Le 16 Liaoning a combien d’avions aujourd’hui ?

Près de quatre ans après l’admission au service actif du premier porte-avions chinois, le 16 Liaoning de Type 001, aucune mission opérationnelle ne lui a encore été confiée jusqu’à présent. La question se pose alors pour savoir combien de pilotes aéronavals chinois ont été qualifiés, et combien d’avions le porte-avions a déjà supporté simultanément ?

Fin Décembre 2015, un communiqué officiel nous apprend que le Commandant en chef de la marine chinoise est monté à bord de son unique porte-avions.

Le texte parle du progrès significatif en « nombre d’appareils embarqués à bord », en « nombre de vols journaliers (supportés) » et en « taux d’envoi et de récupération », et que plusieurs vagues de pilotes aéronavals de J-15 ont reçu leur certification leur permettant de décoller et d’apponter sur le 16 Liaoning.

Seulement aucun chiffre précis n’a été donné.

Avec les photos qui sont publiées en même temps que le communiqué, les internautes chinois ont compté et re-compté le nombre d’avions qu’on peut y voir, certains ont même sorti la loupe pour analyser en détail (ce n’est pas une blague…). Il va sans dire que la conclusion n’est absolument pas unanime et le chiffre varie entre 7 et 10.

Avec le décès du plus jeune pilote aéronaval de la marine chinoise en mois d’Avril, lors d’une simulation d’appontage au sol, les médias étatiques ont publiés beaucoup d’informations intéressantes ces derniers jours qui nous permettraient peut-être de répondre à ces questions.

On a par exemple ces deux nouvelles photos –

Cette fois-ci on n’a pas besoin d’user une loupe pour dire qu’il y en a huit avions de chasse J-15, un Z-8J (S/N 9566 ??) et un Z-9D version SAR (S/N 370 ou 371 ??) sur le pont.

8 ou 12 avions de chasse J-15 déjà sur le porte-avions 16 Liaoning ?

Maintenant peut-on confirmer que le porte-avions 16 Liaoning a réussi d’accueillir au maximum huit J-15 jusqu’à présent, sachant qu’il peut aller jusqu’à 36 appareils dont 24 chasseurs lourds, ou il y en avait un peu plus ?

Reprenons d’abord quelques éléments que j’ai appris dans les différentes publications qui parlent du pilote aéronaval qui est décédé fin Avril dernier, le capitaine de corvette ZHANG Chao, suite à une panne de son avion et à une éjection à 107° au niveau du sol.

  • ZHANG était le chef du 1er escadron de la 2ème escadre aéronavale (飞行二大队 一中队 中队长), qui appartient au régiment aéronaval embarqué de la marine chinoise fondé au 10 Mai 2013.
  • L’escadron de ZHANG n’est jamais allé sur le 16 Liaoning, car dans les reportages on apprend que les pilotes de cet escadron vont bientôt terminer leur formation à terre (il ne restait plus que 7 vols à ZHANG) et apponter pour la première fois sur le porte-avions « très prochainement ».
  • Le J-15 qui a causé la mort de ZHANG est immatriculé 117, le 18ème de série (le premier de série est immatriculé 100).

Comme l’escadron de ZHANG va bientôt aller sur le 16 Liaoning pour la première fois, cela veut dire que ceux qui lui précédent y sont déjà allés.

Dans l’organisation de l’armée chinoise, un régiment aérien a trois escadres, chaque escadre a entre deux à trois escadrons, et chaque escadron a quatre avions. Le régiment aéronaval embarqué chinois en question a donc soit 24 (deux escadrons par escadre) ou 36 (trois escadrons par escadre) avions de chasse J-15.

