtes inutiles pour nous en tant que pilote de Hornet, parce que nous volons, et nous combattons, dans l’obscurité… », se rappelle un pilote F/A-18 de l’US Navy des paroles de son instructeur pour l’appontage « Case III ». Selon certains chiffres qui restent à confirmer, seuls 60% des pilotes de la marine américaine sont qualifiés pour opérer de nuit. Pour la Marine Nationale, ces pilotes aptes à évoluer dans le noir reçoivent le surnom : les « hiboux ».

Et c’est avec une vidéo diffusée jeudi dernier sur la chaîne de télévision nationale CCTV-7 que l’armée chinoise vient de confirmer l’accomplissement de cette étape importante dans la construction de ses forces aéronavales, ces dernières étant synonyme pour beaucoup comme un puissant outil de projection de la volonté politique et aussi un symbole d’une armée interventionniste.

En effet, on peut voir, dans un passage qui n’a duré que de 13 secondes de ce reportage télévisé, au moins un chasseur J-15 se décollant dans le noir du tremplin incliné de 14° du porte-avions Laioning, et l’appontage réussi d’un autre appareil du même modèle sur le même pont d’envol.

Mais comme le veut la coutume dans ce pays, où la subtilité est de mise, la marine chinoise n’a donné aucune indication concernant le lieu, la date et les détails techniques de cette opération.

La seule chose que l’on peut être certain est qu’au moins deux J-15, donc deux pilotes, ont mené ce premier « essai ». Bien que la télévision chinoise ait pris soin de flouter les immatriculations de ces appareils apparus sur la vidéo, mais si on fait passer cette dernière en revue image par image il est encore possible d’apercevoir deux numéros, le 108 et le 113.

Et ces deux J-15 numérotés 108 et 113 respectivement avaient été chacun l’avion de DAI Ming Meng (戴明盟), qui est le premier pilote de la marine chinoise ayant apponté sur un porte-avions et l’ancien directeur du département des forces aéronavales. On ignore cependant s’il s’agit d’une pure coïncidence.

Quant au lieu exact de cette première pontée de nuit, certains commentateurs évoquent la possibilité que ce soit lors de la dernière sortie du groupe aéronaval de Liaoning à l’Ouest du Pacifique, ou encore lors des dernières manœuvres de la marine chinoise en mer de Chine méridionale.

Or, pour une opération « grande première » comme celle-ci, il paraît peu probable que la marine chinoise ait pris de risque inconsidéré pour la mener en territoire potentiellement hostile, où les moyens de sauvetage sont longs à se déployer en cas d’échec et l’impact médiatique pourrait être important.

On pense donc que cette pontée a eu lieu soit entre le 23 et le 26 Avril en mer de Bohai qui est à proximité de l’ensemble de l’infrastructure de soutien et de nombreuses installations d’essais, ou on peut pratiquement remonter vers la fin 2017 quand une série de clichés « nocturnes » a été publié et que l’un des officiers de la marine a confirmé que le groupe aéronaval avait terminé l’ensemble des sujets d’essais prévus dans le programme.

Quoiqu’il en soit, la marine chinoise a démontré sa détermination à continuer à progresser dans la construction de ses forces aéronavales, avec la réussite de cette première pontée de nuit des J-15, l’entrée en profondeur des sujets d’entraînement de plus en plus complexes et la première sortie à la mer de son deuxième porte-avions.

La transformation de ces fruits de travail et des essais en capacité de combat déployable par tous les temps devrait donc rester l’une des priorités de la marine chinoise, et ce en passant obligatoirement par la dotation d’un nombre suffisant de pilotes qualifiés pour opérer de jour comme de nuit.

Si l’on se base sur notre modèle de calcul pour estimer le nombre de pilotes aéronavals formés, la marine chinoise devrait disposer d’entre 28 et 40 pilotes de J-15 qualifiés à ce jour, et pourrait atteindre jusqu’à 46 d’ici fin d’année.

Avec la livraison du deuxième porte-avions qui devrait avoir lieu d’ici 2019, toujours selon notre estimation, avec chacun des deux porte-avions pouvant équiper jusqu’à 24 chasseurs embarqués, il reste encore du chemin à parcourir pour la marine chinoise avant de pouvoir servir ses forces aéronavales comme l’un des pivots majeurs sur les théâtres potentiels, que ce soit pour la zone située entre la première et la deuxième chaînes d’îles, ou de la mer de Chine méridionale jusqu’à l’océan Indien.

J-15

Le porte-avions Liaoning en mer de Chine méridionale il y a un mois (Photo : 军报记者)

A suivre.

Henri K.

Written by

Et si la vision du monde est "biphasée" ? C'est ce que Henri a toujours cru, c'est également comme cela qu'il voit la Chine. Maladroit dans son écriture, souvent perdus dans ses pensées, pourtant ce responsable technique en aéronautique essaie chaque jour de partager avec vous les actualités sur l'Empire du Milieu, avec notamment les éléments à la source que vous ne verrez probablement jamais ailleurs en France.

LEAVE A COMMENT