Le porte-avions 16 Liaoning peut accueillir 24 chasseurs lourds, donc on peut naturellement penser qu’un régiment embarqué chinois a 24 appareils, mais le nombre de pilotes peut être de 36 pour assurer une certaine rotation. Je dis ceci car je n’ai pas l’impression que chaque J-15 est affecté nominalement à un pilote en particulier – la preuve est que ZHANG n’est jamais allé sur le 16 Liaoning jusqu’à sa mort, l’appareil sur lequel il est décédé est le 117 et cet avion y est déjà posé –

Le J-15 immatriculé 117 sur le porte-avions 16 Liaoning

Comme ZHANG est du 1er escadron de la 2ème escadre, et si mon hypothèse qu’une escadre n’a que deux escadrons est vraie, alors cela reviendra à dire que deux escadrons sont déjà allés sur le porte-avions, soit au moins huit pilotes certifiés, conforme donc par rapport aux huit J-15 dans les images que l’on voit en haut.

1 LSO et 5 pilotes de la 1ère promotion ont reçu leur certificat

1 LSO et 5 pilotes de la 1ère promotion ont reçu leur certificat en Juillet 2013

Mais une vérification rapide dans mes archives m’a mis un doute sur ce chiffre de « huit » pilotes certifiés –

En Septembre 2015, sept J-15 ont volé au dessus de la place Tian’anmen à Pékin lors de la parade militaire du 70ème anniversaire de victoire contre le Japon.

Dans de nombreux articles parus à cette époque, comme par exemple celui-ci de l’agence Xinhua, on peut lire que 6 de ces 7 pilotes de J-15 vont apponter pour la première fois sur le porte-avions 16 Liaoning peu après la parade militaire, et ils font parti de la 4ème promotion de formation aéronavale embarquée.

On sait aussi que 5 pilotes de la 1ère promotion ont reçu leur certificat en Juillet 2013 pour aller sur le porte-avions, donc si chaque promotion a entre 4 à 6 pilotes de certifié, on aurait déjà eu au moins 13 pilotes certifiés fin 2015 et non pas 8 seulement.

Ce qui est le plus probable à mon avis, c’est qu’au minimum huit J-15 ont été accueillis simultanément par le porte-avions 16 Liaoning jusqu’à présent, ce qui est démontré par les deux images au début, mais au moins 13 pilotes certifiés y sont déjà allés (pour être certifié il faut avoir réussi plusieurs décollages et appontages surle porte-avions).

 

Processus de formation des pilotes aéronavals chinois ?

16 pilotes certifiés en quatre ans, soit 4 par an, est-ce trop peu ?

En fait cette question que je me pose n’est pas bonne, car « peu » ou « beaucoup » est une notion purement relative. La vraie question aurait dû être « Quel est le processus de formation des pilotes aéronavals chinois », « En combien de temps un pilote aéronaval chinois est-il formé puis certifié », et « Est-ce que ce rythme correspond aux besoins de la marine chinoise » ?

Il y a trois ans quand le régiment aéronaval embarqué est fondé, les médias chinois avaient expliqué dans les grandes lignes les critères de sélection de la première vague des pilotes – Il faut qu’ils aient moins de 35 ans, ayant déjà volé sur 5 types d’avion différents, avec au minimum 1 000 heures de vol dont pas moins de 500 sur les appareils de dernière génération. Ils doivent avoir déjà participé plusieurs fois à des exercices d’envergure.

Autrement dit, un dossier personnel béton techniquement et politiquement parlant.

Chaque cycle de formation dure un peu moins de 4 ans, et grâce aux couvertures médiatiques autour de ZHANG Chao, on sait que chaque cycle comprend des cours théoriques, des centaines d’heure de vol en simulateur (ZHANG a réalisé au moins 300h), en plus des vols sur l’AJT JL-9G durant un an et aussi sur le J-15.

Pour la dernière étape qui est de voler sur le J-15 « à terre », on apprend qu’il manquait encore 7 vols au pilote ZHANG Chao pour pouvoir aller sur le porte-avions 16 Liaoning, et qu’il a terminé 93,24% de son programme de vol (à bord du J-15).

Une simple règle de trois permet donc de savoir que cette phase de formation nécessite entre 103 et 118 vols à terre, au centre de formation des pilotes aéronavals à Xingcheng.

Pour finir, je m’étais amusé à calculer combien de pilotes aéronavals la Chine a formé jusqu’à présent, et combien seront disponibles d’ici 2019 quand le 2ème porte-avions, le Type 001A, ainsi que le 3ème, le Type 002, seront arrivés entre 2019 et 2025.

Je pars d’abord des éléments que j’ai déjà mentionné en haut, plus d’autres qui sont communiqués officiellement ailleurs, à savoir –

  • Le premier pilote chinois qui a apponté sur un porte-avions c’était en Novembre 2012, à l’époque il a déjà suivi plus de 3 ans de formation. Il a été certifié en Juillet 2013, le cycle total dure donc environ 4 ans et a commencé en premier semestre 2009.
  • Les 6 pilotes de la 4ème promotion ont déjà suivi plus de 3 ans de formation en Septembre 2015, et vont apponter « prochainement » (à l’époque) sur le 16 Liaoning, cela suggère donc que leur formations ont commencé mi 2012 environ.
  • En Mars 2015 quand ZHANG Chao a intégré sa promotion, les autres élève-pilotes ont déjà suivi la formation durant 2 ans et demi. On sait donc que cette promotion (5ème ??) a démarré en Septembre 2012. S’il n’y avait pas eu l’accident qui a immobilisé les vols de J-15 pendant 50 jours, cette promotion aurait pu donc passer leur certification en Juin cette année.

Avec ceux-ci on peut donc tracer le schéma suivant –

Vague de formations des pilotes aéronavals

On pourrait constater alors deux choses – il y a approximativement une promotion par an, chaque promotion comprend au moins 4 pilotes attitrés et 2 pilotes « backup » (c.f. la 4ème promotion). Ensuite il semblerait que les dernières promotions sont lancées de manière plus rapprochée, qui témoignerait une certaine accélération du programme, ou simplement une meilleure maturité dans la maîtrise des processus et de savoir-faire.

En gardant le rythme actuel de formations, on peut raisonnablement penser que la marine chinoise va disposer, dans la fourchette basse, 16 pilotes certifiés d’ici fin 2016, 12 de plus d’ici fin 2019 soit 28 pilotes quand le Type 001A sera livré, et atteindrait 44 en 2023 quand le Type 002 arrivera.

Ce nouveau schéma en bas, très idéaliste qui ne tient pas compte le départ à la retraite, les éventuels accidents…etc et d’autres facteurs impactant, montre déjà un gap qui se creuse entre le nombre de pilotes disponibles et le besoin, au fur et à mesure que les nouveaux porte-avions chinois arrivent –

Nb. pilotes certifiés vs Nb. besoin en pilotes certifiés

Il est donc logique de penser que les mesures multiples vont être prises par la marine chinoise pour remédier à ce « problème » – le développement d’un AJT embarqué sur la base de JL-10 que j’ai parlé hier, élargir la sélection des pilotes depuis les autres unités opérationnelles, construire d’autres infrastructures pour paralléliser les formations de pilotes, ou encore accroître la cadence de production de J-15…etc – sont parmi les options possibles qu’on pourrait observer dans un futur proche.

L’affaire à suivre.

Henri K.

Written by

Et si la vision du monde est "biphasée" ? C'est ce que Henri a toujours cru, c'est également comme cela qu'il voit la Chine. Maladroit dans son écriture, souvent perdus dans ses pensées, pourtant ce responsable technique en aéronautique essaie chaque jour de partager avec vous les actualités sur l'Empire du Milieu, avec notamment les éléments à la source que vous ne verrez probablement jamais ailleurs en France.

Latest comments
  • Sait on si les spéculations sur les hélicoptères servant d’AWACS comme le Ka-31 se sont concrétisées ?

  • En plUS DE  »combien d’avions et de navires en plus », je me pose la question sur l effectif de la marine,

    la formation des équipages (pas seulement les pilotes) sur des navires modernes est longue et fastidieuse, qUEL LE CURSUS DES ENGAGES DANS LA MARINE CHINOISE ? Le nombre d’ecoles et d’academie de marine ont ils ont augmentés pour faire face ce triplement du tonnage en une génération ?

  • Google montre la base Huangcun avec 24 hangars d’avions.
    Nix

LEAVE A COMMENT